Hornets

Gordon Hayward lance sa saison avec une fracture du doigt : ne pas faire de vanne, ne pas faire de vanne, ne pas faire de vanne

Dr Maboul 17 décembre 2020

Il a le nez aussi rouge Gordon Hayward ?

Source : Hasbro Gaming

On a d’abord cru à une blague, à un énième fake account irrespectueux. Mais les faits sont là, et Gordon Hayward débute officiellement son bail à Charlotte avec une nouvelle blessure. Doigt fracturé, absence très courte on vous rassure, mais une réputation qui commence à prendre de la consistance.

Le pauvre, il ne va jamais y arriver. Tout commençait un sinistre jour d’octobre 2017 quand, quelques minutes seulement après l’entre-deux de son premier match avec les Celtics, Gordon Hayward se mangeait une réception à vomir et voyait sa saison se terminer aussi vite que sa cheville se tordait en huit. Impossible de lui en vouloir, et la mode était plutôt à lui envoyer de la force, lui qui rejoignait à Boston un projet à la hauteur de son talent de All-Star. La saison 2017-18 sera blanche comme sa peau allergique au soleil, et si le peuple vert fêtera comme il se doit son retour un an plus tard, mais qui connaitra le deuxième effet Kiss-cool en novembre 2019, quand Gordie se… fracturera la main. On repart pour deux petits mois sur le téco, et le troisième as de ce brelan bien crade interviendra finalement dans la bulle d’Orlando avec une nouvelle entorse de la cheville. Presque trois années en giga-pointillé, lors desquelles ses retours successifs lui auront permis de devenir un espèce de petit poste 4 sans vraiment de défaut en attaque, retours successifs qui auront également pu rassurer le garçon quant à son niveau, même si son salaire commençait tout doucement à devenir une petite punchline.

Puis vint ce jour sacré, ce 20 novembre, au soir duquel le translucide et fragile ailier inscrivit ses enfants dans une école d’Indianapolis, pour finalement signer à… Charlotte, pour la modique somme de… 120 millions sur quatre ans. A peine libérés du salaire dérangeant de Nicolas Batum, les dirigeants de Charlotte avait donc une somme conséquente à balancer par la fenêtre et c’est ce petit malin de Gordon Hayward qui en héritera, avec son CV de joueur évidemment, mais surtout un background de blessures qui faisait très vite tiquer en Caroline du Nord. Qu’on se le dise, en pleine forme Gordie mérite son pognon, mais attention car il y a un piège dans cette phrase. Et on ne dit pas qu’il est fautif, on dit juste qu’on aurait aimé être dans le bureau de Michael Jordan au moment de la décision de faire tapis sur un joueur qui boîte depuis trois ans.

Mais venons en au fait, et donc à ce tweet de Shams Sharania hier en soirée. Attention les yeux, ça pique :

Allez zou, une fracture de plus ou de moins qu’est-ce que ça change, pour un homme qui ressemble de plus en plus au personnage du Dr. Maboul qu’à un joueur NBA. Par chance la fracture ne nécessitera pas d’intervention chirurgicale et Gordon Hayward ne ratera logiquement que la fin de la présaison et, maximum, un ou deux matchs à la reprise, mais disons que la préface du roman Gordon et Charlotte ne débute pas sous les meilleurs auspices.

Plus de peur que de mal donc, mais la petite notif qui fait suer devant le feuilleton du mercredi soir. Vas-y doucement quand même Gordon, laisse l’ouverture des huîtres à la mamma parce qu’il y a 120 millions en jeu là, et accessoirement une carrière qui se joue.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top