Magic

Preview du Orlando Magic 2020-21 : quand le ventre mou devient de plus en plus mou…

magic

On n’a pas vraiment l’impression que le Magic progresse…

Source image : YouTube

On a beaucoup parlé d’Orlando ces derniers mois, la ville de Mickey étant pour une fois au centre de l’univers NBA. Mais ce n’était pas grâce à la franchise locale, plutôt grâce à la bubulle. Parce que bon, sans vouloir être méchant, le Magic n’est pas le genre de franchise à déchaîner les passions, surtout quand vous enchaînez les saisons en fin de Top 8 avec une élimination au premier tour derrière. Evan Fournier et ses copains peuvent-ils nous proposer autre chose cette saison ? La nouvelle concurrence à l’Est va-t-elle au contraire faire reculer le Magic ? On va essayer de répondre à ces questions dans la preview du jour.

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison du Magic, c’est par ici !

La saison 2019-20

Auteur d’une grosse fin de saison 2018-19 et d’un premier tour de Playoffs où il n’a pas été ridicule face aux futurs champions de Toronto, le Magic attaquait la campagne 2019-20 avec la volonté de franchir un cap supplémentaire à l’Est. Au final, les hommes de Steve Clifford ont stagné, pour ne pas dire régressé. Un petit pas en arrière avec un bilan moins bon que la saison précédente en régulière, et une deuxième élimination consécutive au premier tour, sur le même score (4-1) face aux Bucks de Giannis Antetokounmpo. Une élimination qui ponctue donc une saison décevante, marquée par les gros bobos du très prometteur Jonathan Isaac mais aussi la longue absence du vétéran Al-Farouq Aminu. On tient quand même à souligner l’exercice solide d’Evan Fournier, peut-être auteur de sa meilleure régulière en carrière. Juste dommage qu’il ait tendance à retrouver son niveau de Charenton en Playoffs, où il a laissé son copain Nikola Vucevic se débrouiller tout seul face à la bande au Freak. Markelle Fultz a lui réalisé sa première vraie saison NBA en ne ratant qu’un seul match au total, une bonne nouvelle quand on connaît les anciennes galères du gamin, tandis qu’Aaron Gordon a fait le spectacle au Slam Dunk Contest, tout ça pour se retrouver à la place du con. Décevant, comme sa saison d’ailleurs, caractérisée par des stats en baisse et des petits pépins physiques avec notamment une absence complète lors des Playoffs (comme un certain Michael Carter-Williams).

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : Dwayne Bacon, Cole Anthony (Draft), Jordan Bone (two-way), Karim Mane (two-way)
  • Ils sont partis : D.J. Augustin, Wes Iwundu, Melvin Frazier, Vic Law, B.J. Johnson
  • Ils ont re-signé : Evan Fournier (player option), James Ennis III, Gary Clark, Michael Carter-Williams

Le roster

  • Meneurs : Markelle Fultz, Cole Anthony, Michael Carter-Williams, Jordan Bone (two-way), Karim Mane (two-way)
  • Arrières : Evan Fournier, Terrence Ross, Dwayne Bacon
  • Ailiers : James Ennis III, Gary Clark, Jonathan Isaac (out pour la saison)
  • Ailiers-forts : Aaron Gordon, Chuma Okeke, Al-Farouq Aminu
  • Pivots : Nikola Vucevic, Mo Bamba, Khem Birch

En gras, les possibles titulaires à chaque poste, avec un doute sur le poste 3 et Gary Clark ou même Dwayne Bacon en embuscade, ça fait rêver.

La Free Agency

Que dire que dire, à part que les choses n’ont pratiquement pas bougé en Floride. Le « gros » dossier, c’était de savoir ce qu’allait faire notre Evan Fournier national, titulaire d’une player option. Vavane a finalement décidé de l’utiliser pour prolonger une saison à Orlando, en compagnie de ses potes James Ennis III, Gary Clark et Michael Carter-Williams. De quoi exciter la fanbase du Magic ? Euhhh non. On retiendra quand même le départ du petit meneur vétéran D.J. Augustin, qui a pas mal donné pour l’équipe floridienne ces dernières années tout en offrant un souvenir mémorable avec son game winner en Playoffs contre Toronto en 2019, sans oublier celui du jeune ailier Wes Iwundu, parti en direction de Dallas. Au niveau des arrivées, on notera celle de Dwayne Bacon, qui fera tout sauf révolutionner son équipe. Au moins, il offrira la possibilité aux supporters d’Orlando de lâcher des jeux de mots à deux balles en pleine nuit dans un match sans saveur. C’est déjà ça.

La Draft

Finalement, le moment le plus excitant de l’intersaison à Orlando, c’est sans doute la sélection de Cole Anthony à la Draft. Le fils de Greg possédait une belle hype avant son passage à l’université, où il a malheureusement connu quelques bobos et une saison globalement pas top. Mais le talent est toujours là et il peut potentiellement donner un petit coup de boost au Magic à travers notamment ses qualités athlétiques. Et si Orlando n’a eu qu’un seul pick cette année, la franchise floridienne pourra également compter sur Chuma Okeke, potentiel 3 & D choisi au premier tour de la Draft 2019 mais auteur d’une saison blanche à cause d’une grosse blessure au genou subie lors de la March Madness. Signé dans l’équipe de G League associée au Magic l’an passé, il entamera d’ailleurs son contrat rookie seulement cette saison. Anthony et Okeke auront logiquement des rôles limités, surtout en début de saison, mais le coach Steve Clifford veut compter sur eux.

Le point sur l’infirmerie, par le Docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie d’Orlando la saison dernière, trois noms ressortent : Jonathan Isaac, Al-Farouq Aminu et Mo Bamba. Jonathan Isaac rencontre de grandes difficultés au niveau des blessures depuis le début de sa carrière. Au cours de la saison passée, il a connu une alerte avec une grosse entorse au genou gauche dès le 1er janvier. Il est revenu lors de la bulle et au bout d’une semaine, il est sorti pour une rupture du ligament croisé antérieur au même genou. Malheureusement, au vu de la blessure et de la rééducation qu’elle implique, on ne verra possiblement pas Isaac sur les terrains cette saison. Al-Farouq Aminu a lui fini sa saison le 29 novembre et n’est pas revenu lors de la bulle. Diagnostiqué d’une déchirure du ménisque au genou droit, les médecins ont décidé début janvier qu’un passage au bloc était nécessaire. Et mauvaise nouvelle, il vient d’être victime d’une rechute dans sa rééducation et on ne sait pas quand il va revenir. Quant à Mo Bamba, il a manqué une grosse partie des matchs de la bulle à cause des séquelles de son infection au COVID-19. Il a en effet connu des complications et avait besoin de repos pour revenir à 100%. Qui sait quand il sera à nouveau opérationnel. Enfin, autre joueur qui pourrait manquer à l’appel en tout début de saison, Terrence Ross, récemment touché à l’orteil.

Salary recap

Source image : HoopsHype

Source : HoopsHype

Une saison sans relief à venir ?

Que peut-on vraiment attendre de cette équipe du Magic qui ressemblera beaucoup aux précédentes ? Difficile de vraiment regarder vers l’avant, surtout dans une Conférence Est qui s’est renforcée au niveau de la course pour les dernières places qualificatives en Playoffs. Alors oui, avec Steve Clifford aux commandes, on peut compter sur Orlando pour être une équipe sérieuse défensivement, le Magic ayant terminé autour du Top 10 dans ce secteur ces deux dernières saisons. Oui, il y a quand même des automatismes dans ce groupe-là, avec l’axe Nikola Vucevic – Evan Fournier et des joueurs comme Aaron Gordon et le sixième homme attitré Terrence Ross autour. Mais globalement, ça manque de punch offensif, ça manque de génie, ça manque de jeunes joueurs pouvant véritablement faire franchir un cap à Orlando, la blessure de Jonathan Isaac faisant très mal car il faisait justement partie de cette catégorie-là. On sent venir la nouvelle saison moyenne voire médiocre, où ça peut gagner quelques matchs mais sans plus. Quand on regarde le recrutement des Hawks, l’arrivée de Russell Westbrook chez les Wizards ou celle de Gordon Hayward chez les Hornets, sans oublier non plus les jeunes Taureaux de Chicago, on se dit que le Magic peut se retrouver en danger. Donc bon, à moins que Markelle Fultz se transforme soudainement en un joueur calibre premier choix de Draft, que Vavane sort une campagne en mode Mondial 2019 pour sa dernière année de contrat ou que Dwayne Bacon trouve son basket dans son État natal, on voit mal ce que le Magic pourrait proposer de mieux cette année, d’autant plus qu’Al-Farouq Aminu et Mo Bamba ne semblent pas prêts pour commencer la saison.

Le pronostic du rédacteur

31 victoires pour 41 défaites. On voit une saison dans la continuité de la précédente, ce qui n’emballera personne. Au mieux, ça arrache une place en Playoffs pour une nouvelle sortie sans gloire au premier tour, au pire ça ne participe même pas au play-in tournament.

Désolé fans du Magic, mais difficile de s’emballer pour cette équipe d’Orlando qui semble plus que jamais faire partie du ventre mou de la Conférence Est. Et si on suivra évidemment l’équipe de Vavane ainsi que les perfs individuelles du Frenchie, on n’attend pas grand-chose au final.  

1 Comment

1 Comment

  1. MilkyWay

    9 décembre 2020 à 13 h 36 min at 13 h 36 min

    J’ai vraiment l’impression que cette équipe va nulle part . Certes ils ont retrouvé les playoffs mais dans quel but au final après ? Se qualifier avec des difficultés en playoffs et être sorti au 1er tour encore . Evan qui sera probablement free agent , ne pensez vous pas que ce serait le moment de repartir a 0 comme les Pistons l’ont fait ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top