Rockets

Gerald Green de retour aux Rockets : l’enfant de Houston revient à la maison, les arceaux du Toyota Center en sueur

Gerald Green

Le revoilà !

Source image : NBA League Pass

Dix jours après l’ouverture de la Free Agency, le marché s’est évidemment beaucoup calmé mais il reste quand même quelques noms connus disponibles. L’un d’entre eux vient de trouver preneur, puisque Gerald Green revient aux Rockets.

Né à Houston, l’ami Gerald retrouve l’équipe de sa ville natale, et également la dernière équipe avec laquelle il a foulé les parquets NBA. La nouvelle a été annoncée par Tim MacMahon d’ESPN, qui indique que c’est un deal d’un an au minimum vétéran et non garanti. Sa place dans l’effectif des Rockets est donc loin d’être assurée mais au moins, il va avoir une opportunité de se relancer à bientôt 35 ans, lui qui a connu une saison blanche en 2019-20. Pour rappel, Gerald Green avait prolongé avec Houston à l’été 2019, avant de se blesser au pied (fracture) et de passer sur le billard. Résultat, six mois à l’infirmerie, transféré à Denver en février 2020, puis coupé dans la foulée. Avec ce retour aux sources, Green espère trouver l’inspiration pour contribuer comme lors des dernières années, lui qui est très attaché à H-Town. En l’espace de 114 matchs sous les couleurs des Fusées entre fin 2017 et avril 2019, le dunkeur fou avait apporté sa production offensive avec 10,3 points de moyenne en 21,1 minutes en sortie de banc, tout ça avec un respectable 36% de réussite du parking. Du scoring, un peu de shooting et des qualités athlétiques, voilà en gros ce que peut apporter un Green à une équipe. Faut pas trop lui demander plus mais c’est déjà ça, et le public texan est plutôt du genre à le kiffer. Reste à voir ce qu’il lui reste dans les chaussettes à son âge et après son gros pépin physique.

Bon, si ça se trouve, peut-être que Green a surtout été recruté pour dire à Harden à quel point Houston est une ville fantastique et qu’il doit absolument rester. Et puis Gerald faisait également partie de l’équipe qui a raflé 65 victoires lors de la régulière 2017-18 (la meilleure de l’histoire de la franchise), de quoi rappeler quelques bons souvenirs au Barbu, Green apportant cette saison-là un vrai coup de boost dans le costume de remplaçant. On verra bien si l’enfant de H-Town survit au camp d’entraînement, un camp d’entraînement qui pourrait bien être un poil tendu vu la situation actuelle au sein des Fusées. En tout cas, ce qui est certain, c’est que les arceaux du Toyota Center ne sont pas ravis de cette nouvelle.

À quasiment 35 balais et avec une saison blanche derrière lui, Gerald Green va devoir batailler fort pour se refaire une place chez les Rockets. Mais on peut compter sur le natif de Houston pour tout donner, car il a H-Town dans le sang et dans les… cheveux. 

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top