Pistons

Flashback : quand Blake Griffin en plantait 44 sur les Clippers pour son retour à L.A., toujours électrique les retrouvailles avec un(e) ex

La NBA fourmille de ces petites histoires étonnantes. Planter 44 pions quand on est un joueur multiple All-Star, leader de sa franchise actuelle et acteur principal de l’un des shows les plus fous de notre sport contemporain ? Rien de bien fou me direz-vous. Mais lorsque vous les plantez face à votre ancienne franchise, le jour de votre retour officiel dans la salle qui vous a vu devenir un homme, là ça en jette.

En ce 13 janvier 2019 l’évènement est de taille à Los Angeles. Blake Griffin, l’homme de tous les combats depuis presque dix ans, est de retour en ville, mais pour la première fois de sa carrière… sous un autre maillot. On imagine alors le rouquin plein d’intentions nauséabondes à l’égard de son ancienne franchise, car Blake est à Detroit pour gagner, peu importe les souvenirs aériens de son long passage en Californie. Vous avez à peu près deviné la suite : Blake Griffin va s’essuyer les pompes sur la défense des Clippers, Danilo Gallinari notamment, durant 40 minutes, non sans avoir omis de poser un vent mémorable à Steve Ballmer en début de match, ça c’est pour le storytelling.

Le match ? Une démo, une démo de leadership alors que le duo Reggie Jackson/Bruce Brown envoyait un 4/25 au tir, avant-goût malheureusement de ce que Griffin vivra lors des quinze mois suivants à Motown. Mais ce soir-là pas question de se faire botter le cul par qui que ce soit, et encore moins against his former team, par les mecs qui avaient décidé de l’échanger comme du pain rassis un an plus tôt.  Résultat ? 44 points à 13/23 au tir dont 5/13 du parking de chez les Gallinari et 13/14 aux lancers, 8 rebonds pour accompagner les 21 d’Andre Drummond, 5 passes, 3 steals, un contre autoritaire sur Montrezl Harrell, une victoire et une mini-embrouille avec, tiens tiens, Patrick Beverley vous l’aurez deviné.

Voilà comment on « honore » son histoire, voilà comment on respecte un adversaire. Et si aujourd’hui les Clippers semblent – quoique – avoir récolté les fruits de ce trade stratégique à l’époque, si aujourd’hui Blake Griffin traverse un couloir assez sombre dans le Michigan, ce soir de janvier restera probablement très longtemps gravé dans sa mémoire de sportif. Si toi te débarrasser de Blake ? Blake te terrasser.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top