Pistons

Salut Blake Griffin, comment ça va ? Alors comme ça tu vas avoir… 32 ans ? Et ces genoux surtout, ils vont comment ?

Blake Griffin 24 octobre 2020 2

« From plus gros dunkeur de la décennie to vétéran qui prend dix tirs du parking par match real quick ».

Source image : Youtube

Etrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers 2021. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Focus aujourd’hui sur Blake Griffin, jadis spécialiste des Top 10 mais devenu aujourd’hui spécialiste… des séjours chez le toubib.

Si vous avez un background d’au moins dix ans en tant que fan de NBA, pour vous Blake Griffin est l’un des phénomènes les plus incroyables des années 2010. Si vous débarquez seulement dans le game ? Pour vous l’intérieur des Pistons est un vieux croûton souvent blessé. Incroyable delta mais attention, la carrière de l’ancien déglingo des Clippers est peut-être loin d’être terminée.

On parle donc d’un mec encore troisième au vote pour le MVP en 2014, qui peine aujourd’hui à lancer la deuxième partie de sa carrière. La faute à un passage pas forcément évident entre le shine de la Californie et la bise du Michigan, la faute surtout à un genou gauche qui fait tout pour rendre fou Blake et les mecs qui le paient (cher). Ce fameux genou ? Accrochez-vous, même le CV de l’intérimaire de l’année est moins fourni…

  • 2007 : entorse du genou gauche avec les Sooners (NCAA)
  • 2009 : fracture de fatigue à la rotule, saison rookie blanche
  • 2012 : entorse du genou gauche en Playoffs
  • 2012 : déchirure du ménisque avec Team USA
  • 2015 : rupture partielle du tendon quadricipital
  • 2017 : entorse du genou gauche
  • 2018 : opération du genou gauche
  • 2019 : opération du genou gauche

C’est bon , on a fini ? Bah… on espère en fait, on n’est pas docteurs. Difficile en tout cas d’imaginer que Blake Griffin en a terminé avec tous ses tracas, un constat bien malheureux quand on connaît le talent du rouquin et le nombre d’années qui lui restent probablement sous le capot. La saison 2018-19 du garçon en est la preuve, Blake ayant mené à lui seul ou presque les Pistons vers le premier tour des Playoffs, et l’évolution de son jeu peut également promettre quelques belles campagnes supplémentaires à l’ancien chouchou du Staples Center. L’évolution de son jeu quelle est-elle ? Disons qu’aujourd’hui Blake est davantage un point forward type LeBron 2016-2018 qu’un véritable poste 4, disons qu’aujourd’hui Blake est devenu un véritable franchise player dans le fond comme dans la forme. Toujours capable d’être dominant dessous, bien sûr, mais à présent Blake est une menace de loin, une vraie menace (sept tirs du parking pris en moyenne par match et la meilleure moyenne de sa carrière). Efficace de près comme de loin donc, et un don pour la passe magnifié avec les années, qui lui permet aujourd’hui d’être capable de tenir le ballon une grande partie du temps. Pour résumer ? 2m08 de puissance mais 2m08 de handle, de footwork et de bonnes décisions, dans une franchise qui ne demande qu’à suivre un leader pour sortir de la torpeur des dernières saisons.

La suite ? S’assurer de la ville dans laquelle il habitera la saison prochaine, déjà, car les deux dernières années de contrat à 36 puis 38 millions ne semblent pas faire peur à quelques franchises qui aimeraient récupérer le sextuple All-Star. Les Warriors, les Wizards, le Thunder ou les Sixers ont par exemple été évoqués comme possible destination, rien de bien sérieux néanmoins, mais un trade de Griffin redistribuerait en tous les cas les cartes dans la Ligue et servirait éventuellement de catapulte pour une deuxième partie de carrière qui s’annonce moins aérienne mais que l’on espère un peu plus victorieuse pour le vainqueur… du Slam Dunk Contest. Parce que voir l’un des talents les plus fous de sa génération posséder un palmarès infiniment plus vide que celui de Patrick McCaw ça fait mal au cœur, et parce que quand on a vécu en direct quelques uns des exploits de Blake Griffin… difficile de croire que l’engin n’a jamais rien gagné.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 90%
  • Jauge de hype actuelle : 60%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 30%
  • Celui qu’il aimerait devenir : le Blake Griffin de 2014 mais avec une bague
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Zach Randolph qui shoote à 3-points

A Detroit ou ailleurs, Blake Griffin entamera donc bientôt la phase 2 de sa carrière car il fait désormais partie des vieux. Deux ans pour cartonner, si possible sans se blesser, et un (dernier) gros contrat à aller chercher à l’été 2022 avant d’aborder la dernière ligne droite de sa vie de NBAer. D’ici-là ? Surprend nous Blake, fais nous rêver comme à la belle époque, et, surtout, choisis bien tes pompes et attention à tes appuis.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top