Lakers

Les Lakers sont de retour en Finales NBA : 4-1 face aux Nuggets, pas de choke pour la meilleure équipe de Los Angeles

lakers

Meilleur duo de toute la NBA ça bouge pas.

Source image : NBA League Pass

Pas de choke. Pas de galère, pas de bâton tendu aux Nuggets, pas de frayeur avec un dernier orteil à poser en Finales NBA. Menant leur série 3-1 contre Denver, les potes de LeBron ont fait le job cette nuit afin d’officiellement qualifier les Lakers pour la série ultime : désormais, on attend plus que le vainqueur de Heat – Celtics !

Cela aurait pu prendre une toute autre tournure. Car pour la, environ, 857ème fois sur cette bulle d’Orlando, les Nuggets ne lâchaient rien. Même avec un match mal démarré, mal continué et mal négocié, les hommes de Mike Malone parvenaient à revenir au score en fin de troisième quart. On se disait que ça allait encore se finir sur une action de dernière seconde… mais non. Avant d’en venir aux flèches assassines du King, revenons sur le match dans sa globalité. Comique de répétition là aussi, Nikola Jokic a enfilé très tôt son survêtement pour de nouveaux soucis de fautes, une affaire qui l’a troublé tout au long de cette série. Lorsque vous combinez l’absence du Joker avec la blessure au genou de Jamal Murray, ça fait beaucoup pour les Nuggets, aussi collectifs et soudés soient-ils. Le meneur avait en effet du mal à se déplacer et les douleurs le rendaient quasiment injouable en seconde période, le visage de Murray étant figé par la peine. Certes, Denver pouvait compter sur un grand Jerami Grant, sur quelques banderilles de Michael Porter Jr et l’activité de Monte Morris, mais jusqu’où ? Trop peu, trop loin, surtout face à des Lakers qui reniflaient l’odeur de la bête blessée. Pourtant, les Californiens avaient eux aussi quelques pépins de santé, notamment concernant Anthony Davis qui jouait mais n’avait pas l’air au top de sa forme. En y ajoutant un McGee paumé et un Kuzma dans le même registre, Los Angeles devait compter sur son patron. Le vrai, le seul, pas celui avec le monosourcil et les bras interminables. C’est donc Alex Caruso (vous vous y attendiez pas à celle-là hein) qui donnait le ton en accompagnant LeBron dans sa folle démarche. Entre le hustle de l’arrière, l’intensité de Dwight Howard sous les arceaux, quelques shoots de Rondo et une bataille au rebond bien gérée, les Lakers apportaient juste ce qu’il fallait autour du King afin de prendre les commandes de la rencontre. Un démarrage poussif, puis dès la dernière partie du premier quart et jusqu’au quasi-bout de la partie, c’était jaune et violet comme on dit là-bas.

Le boss a donc retroussé ses manches et montré pourquoi il était le meilleur joueur au monde, pourquoi il méritait plus de votes au classement du MVP, et pourquoi il était bel et bien parti pour une quatrième bague dans une troisième franchise différente en étant né deux siècles avant nous. Ne tournons pas plus longtemps autour du pot, LeBron a été sensationnel cette nuit, dans la lignée de ses grandes performances en Playoffs. Un petit chef d’oeuvre d’agressivité, de justesse, de gestion des possessions, et du tempo. Lorsque le second quart devait voir son équipe creuser l’écart, c’est le King qui fonçait vers le panier et sanctionnait sur pénétration. Jokic, Millsap, Grant, Porter Jr, des apéricubes pour le monstre qui posait les bases d’une grosse nuit. En seconde période, Anthony Davis se mettait à chauffer et les caviars commençaient donc à tomber ici ou là. En y apportant des rebonds également, on vous laisse imaginer la gueule de notre phrase suivante. Un triple-double de All-Star dans un match de qualification pour les Finales NBA (38 points, 16 rebonds et 10 passes), et en veillant bien à fermer la porte derrière lui. Dans le dernier quart, James était insolent d’efficacité en attaque, plantant tir extérieur sur tir extérieur histoire d’assurer publiquement et mondialement qu’il n’allait pas y avoir de doute. Qu’il n’y aurait pas de choke, et qu’il n’y a pas d’option B quand on laisse à un aussi grand joueur la possibilité de se qualifier pour des Finales NBA. Denver n’avait d’autre choix que de rendre ses armes, exténués par leur magnifique run mais obligés de s’incliner en cinq matchs. Les Nuggets peuvent toujours revenir sur la série et se dire qu’il y avait des choses à éviter, à régler, mais quel parcours offert par Murray, Jokic et toute la bande du Colorado. Deux fois menés 3-1, tant de fois spectaculaires, les potes de Paul Millsap ont été une des plus belles histoires de ces Playoffs 2020 et il sera impossible de raconter la bulle d’Orlando sans parler des coups de chaud de Jamal et Niko. Seulement, on les citera jusqu’en finale de conférence, laissant la place de la série ultime aux Lakers de LeBron et AD.

C’était attendu, et ils ont assuré comme des patrons pour y arriver. Les Lakers se sont officiellement qualifiés pour les Finales NBA 2020, en attendant leur adversaire du Game1 mercredi soir. LeBron recharge les batteries et peut se frotter les mains, plus que quatre matchs et la légende sera all-time à tout jamais, plus que jamais.

1 Comment

1 Comment

  1. Alceste Poquelin

    27 septembre 2020 à 16 h 44 min at 16 h 44 min

    Beau travail défensif des arbitres sur Jokic… Les Lakers avaient pas besoin de ça.

    Sinon, niveau basket, c’est drôle de voir Davis shooter à 3 mais quand les arbitres te sortent Jokic les 3 1/4 du match, que t’as Davis et Howard, la raquette des Nuggets auraient du finir 6 pieds sous terre. Plumlee aurait du finir en charpie.

    En tout cas, ils auront, à chaque tour pu se reposer un peu et vu la « vieillesse » de l’effectif, ça leur fera pas de mal. Ils vont pouvoir attendre tranquille leur adversaire.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top