Heat

Le Heat en a marre des remontadas : parce que commencer à jouer à -20, à un moment donné c’est relou

Jimmy Butler Miami Heat

Jouer un quart-temps sur quatre, quel farceur ce Heat.

Source image : Youtube

On les connaissait pour leur capacité à remonter des gros déficits, mais la magie des hommes d’Erik Spoelstra n’a pas fonctionné cette nuit dans le Game 3 face aux Celtics. Menés de 20 points, Jimmy Butler et ses copains se sont réveillés trop tard et il leur faudra gommer cette mauvaise habitude s’ils veulent atteindre les NBA Finals. 

Si vous suivez ces Playoffs 2020 depuis le début, le mot remontada doit faire tilt pour deux équipes : les Denver Nuggets évidemment, qui ont retourné Utah et les Clippers alors qu’ils étaient menés 3-1, mais aussi le Miami Heat qui, nuit après nuit, se laisse mener au score avant de gagner dans les ultimes instants. Deux équipes spectaculaires mais qui ont tendance à jouer avec le feu, une habitude que le Heat aimerait bien perdre. C’est une constante chez eux depuis quelque temps, Miami offre souvent une première mi-temps moyenne avant de sortir le lance-flammes pour finalement s’imposer. Jusque-là pas de problème, puisque c’est seulement le deuxième match perdu en Playoffs pour les hommes de South Beach, mais avec l’adversité qui ne fait que grandir, il va falloir entrer dans le match plus rapidement. Un constat largement admis par les joueurs eux-mêmes, via ESPN.

Bam Adebayo : « Nous devons commencer le match comme nous commençons le dernier quart-temps. Je ne crois pas que nous soyons le genre d’équipe qui peut se permettre de faire le minimum, qui tente de trouver les solutions en première mi-temps et puis d’un coup active la machine. Ça ne marche pas comme ça, nous ne sommes pas ce genre d’équipe. »

Jimmy Butler : « C’est lassant de courir après le score, en permanence. En particulier contre une grande équipe comme Boston. Nous n’avons pas joué assez dur. Je pense que nous n’avons rien fait par rapport à ce que nous avions prévu. Nous savions comment ils allaient attaquer, nous ne nous sommes pas aidés mutuellement. Nous devons jouer au basket comme lors de tous ces matchs que nous avons gagnés. Nous le comprenons. Il n’y a rien que le coach puisse dire, ou Udonis Haslem. Nous le savons. C’est à nous d’arranger cela. »

Il est vrai que courir après des -20 match après match peut vite devenir usant, autant physiquement que mentalement. Néanmoins, et malgré la défaite, le Heat conserve une hargne sans borne. Cette nuit encore, l’écart est redescendu à cinq points après un bon run en seconde mi-temps. Insuffisant certes pour accrocher une troisième win consécutive mais symbolique par rapport à l’état d’esprit de ce groupe qui ne lâche jamais. Encore une fois, il n’y a pas le feu, il ne s’agit que de la deuxième défaite en douze matchs de postseason mais attention à ne pas réveiller la bête trop tard, au risque de paumer des matchs qui avaient tout pour devenir des victoires.

Miami en a marre de courir après le score en permanence. C’est bien beau de dire ça mais encore faut-il allumer la machine dès la première mi-temps. Allez, on se reprend au Game 4 avec un match complet, c’est à dire 48 minutes et pas 24 ou 12. 

Source texte : ESPN

1 Comment

1 Comment

  1. Alceste Poquelin

    20 septembre 2020 à 10 h 30 min at 10 h 30 min

    Ca tombe bien, ils sont pas obligés de le remonter à chaque fois. Si ça finit comme hier soir sur les 3 prochains matchs, je leur en voudrais pas.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top