One-on-One

Chris Paul et le Thunder, une fin cruelle mais une saison magnifique : le Point God peut repartir de Disney la tête haute

Lève la tête Cricri !

Source image : YouTube

Durant sa carrière, Chris Paul a connu de grosses déceptions en Playoffs, à tel point qu’il a souvent été moqué. Et la défaite de la nuit dernière contre Houston fait probablement partie des moments les plus difficiles de sa carrière, lui qui était au bord des larmes en conférence de presse. Mais cette fois-ci, pas de moqueries, que du respect. 

Il le voulait ce match. Peut-être plus que n’importe quel autre durant sa carrière. Car non seulement c’était un Game 7 de Playoffs, mais c’était un Game 7 contre son ancienne équipe de Houston, avec une équipe d’Oklahoma City que personne n’attendait à ce niveau, tout ça dans un environnement unique qu’il a aidé à construire dans son costume de président du syndicat des joueurs. Compétiteur acharné, Chris Paul voulait cette victoire pour toutes ces raisons, et pour continuer encore un peu l’aventure avec ses jeunes coéquipiers du Thunder, lui qui a joué le rôle de papa pendant toute la campagne 2019-20. Malheureusement pour le Point God, son triple-double n’a pas suffi. Auteur de 19 points, 11 rebonds et 12 passes décisives, CP3 a assumé son statut de leader, mais lui et les siens sont tombés dans les derniers instants, s’inclinant 104-102 contre James Harden et sa bande. Une défaite qui empêche Cricri de retrouver son grand pote LeBron James et ses Lakers en demi-finales de Conférence Ouest, et qui met fin à la superbe saison d’OKC. Tristesse et frustration étaient logiquement au rendez-vous en conférence de presse d’après-match, durant laquelle Paul s’est lâché sur Scott Foster a rendu hommage à son équipe (via ESPN/SportsCenter).

« Cette défaite est difficile à avaler. C’est dur. Nous nous sommes battus toute l’année. Évidemment, beaucoup de gens doutaient de nous, mais on ne doutait pas de nous-mêmes. On s’en foutait des prédictions. Avant chaque série, chaque match, on s’attendait à gagner. C’est comme ça qu’on a joué pendant toute la saison, à chaque match. Pendant toute la saison, on s’attendait à gagner, donc oui c’est très difficile. »

Quand Chris Paul est arrivé dans l’Oklahoma dans le cadre du transfert de Russell Westbrook en juillet dernier, on se demandait avant tout pour combien de temps il allait rester dans sa nouvelle franchise. Bah oui, avec le départ de Russ et de Paul George, le Thunder était clairement rentré dans une nouvelle ère, une ère de reconstruction qui ne semblait pas correspondre à un vétéran de 34 balais toujours à la recherche d’un titre NBA, le Thunder étant logiquement annoncé dans les bas-fonds de l’Ouest. Mais dès son arrivée, CP3 a pris son rôle de meneur vétéran très à cœur. Difficilement transférable avec son énorme contrat, Paul a pris Shai Gilgeous-Alexander et d’autres jeunots sous son aile pour ensuite déjouer les pronos. On le pensait sur le déclin après une deuxième saison compliquée à Houston et une fin tendax, mais Paul a rappelé à tout le monde pourquoi il était surnommé le Point God, et c’est toute l’équipe d’Oklahoma City qui a suivi le guide. Dans les stats, CP3 n’a pas forcément affolé les compteurs (17,6 points, 5,0 rebonds, 6,7 passes), mais l’efficacité retrouvée sur le plan offensif (48,9% au tir, 36,5% à 3-points, 90,7% aux lancers francs) symbolise bien le retour en forme du bonhomme cette saison. Autre symbole, son apparition au All-Star Game, la première depuis 2016, All-Star Game durant lequel il a conclu un alley-oop par un dunk à deux mains, merci le régime vegan. En jambes, très pro dans son approche et bien décidé à maximiser les points forts de sa nouvelle équipe, Chris Paul a proposé une petite masterclass cette année, enchaînant les exploits dans le money time et permettant au Thunder de devenir l’équipe la plus clutch de la NBA.

Au final, sous l’impulsion de son leader, le Thunder a surpassé toutes les attentes. L’une des belles histoires de la saison et l’une des grosses surprises bien évidemment. Le bilan d’OKC en 2019-20 ? 44 victoires pour 28 défaites et une magnifique cinquième place à l’Ouest, avec donc une nouvelle apparition en Playoffs, la cinquième consécutive pour le Thunder. Qui a parlé de reconstruction ? Un peu plus et Oklahoma City aurait passé le premier tour pour la première fois depuis 2016. Oui, cette défaite en sept matchs contre Houston est très difficile à digérer. Comme l’a dit Cricri en conférence de presse d’après-match, il y avait la place pour l’emporter et dégager Houston. Les 21 pertes de balle, dont six pour CP3, ont fait mal et les Rockets ont finalement réussi à s’en sortir à l’arraché. Mais clairement, Paul et le Thunder peuvent rentrer à OKC la tête haute. Ils n’ont jamais rien lâché cette saison, ils ont tout donné, et ils nous ont fait kiffer.

La pilule a du mal à passer pour Chris Paul, et on le comprend. La blessure liée à cette défaite lors du Game 7 est encore trop fraîche pour prendre véritablement du recul sur la belle saison de son équipe, mais CP3 peut être fier de lui et des siens. 

Source texte : ESPN / SportsCenter

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top