Magic

Zoom sur la bulle du Magic : disons qu’Orlando commence à bien connaître la formule « Ctrl C, Ctrl V »

steve clifford

Ouais, y’a de quoi faire la gueule, Steve…

Source image : Youtube

Le Magic est arrivé dans la bulle avec quelques espoirs, mais ces espoirs… sont rapidement retombés. Comme la saison dernière, Orlando accroche les dernières places pour les Playoffs, prend le premier match du premier tour et puis s’en va. C’est bizarre, on a comme un sentiment de déjà vu pour les Floridiens.

L’avantage, c’est que le retour à la maison sera court, et c’est bien le seul qu’on puisse trouver au Magic après cette bulle, d’ailleurs. Car le Magic n’a pas vraiment progressé sur cette fin de saison. Comme en 2019, ça sort en cinq face à un cador de l’Est après avoir pris le premier match au panache. Un goût d’inachevé s’installe quand on s’intéresse au cas des Floridiens, une équipe qui peut jouer à un bon niveau de basket mais dont le plafond reste assez bas, finalement. Alors, certes, les blessures n’ont pas aidé cette année. Entre Mo Bamba, Aaron Gordon, Al-Farouq Aminu et surtout Jonathan Isaac, Orlando n’avait pas vraiment les moyens de résister en Playoffs contre le rouleau compresseur du Wisconsin. Mais d’un côté, même avec une équipe au complet, qui aurait pu stopper la locomotive Giannis Antetokounmpo et son 31-15 habituel ? Allez, Jonathan Isaac aurait pu le contenir en… 28-14 ? Le constat est simple, collectivement, le Magic n’arrive pas à passer le pallier qui les mènerait plus haut dans une conférence Est assez ouverte. Résultat ? Comme l’an dernier, un gentleman sweep  et c’est fini, dur.

Mais justement, dans toute cette hécatombe de blessures, qui a pris le relais ? Eh bien, pas grand monde. Nikola Vucevic s’est retrouvé bien seul pour scorer et les résultats s’en sont fait ressentir. Dans la bulle, le Vooch a tourné à 20,4 points et 8 rebonds par match, et en Playoffs, il a explosé à 29,5 points accompagnés de 10 rebonds à 53,4% au tir dont 44,1% du parking, des stats très très sérieuses. Le problème c’est que les copains n’ont pas réussi à aider comme il se devait. À commencer par notre Evan Fournier national qui, après une très bonne saison régulière n’a pas su élever son niveau de jeu face aux Bucks (et dans la bulle en général). Passer de 18,6 points de moyenne avec des bons pourcentages à 11,5 points à 33,3% au shoot et 32,1% de loin, c’est moche. Ce ne fut pas beaucoup mieux pour D.J. Augustin et Markelle Fultz, bons par moments mais trop irréguliers sur l’ensemble. Seul Terrence Ross a surnagé dans le navire sombrant du Magic avec ses 17,2 points par match. En bref, il n’y a pas eu de miracle pour une équipe d’Orlando qui n’avait simplement pas les armes pour rivaliser face à l’ogre Milwaukee. Steve Clifford et John Hammond (GM) auront du boulot pour bâtir une équipe plus compétitive la saison prochaine, car oui, il va falloir opérer des changements au Magic.

  • Magic vs Nets : 128 – 118
  • Magic vs Kings : 132 – 116
  • Magic vs Pacers : 109 – 120
  • Magic vs Raptors : 99 – 109
  • Magic vs Sixers : 101 – 108
  • Magic vs Celtics : 119 – 122
  • Magic vs Nets : 96 – 108
  • Magic vs Pelicans : 133 – 127

PLAYOFFS

  • Magic vs Bucks : 122 – 110
  • Magic vs Bucks : 96 – 111
  • Magic vs Bucks : 106 – 121
  • Magic vs Bucks : 107 – 121
  • Magic vs Bucks : 104 – 118

Allez, on rentre à la maison, on prend le temps de recharger les batteries après ces deux mois intenses, et après on se pose à la table et on discute sérieusement de l’avenir de la franchise. Il y a des choix à faire et décisions à prendre pour John Hammond, car pour l’instant, ça stagne du côté du Magic et il faut faire des ajustements pour passer au stade supérieur.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top