Spurs

« Je suis plus en sécurité ici qu’au Texas » : Gregg Popovich se sent bien dans la bulle, on ne demande qu’à le croire

Gregg Popovich

Pop semble valider la bulle, en espérant que la bulle le valide.

Source image : Youtube

Alors que nombreux sont, à juste titre, inquiets à propos des conditions de jeu, de la contamination potentielle au COVID, du climat social et de la distance avec la famille, Adam Silver peut quand même compter sur des voix positives pour encenser la reprise de la NBA. C’est notamment le cas de Gregg Popovich qui a validé récemment le plan mis en place par la ligue. Un soutien de poids, à n’en pas douter. 

Ces derniers temps, on a souvent entendu parler de la peur des joueurs face au virus, au contexte social aux États-Unis ou encore au risque de blessures. Autant de difficultés qui ne peuvent que compliquer la reprise de la NBA. Heureusement pour la ligue, il y a aussi ceux qui vantent le travail accompli et qui sont prêts à reprendre le chemin des parquets. En tant que coach le plus âgé, et donc le plus « à risque » du circuit, l’avis de Gregg Popovich est particulièrement suivi par les médias US. Interrogé par ESPN, la légende des Spurs s’est montré serein par rapport aux conditions de vie dans la bulle, il se sent même à l’abri.

« J’ai parlé à beaucoup de personnes, à Adam Silver aussi, et tu te rends compte rapidement ce que lui et son équipe ont traversé pour mettre tout ça en place. Je crois sincèrement, et je ne dis pas ça en serviteur loyal de la NBA puisque j’ai aussi fait des critiques lorsque c’était nécessaire, qu’il n’y a aucun autre endroit où nous serions plus en sécurité qu’ici. Ils ne peuvent pas nous gâter autant qu’ils le faisaient avant le COVID mais nous sommes quand même bien gâtés, de bien des façons. » […]

« Si la bulle fonctionne, alors je suis plus en sécurité ici que je ne le suis au Texas. C’est une certitude. Vous n’avez qu’à regarder ce qui se passe là-bas. »

Si les conditions de reprise pour le jeu sont assurées alors il n’y a pas à hésiter pour Popovich, mais le virus est-il le seul facteur dans la tête des joueurs ? Beaucoup pensent davantage aux violences policières et aux inégalités qu’au basket en ce moment. Un élément non négligeable pour Pop qui espère bien que la NBA sera une tribune supplémentaire pour le mouvement.

« Depuis que la décision de reprendre la saison a été prise, dans les circonstances actuelles et avec toutes les précautions prises, c’est une incroyable opportunité de mettre au premier plan les questions raciales et d’en faire le sujet le plus important pendant que nous sommes ici. Les gens apprécieront les matchs, les victoires, les défaites, mais le message que la ligue voudra envoyer est un message d’équité. Que nul ne souffre d’injustice et que chacun ait à y penser chaque jour. »

Interrogé en visio par un journaliste, Pop s’est surtout penché sur la question du racisme. Il a particulièrement insisté sur l’importance d’être bien informé de ces faits qui existent depuis toujours, même si nous ne les voyons pas, sur la nécessité d’ouvrir les yeux sur ce qu’ont dû vivre certaines communautés pendant des générations, pointant notamment la période entre la fin de la guerre civile (1865) et le milieu du 20ème siècle où les lynchages étaient encore monnaie courante (6500 environ entre ces deux dates)…

Gregg Popovich a hâte de reprendre le basket mais ce n’est pas tout. Coachs, joueurs, officiels, tous sont aussi des personnalités qui ont une voix et un impact sur la société. Il est temps de profiter de la médiatisation de la ligue pour faire passer des messages : égalité, équité et sécurité pour tous, notamment. 

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top