One-on-One

Rappelez-vous, Mehmet Okur fut All-Star durant sa carrière : on n’invente rien, ça s’est vraiment passé

Mehmet Okur 26/05/2020

Un moment à jamais gravé dans les mémoires.

Source image : YOUTUBE

Certains All-Stars sont inoubliables, d’autres le sont totalement. Des joueurs qui brillent une saison et puis s’en vont, ou d’autres qui se retrouvent au match des étoiles un peu par hasard. C’est le cas de Mehmet Okur, All-Star en 2007. Retour sur un one-shot à la sauce turque.

Après deux saisons de chauffe à Detroit et une bagouze en poche, le géant turc part au Jazz en 2004. À Salt Lake City, Okur gagne en responsabilité et devient ensuite titulaire à part entière dans la raquette. Résultat, le Turc ne fait que progresser. Lors de la saison 2005-06, Memo explose ses records personnels et commence à lâcher des stats très sérieuses. 82 matchs en tant que titu, meilleur marqueur du Jazz, 18 points et 9,1 rebonds de moyenne, c’est solide. Mais collectivement, le Jazz ne parvient pas à accrocher les Playoffs. Il faudra attendre la campagne 2006-07 pour assister au vrai renouveau des Mormons, et Mehmet va en profiter. Deron Williams confirme son talent pour sa deuxième année dans la Grande Ligue, Derek Fisher débarque à l’été pour pousser le jeune meneur et apporter de la sérénité au Jazz, tandis qu’à l’intérieur, Carlos Boozer (20,9 points et 11,7 rebonds) et Okur (17,6 points et 7,2 rebonds) dominent les raquettes adverses. Les deux tours de l’Utah sont sélectionnées pour le All-Star Game. Car oui, il existe une époque où l’on prenait beaucoup d’intérieurs au ASG. Au milieu de Dirk Nowitzki, Tim Duncan et Kevin Garnett, Okur est logiquement sur le banc des remplaçants. Il est accompagné par un autre one-shot : le dénommé Josh Howard, ailier des Mavericks. Et non, ce n’est pas le frère d’un ancien pivot d’Orlando. Le Turc laisse une empreinte incroyable sur le match : 4 points, 2 rebonds, 1 assist, à deux doigts de piquer le titre de MVP du match à Kobe Bryant.

Si Carlos Boozer retrouvera les étoiles la saison suivante, Memo lui, regardera le All-Star Game 2008 devant sa télé. Car à l’inverse des grands joueurs, Okur peut se vanter de faire partie du cercle des mecs qu’une seule fois étoilés. Ce type d’All-Star dont, hélas, tout le monde oublie l’existence. Si cela fait quelques années qu’un intrus n’est pas rentré sur le parquet d’un ASG, la grande histoire de la NBA est là pour nous rappeler que plusieurs pépites ont osé se mesurer à de futurs Hall of Famers. On l’a dit, Mehmet Okur était assis à côté de Josh Howard, mais il y a d’autres cas. Celui de Chris Kaman par exemple, sélectionné en 2010. Le garçon posait 18 points et 9 rebonds chaque soir et était le meilleur marqueur des Clippers. Oui, cette phrase est folle. Vous vous souvenez de Jamaal Magloire ? Non ? C’est normal. Pivot titulaire des New Orleans Hornets en 2004, il réalise sa première et unique saison en double-double (13,6 points, 10,3 rebonds) et est choisi pour participer à la grande fête. On connaît des gens qui n’ont pas été sélectionnés pour mieux que ça, n’est-ce pas Damian Lillard ? On peut aussi citer Gerald Wallace de la Dream Team des Charlotte Bobcats, sélectionné pour le All-Star Game en 2010. Des one-shot comme Mehmet Okur, on peut donc en citer quelques-uns. C’est aussi ça la légende de la NBA et de ses étoiles.

Mehmet Okur et ses 2m11 auront fait une carrière correcte dans la Grande Ligue. Si on avait dit au jeune Memo du fond de sa Turquie natale qu’il serait champion NBA et All-Star, pas sûr qu’il aurait cru à ce scénario. Juste comme ça, sachez qu’Okur possède plus de sélections au match des étoiles que Lamar Odom et Cedric Maxwell réunis. Allez, on finit là-dessus.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top