Lakers

Jeremy Lin balance une nouvelle anecdote épique sur Kobe Bryant : chacun sa manière de dire au revoir à ses coéquipiers

Spoiler : ce n’était pas aussi courtois.

Source image : YouTube

Les anecdotes épiques sur Kobe Bryant ne sont pas nouvelles, elles pleuvent d’ailleurs depuis le terrible décès du Black Mamba. Mais celle racontée par Jeremy Lin hier fait sans doute partie des meilleures. Il n’y a pas que Michael Jordan qui pouvait se montrer… brutal avec ses coéquipiers.

« Winning has a price. Leadership has a price. » Ces deux phrases prononcées par Michael Jordan dans « The Last Dance » – quand il a parlé de son comportement parfois tyrannique avec ses coéquipiers – sont restées dans pas mal de têtes. Et ce prix à payer, c’était d’être considéré comme tout sauf un nice guy. Vous devez sûrement vous demander quel est le rapport avec notre histoire du jour. Le voici. Kobe possédait une attitude similaire quand il était le leader des Lakers, et il ne s’est pas fait que des amis dans la Grande Ligue. La preuve avec l’anecdote que nous raconte Jeremy Lin, qui revient sur ce jour où le Black Mamba s’est montré particulièrement venimeux avec certains de ses coéquipiers. En l’occurrence, c’était de la violence pure et dure. Pour vous placer un petit peu le contexte, nous sommes lors de la saison 2014-15, à la veille de la trade deadline.

« Il est venu en jogging, il avait une écharpe pour son épaule blessée et il portait des lunettes de soleil. Et Carlos Boozer lui dit, ‘Kobe, ça fait plaisir de te voir mon frère, ça faisait un bail, qu’est-ce qui t’amène ?’ Kobe n’avait aucune expression sur son visage, et il a répondu, ‘Je suis juste venu dire au revoir à certains clochards qui sont sur le point de se faire transférer demain' » a déclaré Linsanity sur le podcast Inside The Green Room présenté par Danny Green.

Pas très chaleureux comme au revoir. Il faut dire qu’à ce moment précis, les Lakers avaient un bilan médiocre de 13 victoires pour 34 défaites. On connaît le compétiteur qu’était Bryant et être coincé sur le banc de touche pour cause de blessure (35 matchs seulement pour lui cette saison-là) pendant que ses coéquipiers enchaînaient les désillusions ne devait pas être une situation facile à vivre pour le Mamba. Finalement, aucun « clochard » n’a fait ses valises lors de cette trade deadline et le déplacement de Kobe jusqu’à la salle d’entraînement a donc été vain. Vain pour lui mais quelques années plus tard, elle nous offre une anecdote assez épique qui fait forcément sourire aujourd’hui avec le recul, même si elle n’a pas dû faire rigoler les joueurs à l’époque. Les Lakers ont donc fini la saison avec cet effectif et avec un terrible bilan de 21 victoires pour 61 défaites.

Pépite racontée par Jeremy Lin qui nous montre une nouvelle fois une face un peu plus sombre du Black Mamba vis-à-vis de ses teammates, comme on a déjà pu le voir avec Michael Jordan dans « The Last Dance ». Ces deux arrières mythiques ne se ressemblaient pas que dans le jeu.

Source texte : Inside The Green Room – Danny Green

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top