Equipes

La relation entre Lloyd Pierce et Trae Young ne serait pas top : en gros, la saison prochaine sera celle de tous les dangers

Trae Young 13 novembre
Source image : NBA League Pass

Auteurs d’une saison clairement décevante, les Hawks savent que la pression est sur leurs épaules pour l’année prochaine. Du progrès, il en faudra, des Playoffs, ça visera, sous peine de voir certaines têtes partir. Et en tête de liste ? Lloyd Pierce, le coach d’Atlanta, qui ne serait pas en très bons termes avec son meneur Trae Young.

Installé dans la franchise de Géorgie depuis deux ans maintenant, Lloyd Pierce est un ancien assistant des Sixers qui s’était promis de développer au maximum les talents présents dans son effectif. Sans forcément penser à jouer le titre dès les 24 premiers mois, le jeune entraîneur prônait la patience, le calme, et la croyance en un projet long-terme, sans mettre la charrue avant les boeufs. Et d’un côté, comment ne pas le suivre dans ses propos ? On ne claque pas des doigts pour devenir les Warriors de 2016, ou les Sixers post-Process. Il faut du temps, des erreurs, des désillusions, et de quoi apprendre certaines leçons. Dans son axe de prédilection, le travail en individuel, Pierce a excellé en transformant notamment certains joueurs en petites pépites made in Atlanta. John Collins est aujourd’hui une machine à double-double qui espace le terrain en tirant à trois-points. Kevin Huerter a dépassé les attentes en sortie de Draft. Cam Reddish a progressé au fil de sa saison rookie pour offrir beaucoup de promesses aux fans. Et, évidemment, il y a Trae Young. Le phénomène a reçu les clés de la baraque et dirigé le show des Hawks, pour le plus grands bonheur des jeunes fans et des community managers de la Ligue. Une tornade sportive et médiatique autorisée par Pierce, mise en avant par Pierce, et en ce sens difficile de lui en vouloir.

Le problème ? C’est que malgré ce pool de joueurs talentueux, les gars d’Atlanta ont déçu. Ils ont offert une terrible deuxième saison en ne remportant que 20 matchs, sans défendre deux soirs de suite, et la frustration a grimpé chez les uns comme les autres. Alors que les Hawks comptaient sur leurs vétérans pour cadrer tout ça, l’effet escompté n’a pas eu lieu. Collins a reçu 25 matchs de suspension. Et aussi doué que soit Trae Young, sa flemme en défense et sa marge de progression dans le leadership ont créé une bulle autour de lui. Comme un joueur quasiment intouchable, que le management veut chérir à tout prix. Les décisionnaires d’Atlanta ne peuvent envisager le moindre scénario dans lequel, après avoir laissé Luka Doncic de côté, Young serait mécontent et partirait, rendant le trade de la Draft 2018 un des pires de l’histoire. Du coup, quand on voit les récents rapports envoyés par Chris Kirschner de The Athletic, on voit un doux sujet monter en température dans les rues de Géorgie. Ce sujet ? C’est la relation entre Ice Trae et Lloyd Pierce. Deux jeunes dans leur profession, deux fortes têtes, deux façons de voir les choses et un rendez-vous donné la saison prochaine si les progrès ne sont pas visibles dans le classement à l’Est.

« Lloyd Pierce est très respecté dans cette Ligue, mais je ne le vois pas rester à Atlanta sur le long-terme. J’ai écrit plusieurs fois dessus, mais sa relation avec Trae Young n’est pas la meilleure qui existe. Est-ce que cela pourrait changer à l’avenir ? Possiblement, mais le fait que Pierce n’a que deux saisons d’expérience en tant que coach principal et que sa star n’est pas là pour le soutenir régulièrement, je ne vois pas comment Lloyd peut tenir en sachant que les Hawks ont investi leur avenir sur Young et ils veulent l’apaiser à tout prix. » – 3 avril 2020

« Je sais qu’il y a eu plusieurs moment frustrants tout au long de la saison dans le vestiaire, et pas seulement pour les meilleurs joueurs de cette équipe. Je sais aussi que la relation entre Pierce et Young n’est pas forte. Je ne sais pas si les choses auraient été totalement différentes dans le cas où les Hawks auraient eu des vétérans et réalisé une saison comme celle des Grizzlies en accrochant une place en Playoffs. Mais il semble que la relation entre Pierce et Young est distante, et cela vient surtout du joueur plutôt que du coach. » – 25 mars 2020

Ces rapports ont lieu après une première salve qui avait eu lieu en février dernier, et qui avait déjà sonné l’alarme à Atlanta. En effet, après une sale défaite suite à laquelle Pierce remettait en question l’investissement et l’énergie de ses leaders, Trae avait botté en touche et estimé que c’était « son opinion« . C’était quelques jours après une fin de match ratée à Miami, durant laquelle Young n’avait pas exécuté un système de son coach alors que la demande était claire pour les autres joueurs présents sur le terrain. Tout cela venant entourer l’histoire des JO de 2020 et de Team USA, le jeune meneur ayant été écarté de la liste des joueurs invités au camp d’entraînement de cet été. Même si les Olympiades sont finalement décalées d’un an, Young n’a pas caché sa déception lorsqu’il a appris qu’il ne faisait pas partie du groupe du camp. Et Pierce ? Et bien disons que face aux médias, l’entraîneur a répondu que c’était normal que Trae soit mis de côté. Qu’il fallait prendre son mal en patience, et que devant Trae se situaient des joueurs plus expérimentés, plus décorés, plus… forts, tout simplement. Rien d’hallucinant dans ces propos, mais l’effet d’une bombinette qui n’a clairement pas plu au camp du meneur, que ce soit le joueur lui-même ou son propre père, faisant sa part du boulot sur Twitter en ne soutenant pas Lloyd Pierce. Bref, vous l’aurez compris, c’est pas la joie entre le All-Star et son coach.

Maintenant, on sait que les victoires pansent toutes les blessures. Et les équipes à succès n’ont pas les mêmes soucis que celles tout au fond du classement. Afin de changer de bord et poser ses bourses sur la table, l’entraîneur d’Atlanta a ainsi offert une promesse qui servira de minuteur sur sa position à la tête des Hawks. En effet, Pierce a tout simplement affirmé que la progression naturelle de son équipe serait celle d’entrer dans le Top 8, et qu’il n’avait pas peur d’affirmer que son groupe doit aller en Playoffs. Quand un coach affirme publiquement que son groupe doit aller en Playoffs, deux choses peuvent se passer : soit il y va et bien joué, soit il n’y arrive pas et la suite commence par Pôle et finit par Emploi. La table est donc dressée en Géorgie. Le management ne peut pas frustrer Trae Young plus longtemps, le recrutement de Clint Capela a envoyé un premier message et les futures décisions seront portées vers un retour en Playoffs. Si Atlanta y arrive la saison prochaine ? Tant mieux, cela sauvera la peau de Pierce un court moment. Si Atlanta chute aux portes du Top 8 ? Lloyd fera ses valises. Quel que soit le scénario, une chose est sûre, la relation entre le coach et Trae Young n’est pas top, et si cela ne s’arrange pas on sait très bien qui sera renvoyé. Un signe peu rassurant, au passage, concernant la gestion d’une franchise qui mise absolument tout sur un joueur.

Aussi talentueux soit-il, Trae Young a encore du pain sur la planche. Peut-être que les Hawks seraient-ils meilleurs si leur leader en avait quelque chose à foutre de la défense, par exemple ? Lloyd Pierce a lui aussi droit à son lot de critiques. Mais plus que jamais, la saison à venir sera déterminante à Atlanta.

Source : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top