Old-School

Ce jour où John Stockton a dépassé les 2 000 interceptions en carrière : même la Casa de Papel ils font pas mieux en matière de vol

Stockton 17 février 2020

Voleur plus prolifique que le professeur.

source image : YouTube

Lorsque John Stockton est arrivé en NBA en 1984, il n’était pas vraiment considéré comme un joueur au potentiel de Hall of Famer. Et pourtant, il est juste devenu l’un des plus grands meneurs de l’histoire du jeu. Meilleur passeur, meilleur intercepteur, c’est sympa sur un CV.

Petite taille, physique passe-partout, une dégaine de comptable, mais surtout un meneur de génie. Comme quoi les apparences peuvent être trompeuses parfois et elles le sont avec John Stockton. Véritable maestro de la balle orange, le petit blanc-bec est arrivé en NBA en 1984 après avoir fait ses gammes à Gonzaga. 16è choix à la Draft, il rejoint le Jazz où va avoir lieu un tel coup de foudre qu’il ne quittera jamais les Mormons. Et derrière ses airs de randonneur et une coupe de cheveux digne d’un P.D.G. de club de vacances ou d’un responsable de S.A.V., se cache le meilleur des voleurs. Arsène Lupin en est même jaloux. Le 26 mars 1994, Stock devient le second joueur de l’histoire à dépasser les 2 000 interceptions face aux Rockets du grand Hakeem Olajuwon. Dans ce match que les siens vont perdre 98-83, le meneur va chiper deux petits ballons. Une stat anecdotique ? Oui. Mais dans une Ligue encyclopédique qui voue un immense culte pour les chiffres, une Ligue où tout est compté, quantifié, calculé au dixième près, ça compte. Quand il s’agit de classer des monstres sacrés ayant évolué à plusieurs décennies d’écart, les statistiques représentent quelque chose de concret.

Dépasser la barre des 2 000 interceptions, c’est très bien, mais John Stockton a terminé sa carrière bien plus haut, avec 3 265 interceptions au total, un record all-time et le seul joueur à avoir atteint la marque symbolique des 3 000 steals. Immense ! Alors oui, être là tous les soirs pendant 19 ans, ça aide à construire ce genre de records, mais n’est pas intercepteur qui veut. Il faut un don naturel, une intelligence défensive avec un flair hors pair, et de la mobilité. Un défenseur très très futé l’ami John. 1m85 et 78 kilos de talent et de vision de jeu. Au plus haut, il est monté jusqu’à 9 vols en un match, c’était contre les Rockets en 1991, encore eux. Ce sont aussi eux – entre autres – qui ont barré la route du titre à l’un des duos les plus complémentaires de l’histoire (coucou Karl Malone), avec une victoire sur le Jazz lors des Finales de Conférence 1994, puis au premier tour en 1995. Parce que c’est aussi ça John Stockton, un loser fantastique. Certes il y a eu l’or olympique en 1992 et 1996, mais il reste comme une petite odeur d’inachevé avec ces deux Finales NBA perdues en 1997 et 1998. Il empile les records sans empiler les bagues, maudit MJ. En carrière, c’est 13 points, 10,5 passes et 2,2 interceptions par match. Et ça, c’est en prenant compte ses premières saisons passées sur le banc du Jazz. À son pic, c’était plutôt du 17 points, 14,5 passes, 2,7 interceptions, le tout à 51% au shoot et 41% de la buvette, monsieur propre quoi. Il compte aussi 10 sélections au All-Star Game, il a été 9 fois meilleur passeur et deux fois meilleur intercepteur.

Les records les plus prestigieux sont souvent représentés par les joueurs les plus prestigieux. Il ne faut pas s’étonner de ne voir que des légendes du basket dans le top 10 des meilleurs intercepteurs de l’histoire de la Grande Ligue : Jason Kidd, sa Majesté Michael Jordan ou encore Gary Payton, et à la tête de tout ce beau monde, on a donc Stock et ses 3 265 interceptions en carrière. Un record qui s’annonce très difficile à aller chercher. Les seuls encore en lice sont Chris Paul (2 220) et l’inévitable LeBron James (2 011). Mais la route semble bien trop longue pour les deux vétérans afin de détrôner l’ancien meneur du Jazz. 

Presque 20 000 points en carrière, plus de 15 000 offrandes et donc 3 265 interceptions, c’est légendaire. Le moins qu’on puisse dire c’est que le bonhomme cache bien son jeu. Joyeux anniversaire John Stockton.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top