News NBA

Paul Pierce revient sur son agression : « Les gens ne le savent pas, mais j’ai porté une arme à feu pendant deux ans après ça »

Paul Pierce

Paul Pierce est passé tout près de la mort le 25 septembre 2000.

Source image : YouTube / Beyond The Glory

En pleine carrière NBA, Paul Pierce est passé très près de la mort le 25 septembre 2000. Poignardé à onze reprises, celui qu’on surnomme The Truth revient sur le traumatisme qui l’a poursuivi pendant des années.

C’était le 25 septembre 2000, Paul Pierce a tout simplement dit non à la mort. Alors star montante des Celtics, il venait d’enchaîner deux premières saisons plus que prometteuses en vert et blanc. La première le voyait figurer dans la NBA All-Rookie First Team 1999, avant d’embrayer sur un second exercice tout aussi concluant. 19,5 points, plus de 5 rebonds et assists au sein d’une équipe du fond de la Conférence Est. À l’époque, Paulo avait 22 ans. Et il va vivre un véritable traumatisme comme il le racontera plus tard. Un incident d’une violence ahurissante qui aurait bien pu lui coûter la vie. Cela s’est produit dans une ancienne boîte de nuit de Boston, le Buzz Club, où The Truth se rendait pour un événement privé. Les témoins ont raconté que Pierce essayait de séparer deux personnes d’une bagarre quand il s’est fait poignarder. Lui raconte avoir été pris à part par un groupe d’hommes l’ayant vu discuter avec plusieurs femmes dans la boîte. Les agresseurs lui ont asséné onze coups de couteau dans le dos, le visage, le cou et le ventre, et lui ont fracassé une bouteille sur la tête. Présent dans le club, Tony Batti son coéquipier, l’a tout de suite emmené à l’hôpital le plus proche, le New England Medical Center, et lui a sans doute sauvé la vie. Un véritable traumatisme qui aurait pu pousser Paul Pierce à faire le pire. C’est lui-même qui l’explique sur le podcast All the Smoke, animé par les anciens joueurs Matt Barnes et Stephen Jackson. 

« Je n’arrivais même plus à dormir [suite à l’agression, ndlr], c’était vraiment grave. Et puis je devais avoir une surveillance policière chez moi 24 heures sur 24, ça m’a rendu vraiment parano. Un événement comme celui-la, ça te change mec. Vous ne savez plus où aller, où mettre les pieds, vous ne savez pas de qui vous devez vous méfier. Les gens ne le savent pas, mais j’ai porté une arme à feu pendant deux ans juste après ça. T’es sur le qui-vive, tu veux te protéger, t’es là, ‘Mec, je vais tuer quelqu’un’. »

Ça fait froid dans le dos. Malgré tout, et un peu chanceux dans son malheur, P-double ne souffrait que de blessures superficielles et a pu être opéré avec succès. Et même s’il a clairement regardé la mort dans les yeux ce soir-là, la faucheuse ne pensait sûrement pas tomber sur un gars aussi coriace. À peine cinq semaines plus tard, l’enfant d’Oakland était déjà d’attaque pour le premier match de la saison régulière. Saison qu’il va terminer avec 25 points plus de 6 rebonds et 3 passes en ayant joué les 82 matchs, le bonhomme a définitivement un mental d’acier.

La suite, on la connaît. Une formidable carrière de vert vêtu, dix All-Star Games, un titre en 2008 et un MVP des Finales. Être passé si près de la mort, l’a sûrement rendu un peu plus tueur dans l’âme.

Source texte : All The Smoke

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top