Bucks

Giannis Antetokounmpo toujours plus facile : 41/20/6 face aux Hornets, y’en a marre de ces mecs qui ne font que courir et dunker

Si le Clippers – Sixers de 21h30 avait davantage une gueule de soirée parfaite en prime time, la NBA nous offrait hier en apéro un remake du dernier Paris Game. Bucks versus Hornets, un genre de PSG – Metz version orange et US, avec un leader côté Daims que l’on pourrait qualifier de mix entre Zlatan, Neymar et Pauleta, même si son corps rappelle aussi celui de Sammy Traoré. Et devinez ce qu’il se passe quand Sammy cartonne une ruche en TGV ?

Les mots manquent après ce match. Difficile en effet de trouver les termes afin de décrire Giannis Antetokounmpo, soir après soir. Domination ? Oh, c’est bien plus que ça. On partirait plutôt sur de l’omnipotence, sur une souveraineté ou même, que dis-je, sur une dictature. Certaines franchises et certains coachs réussissent encore à freiner la bête hein, évidemment, mais pour ce qui est de 95% des sorties du MVP en titre ? C’est un carnage, une boucherie, un massacre, et la soirée d’hier n’a pas échappé à cette terrible règle. Privés une fois de plus de Khris Middleton, Milwaukee a pu compter cette fois-ci sur un duo George Hill / Brook Lopez au rendez-vous de la terre connue, mais c’est donc cet espèce de grand machin grec qui a une nouvelle fois marché sur l’eau afin d’offrir aux Bucks une nouvelle victoire, étriquée et longue à se dessiner (93-85) mais ne souffrant d’aucune contestation tant le petit coup d’accélérateur en fin de match a suffi, au cours d’une soirée arquée également par le retour à Charlotte de Marvin Williams, ça manque de hype mais c’était tout mignon.

Le Greek Freak ? Énervant. Agaçant, irritant, exaspérant. Car aujourd’hui on a ouvert le Dico des synonymes, parce qu’aujourd’hui, pour une fois, les mots manquent. Les stats ? 41 points, 20 rebonds et 6 passes, à 17/28 au tir et en 35 minutes. Ce qu’il faut retenir de cette marque ? Déjà que c’est la première fois et certainement pas la dernière que l’homme qui ne sait que courir et dunker tape la double-marque 40 et 20, mais que c’est également la première fois depuis un certain Kareem Abdul-Jabbar qu’un joueur des Bucks claque un 40-20-5, et la première perf du genre depuis… DeMarcus Cousins avec les Pels. Ça c’est pour les chiffres, pour l’histoire. Dans les faits ? Hum, que dire… Que Giannis s’est régalé ? C’est plus que ça. Les Hornets étaient un plateau repas disposé sur la table du salon, et la liane des Bucks avait carte blanche pour se remplir la panse. En douceur ou en force, de près comme de loin et terminant son festival avec un combo spin-move – tomar indéfendable même par un Monstar, Giannis Antetokounmpo a donc inscrit une ligne de plus à sa candidature pour le trophée de MVP 2020, le genre de dossier qui ne squatte même plus la même pile que les autres d’ailleurs, et les Bucks ont par la même occasion gagné un match de plus, le 52ème en  sorties, en continuant de patienter sagement avant les Playoffs dans une Conférence Est pas vraiment à la hauteur.

Nouvelle victoire pour Milwaukee, et énième mixtape de Giannis Antetokounmpo, qui possède désormais deux mains et 1,9 pied sur son deuxième trophée de MVP. Et dire que ce cinglé est encore tout jeune, mais quelle vie.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top