Rockets

James Harden réplique après la punchline de Giannis Antetokounmpo : un octogone, deux MVP, il ne doit en rester qu’un

James Harden pari

Il n’y a qu’une seule manière de régler ça.

Source image : YouTube

Mais que voit-on ? Ne serait-ce pas là un début de rivalité qui est en train de naître sous nos yeux entre les deux derniers MVP de la Ligue ? Giannis Antetokounmpo a voulu rigoler un peu mais James Harden n’a pas le même sens de l’humour et ça donne un beef à plusieurs dizaines de millions de dollars et une soixantaine de points de moyenne en cumulé. Allez, pop-corn.

Depuis trois ans, les fans votent pour élire les chefs d’équipe au All-Star Game. Une fois le capitaine désigné au sein de chaque Conférence, une Draft est organisée pour construire les effectifs de la manière la plus équilibrée possible. La première année, Stephen Curry et LeBron James avaient effectué leurs choix en toute discrétion, sans qu’il y ait de grosses caméras braquées sur eux. Mais cette formule manquait un peu de piquant et tout le monde était curieux de savoir comment s’étaient formées les équipes et qui avait été sélectionné en dernier chez les titulaires et chez les remplaçants. Message reçu 5/5 par Adam Silver qui avait écouté les remarques pour revenir avec un tout nouveau format l’année suivante. Depuis 2019, cette All-Star Draft est donc télévisée et diffusée sur TNT. Une émission qui se déroule dans la bonne humeur mais qui n’empêche pas les capitaines d’envoyer quelques scuds plus ou moins préparés et volontaires à leurs pairs étoilés. Les fans sont aux anges mais certains All-Stars sont moins enthousiastes quand ils ont été attaqués gratuitement par un chef d’équipe sans micro pour réagir à la punchline qui leur a été balancée au visage. On imaginait donc que la petite pique de Giannis Antetokounmpo au sujet de James Harden avait du mal à passer à Houston lorsque le Grec avait décidé de prendre Kemba Walker plutôt que le barbu pour rejoindre son crew en fin de sélection des starters.

« Je veux quelqu’un qui sait faire des passes. »

Eclat de rire général sur le plateau de TNT mais on se doute que le son de cloche est différent dans les loges du Toyota Center. Concrètement, le MVP sortant voulait sûrement dire qu’il avait besoin d’un meneur de métier pour compléter son équipe alors que Ramesse est davantage un arrière. Sauf que la formule implique d’autres pensées qui traduisent un peu un cliché général au sujet du cuisinier de Houston. En route pour un troisième titre de leading scorer consécutif cette saison, on a parfois tendance à oublier que The Beard a aussi été meilleur passeur avec 11,2 caviars de moyenne en 2016-17 et qu’il est encore Top 10 dans cette catégorie cette année. Les stéréotypes ont la vie dure et James Harden a saisi l’opportunité d’être interviewé par Rachel Nichols d’ESPN pour corriger cette attaque sans fondement de Captain Giannis.

« Je tourne à plus de passes décisives que lui [Kemba Walker, ndlr] je pense. Donc je ne saisis pas trop la blague. Je ne la vois même pas. Je ne fais pas attention à ce genre de chose. Je sais juste qu’aucun d’entre eux ne peux me tester. J’aimerais bien pouvoir faire plus de 2 mètres 10, et courir et me contenter de dunker. Pas besoin de talent particulier. Mais j’ai dû apprendre à jouer au basket et travailler sur la manière d’améliorer mes compétences et je ne changerai ça pour rien au monde. »

Il fait chaud d’un coup, non ? Vlan, uppercut directement dans le menton du franchise player des Bucks qui ne s’y attendait pas. Il ne faut pas oublier qu’en plus de s’affronter toute l’année, les deux All-Stars sont en concurrence pour le trophée de MVP chaque année. Si le Greek Freak semble avoir pris une avance confortable notamment grâce aux résultats des Bucks qui ont battu un nouveau record de précocité pour se qualifier en Playoffs, Ramesse n’a pas dit son dernier mot d’autant que les Rockets sont sur une bonne dynamique avec leur micro-ball. En tout cas, ne comptez pas sur lui pour baisser les yeux dans le combat sportif et médiatique, il est bien trop fier et ambitieux pour ça. Actualisé sur la réponse de son homologue avant d’affronter le Thunder hier soir, Giannis a préféré éteindre le feu en conférence de presse.

« Je ne suis pas le genre de mec qui va rentrer dans ce jeu là avec quelqu’un. […] J’essaye juste de faire mon boulot qui consiste à gagner des matchs et rentrer à la maison avec ma famille. En fin de compte, si c’est ce qu’il croit il a le droit. Je ne peux rien redire là-dessus. Je dois juste rester concentré. »

Quelque chose nous dit que cette affaire est loin d’être terminée. Vu le temps qu’il a fallu à JH13 pour digérer sa deuxième place pour le trophée de MVP en 2017, on peut être sûr d’une chose. Le poilu du menton est rancunier et il n’est pas du genre à oublier ce genre de trashtalking. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Milwaukee recevra les Rockets dans un mois, le 25 mars prochain, pour un match qui sent déjà la poudre et qui devrait se terminer avec un gros triple-double dans chaque camp pour montrer qui a la plus grosse.

Rien de bien méchant mais une nouvelle rivalité vient peut-être de naître dans la Ligue entre deux des meilleurs joueurs du monde. L’histoire pourrait devenir encore plus croustillante en cas de confrontation en Finales NBA mais on n’en est encore pas tout à fait là. Dans les bureaux de la Ligue on doit avoir le smile. Deux stars qui se chatouillent, c’est bon pour le storytelling et le business. Alors si on ne connait pas encore le vainqueur de ce duel, on peut déjà dire que c’est une victoire de la Ligue par KO.

Source texte : TNT et ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top