Pelicans

J.J. Redick revient sur son bizutage lors de son année rookie : la douche froide, ce n’est pas juste une image

JJ Redick

Depuis, J.J. est un peu plus à cheval sur les heures.

Source image : YouTube/ESPN

Aux États-Unis, on parle plutôt de « hazing », cette pratique qui vise à faire galérer les rookies de bien des manières. La plupart du temps, on se contente de challenges plutôt bon enfant. Dans son podcast, J.J. Redick est revenu sur le pire bizutage qu’il ait subi, et on comprend qu’il ne l’ait pas oublié, ses coéquipiers ont légèrement abusé.

Enrouler la voiture du petit nouveau avec du PQ, lui faire manger des trucs pas frais, au Magic, c’est surfait. Drafté par Orlando en 2006, J.J. Redick raconte un épisode de sa carrière qui l’a marqué, et on se rend vite compte que l’accueil des petits nouveaux s’est bien assagi depuis. Un peu trop sûr de lui dans sa première saison, le sniper n’était pas particulièrement apprécié par ses coéquipiers. Alors forcément, quand le jeunot est un peu trop confiant et qu’il arrive en retard à un entraînement, ses coéquipiers ne vont pas le rater. La méthode ? Pour préparer un bizutage sauce Disney, commencez par demander au joueur de se poser sur une chaise « pour s’excuser ». Prenez trois coéquipiers et du bon gros scotch pour l’attacher. Portez le monsieur sous la douche, sous une eau bien gelée. Laissez le rookie pendant une heure, et encore, c’est bien parce que le manager de l’équipement l’a retrouvé. Si le désormais vétéran raconte l’anecdote avec bonne humeur, ça reste pas très malin, alors on évite de faire la même avec le petit cousin, ça pourrait mal finir.

J.J. et Jrue Holiday l’expliquent dans le podcast, à l’époque, les nouveaux étaient bien plus malmenés et n’avaient pas vraiment le droit de se rebeller, quitte à voir les anciens leur mettre une bonne raclée. À entendre l’anecdote précédente, on veut bien les croire, en tant que première année, valait mieux ne pas déconner. Les deux Pels sont revenus sur d’autres histoires pour illustrer ce que subissaient les petiots dans l’ancien temps. Les rookies étaient alors de corvée et au service des plus vieux : chercher des donuts ou ramener un KFC à 1h du matin, c’était un peu le quotidien. Dans la même idée, mais un peu moins sobre, il fallait aussi parfois ramener des capotes aux copains. En déplacement, les gosses se trimbalaient donc selon Jrue et Redick avec un paquet de 150 objets en caoutchouc dans le sac à mettre en libre-service, et on a comme l’impression que Dwight Howard en a bien profité. Être un rookie, dans un passé pas si lointain, c’était clairement pas banal. Maintenant, les plus petits se contentent de chanter du Backstreet Boys ou de porter des sacs Barbie, ça fait de beaux moments sur Twitter, et c’est peut-être pas plus mal.

Sacrée anecdote lâchée par J.J., de quoi illustrer le « hazing » infligé il n’y a pas si longtemps aux petits jeunes en NBA. Ces initiations se sont perdues depuis, et si certaines d’entre elles étaient plutôt drôles, pour d’autres comme la douche froide, mieux vaut oublier. Faire les corvées c’est bien, mettre les plus jeunes en danger, ça l’est moins.

Source texte : The J.J. Redick Podcast

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top