Mavericks

Après les Rockets, c’est au tour des Mavericks de porter réclamation sur l’arbitrage : ça devient une spécialité texane on dirait

Mark Cuban 24 février 2020

Quitte à prendre une grosse amende de la Ligue, Mark a décidé d’aller jusqu’au bout des choses.

Source image : Youtube

Connaissant le bonhomme Mark Cuban, qui fait partie des plus grandes gueules de la NBA, on attendait plus qu’une réaction enflammée sur Twitter après le finish controversé contre les Hawks d’Atlanta. Et ça n’a pas raté puisqu’on apprend qu’une réclamation a été déposée par les Mavericks pour rejouer la fin de ce match polémique. Déjà que les hommes de Lloyd Pierce galèrent pour accumuler les victoires, si en plus on les conteste…

Pour remettre les choses dans leur contexte, revenons sur cette fameuse action. On est à 109-107 en faveur des Faucons, il reste une dizaine de secondes à jouer quand Trae Young décide de jouer son un-contre-un face au numéro 55 des Mavericks, Delon Wright. Après une petite série de dribbles, le meneur All-Star déborde son adversaire et drive vers le cercle pour terminer avec un lay-up, sauf que le père Dorian Finney-Smith – faisant office de deuxième lame – s’élève pour contrer Très Jeune, et parvient à toucher le ballon. Dans le prolongement de ce contre, John Collins suit bien et termine par une petite claquette, mais cette dernière a lieu après un coup de sifflet des arbitres, qui signalent un goaltending. Compte tenu du contexte, les hommes en gris décident de revisionner le bordel et là, ils indiquent que leur coup de sifflet était de trop. Selon eux, le block est correct, et le goaltending a été sifflé « par inadvertance ». On pense alors que Dallas aura une dernière chance pour égaliser ou passer devant. Oui mais non en fait. Le corps arbitral décide d’accorder quand même les deux points en invoquant la règle de la continuation car selon eux, l’intérieur des Hawks était déjà en mouvement pour shooter au moment du coup de sifflet. Et ça évidemment, ce n’était pas du goût de Mark Cuban, qui n’est pas encore connu pour son calme olympien. Résultat, d’après le New York Times, sa franchise des Mavs a décidé de porter réclamation auprès de la Ligue.

Voulant rejouer la fin de match, les Mavericks évoquent tout simplement une « misapplication of the rules » (« mauvaise application du règlement » pour ceux qui ne sont pas fans de la langue de Shakespeare) qui a influé sur le résultat final. Honnêtement, vu la vitesse à laquelle tout ça s’est déroulé, l’issue de l’action aurait probablement été la même, peu importe la décision des arbitres. Si les Trois Mousquetaires n’avaient pas bronché sur cette action, il est très probable qu’un John Collins, seul dans la raquette, aurait quand même réussi à refermer le couvercle et donner ces fameuses deux possessions d’avance à Atlanta. Maintenant il est clair que sur le principe, c’est assez chelou d’accorder un panier dans ce contexte-là, sur un coup de sifflet des arbitres. Et c’est évidemment là-dessus que les Mavericks vont appuyer leur demande, car pour eux c’est contraire au jeu, peu importe ce qui s’est passé sur le parquet. Les Texans veulent ainsi pouvoir rejouer les 9,7 dernières secondes, avec un entre-deux et le score à +2. À voir donc. En tout cas, on souhaite bien du courage à Tonton Mark pour obtenir gain de cause car Adam Silver et la NBA reviennent rarement sur des faits de jeu comme celui de samedi soir. Cette saison, c’est la deuxième fois que la Grande Ligue se retrouve à traiter ce genre de requête. La première fois remonte à début décembre avec les Rockets, qui souhaitaient rejouer la fin de rencontre contre les Spurs après le dunk non comptabilisé de James Harden, et cela n’avait abouti à rien. Cependant, Mr. Silver avait justifié ce rejet en disant que les Rockets « avaient assez de temps pour surmonter l’erreur d’arbitrage », car il restait un peu moins de huit minutes à jouer dans le temps réglementaire. Dans le cas des Mavericks, cet argument ne pourra pas être utilisé et ça sera donc intéressant de voir ce que va décider la Ligue et comment elle justifiera sa décision.

La dernière fois qu’une fin de match a été rejouée, c’était en 2008 avec le Heat et les… Hawks. Les 52 dernières secondes furent remises en jeu suite à une erreur d’arbitrage. Aujourd’hui, en cas de rematch, ça laissera largement le temps à Luka Doncic de se ramener, de planter un petit 3-points sur la tête de Trae Young et de repartir sans passer par la douche.

Source texte : New York Times

1 Comment

1 Comment

  1. Lord

    24 février 2020 à 17 h 00 min at 17 h 00 min

    « en cas de rematch, ça laissera largement le temps à Luka Doncic de se ramener » , donc selon vous si les 9,7 secondes sont rejouées , les coachs ont le droit de faire appel à des joueurs qui n’ont pas participé au match initial ?! ca n’a absolument aucun sens

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top