All-Star Weekend

Le All-Star Game devrait garder le « Elam Ending » l’année prochaine : logique, pourquoi changer une formule qui marche

lebron all-star

Si ça permet d’avoir le même finish l’an prochain, on signe tout de suite nous.

Source image : NBA League Pass

Pour la première fois depuis bien longtemps, on a particulièrement pris notre pied lors du All-Star Game de Chicago, qui a proposé une intensité de tous les instants en fin de rencontre. L’une des raisons à cela, c’est la nouvelle formule du match des étoiles, caractérisée par le « Elam Ending ». La NBA devrait logiquement garder le concept pour l’année prochaine.

Le « Elam Ending ». Depuis le All-Star Game, un certain Nick Elam – professeur à l’université de Ball State – est devenu le nouveau héros de tous ces fans NBA qui voulaient revoir un match des étoiles excitant et compétitif. À Chicago, on peut dire qu’on a été servis. En mettant en place le concept de « score à atteindre » pour gagner, la Grande Ligue a réussi à relancer complètement cette rencontre entre superstars, avec un superbe finish où les deux équipes n’ont pas hésité à tout donner pour repartir avec la victoire. Pour rappel, lors de l’édition 2020, les trois premiers quart-temps étaient indépendants, mais les scores de chaque quart ont ensuite été additionnés pour obtenir le score réel du match en vue du quatrième quart-temps. Pour rendre hommage à Kobe Bryant, 24 points ont alors été ajoutés au total le plus élevé pour arriver à ce fameux « target score », qui était de 157 dimanche étant donné que le tableau d’affichage indiquait 133-124 pour la Team Giannis. La suite, on la connaît. D’après ESPN, avec le succès de cette nouvelle formule, la NBA envisage fortement de reprendre celle-ci pour le All-Star Game de l’année prochaine à Indianapolis. Rien de plus logique, même si ça demande encore confirmation. On voit mal la Ligue changer un concept qui vient de faire ses preuves, sauf pour le rendre encore meilleur. Par exemple, il y a peut-être une petite correction à faire pour éviter que la rencontre se termine sur un lancer-franc, comme c’était le cas dimanche. Selon Byron Spruell, le président des opérations de la Ligue, il y a également de bonnes chances que le total de points ajoutés dans le quatrième quart-temps soit plus élevé que 24, le tout avec l’intégration d’au moins un temps-mort télévisé. Pour rappel, il n’y a eu aucune pause publicitaire dans le quatrième quart dimanche.

On surveillera évidemment les petites modifications qui pourraient potentiellement avoir lieu pour le prochain All-Star Game mais en tout cas, la base sera très probablement la même dans un an. Interrogé récemment par The Athletic, Nick Elam avait expliqué les motivations qui se cachaient derrière la mise en place de son nouveau concept. L’objectif de celui-ci ? Éliminer les fautes intentionnelles en fin de rencontre en supprimant le chronomètre, et ajouter de l’excitation avec la nécessité d’un panier victorieux pour l’emporter, peu importe l’écart qui peut y avoir entre les deux équipes. Ce concept permet d’éviter les fins de match à rallonge, hachées, et pas vraiment kiffantes pour les fans. Pour un puriste comme Elam, le basket perd de sa saveur dans ce genre de situation, et il parle même de « problème fondamental » dans le jeu. Aujourd’hui, les fautes intentionnelles pour essayer de revenir dans un match font évidemment partie du jeu et sont acceptées comme telles, mais Nick Elam a parfaitement raison quand il dit qu’elles cassent le flow naturel du game. Son concept, travaillé depuis des années et aujourd’hui adopté dans le tournoi estival « The Basketball Tournament », a gagné en visibilité avec la diffusion de cette compétition sur ESPN, et sa mise en place lors du All-Star Game NBA montre que le « Elam Ending » a un vrai avenir.

On ne sait pas si le match des étoiles de l’année prochaine sera aussi excitant que celui de cette année, mais la NBA a fait un bon boulot pour trouver une formule capable de raviver la flamme du All-Star Game. Et surtout, on n’oublie pas de dire merci à Nick Elam.

Source texte : ESPN / The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top