Magic

Épanoui chez Mickey, Markelle Fultz a un message de rappel pour la Ligue : « Je n’ai pas été drafté en numéro un pour rien »

La belle histoire !

Source image : YouTube

Avant le début de la saison, Markelle Fultz faisait partie des mystères de la Grande Ligue. Le numéro un de la Draft 2017 avait connu des débuts très compliqués à Philadelphia, mais il voulait profiter d’un nouveau départ à Orlando pour laisser ses galères derrière lui et lancer véritablement sa carrière. Après une cinquantaine de matchs sous le maillot floridien, on peut dire qu’Orlando lui réussit.  

C’est l’une des belles histoires de la saison NBA version 2019-20. Markelle Fultz est en bonne santé et a trouvé une vraie maison du côté de la Floride, où il parvient à exprimer son talent à travers des performances qui font kiffer. Transféré à Orlando il y a un an après un début de carrière chaotique à Philly pour les raisons que l’on connaît, Fultz montre cette année qu’il ne fallait pas l’enterrer trop vite. Ses stats perso – à savoir 11,9 points (à 46,5% au tir et 75,0% aux lancers francs), 3,5 rebonds, 5,0 passes décisives et 1,3 interception par match – n’impressionnent pas forcément mais quand on sait d’où il vient, on ne peut qu’être content de le voir évoluer dans une équipe où il possède un vrai rôle. 54 matchs joués, 49 en tant que titulaire aux côtés d’Evan Fournier dans le backcourt, et 28,2 minutes par rencontre. La nuit dernière, face aux Pistons, il a terminé avec 22 points, 5 rebonds et 10 caviars sans commettre un seul turnover, une perf qui montre le talent et le potentiel du jeunot malgré la faiblesse de l’opposition. À plusieurs reprises cette saison, il a rappelé à tout le monde pourquoi il était un premier choix de draft. On pense à son match face aux Nets début janvier, quand Markelle a réalisé son record en carrière au scoring avec 25 points, ou encore à son triple-double sur le parquet des Lakers (21 points, 11 rebonds, 10 passes) seulement quelques jours plus tard.

« Je n’ai pas été drafté en numéro un pour rien » a déclaré Fultz via Yahoo Sports. « La chose la plus importante pour moi, c’est rester humble, travailler dur et laisser mon jeu parler. J’ai eu la chance d’être drafté en première position et d’intégrer la ligue, donc mon objectif est d’y rester le plus longtemps possible. »

Markelle Fultz a traversé énormément de choses avant son arrivée au Magic, mais il semble aujourd’hui dans de bonnes conditions pour vraiment progresser. Forcément, à Orlando, la campagne du bonhomme fait partie des satisfactions dans une saison globalement décevante.

« Je suis content pour notre franchise, notre équipe, mais surtout pour Markelle » a déclaré le manager général John Hammond. « Je ne peux même pas imaginer ce qu’il a dû traverser pendant un an et demi à Philadelphia. La pression d’être un premier choix de draft, les attentes qui vont avec, les différentes galères… Et aujourd’hui, dans l’ère des réseaux sociaux, il a pu lire des trucs qui ont été écrits sur lui ou entendre certaines choses, à 19 ou 20 ans. Je ne peux même pas imaginer devoir traverser tout ça. »

Toute cette adversité aurait pu briser Markelle Fultz. Mais aujourd’hui, il en ressort grandi, pour le plus grand bonheur d’une équipe d’Orlando qui croit évidemment beaucoup en ses capacités et sa marge de progression. Le gamin n’a que 21 ans, il a ce qu’il faut pour devenir un pur joueur dans la Grande Ligue, et c’est évidemment tout ce qu’on peut lui souhaiter.

Dans un environnement sain comme celui du Magic, Markelle Fultz a réussi à décoller. Forcément, ça fait plaisir à voir étant donné son passé difficile. Sa première saison en Floride est pour l’instant un succès et le numéro un de la Draft 2017 peut commencer à voir plus haut. Il dit qu’il pense au All-Star Game, nous on dit qu’il a le talent pour l’atteindre.  

Source texte : Yahoo Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top