Raptors

Les Raptors ne perdront plus jamais : 15 victoires de suite, c’est plus qu’un record de franchise, c’est un record all-time au Canada

Raptors

Lève tes mains si t’es invaincu depuis l’an 2000.

Source image : NBA League Pass

Invaincus depuis la mi-janvier, les Raptors ont continué leur marche triomphante en s’imposant contre Minnesota cette nuit (137-126). Un succès collectif, comme quasiment tous les autres auparavant, et qui a permis à l’équipe de Toronto de s’offrir un record national avec cette 15ème victoire de suite. Ouais ouais, national le record.

Le foot ? Le hockey ? La pétanque à cloche-pieds ? Le water-polo en claquettes ? Allez-y, vous pouvez tenter tous les sports collectifs possibles et imaginables, aucun n’ira chercher le basket et ces fameux Raptors de 2020. En effet, pour ceux qui suivent l’actualité de Toronto, ça sentait le record à plein nez avec la rencontre de ce lundi soir. En jeu, il y avait tout de même un record canadien, donc appartenant à tout un pays, de Céline Dion à Anthony Bennett en passant par Courtemanche et Roch Voisine. 15 wins de suite, du jamais vu au Canada pour une équipe professionnelle dans un sport collectif, avant l’équipe de Pascal Siakam et compagnie. C’est donc en toute logique, en toute sérénité et en respectant un plan de jeu magnifiquement dirigé par Nick Nurse, que les potes de Kyle Lowry se sont offert cette belle tranche d’histoire au pays de la poutine. Le meneur faisait son retour dans l’effectif après un petit match d’absence, et on peut dire qu’il n’a pas perdu le rythme puisque le All-Star va tout de suite trouver la ficelle et sanctionner la défense des Wolves. Lowry, OG Anunoby aussi, l’énergie de Rondae Hollis-Jefferson des deux côtés du terrain et un petit Spicy P des familles, ça démarrait assez bien pour les boys de Toronto. Le problème, c’est qu’en face, il y avait de quoi être confiant et motivé. Premier match pour D’Angelo Russell sous ses nouvelles couleurs, nouvelle sortie collective pour les Wolves après le massacre des Clippers, en y ajoutant cette histoire de record les visiteurs venus du Minnesota avaient de l’enthousiasme. Et en proposant un jeu offensive aussi culotté que léché, c’est un peu de stress qui s’installait dans les travées de la Scotiabank Arena, les Wolves tenant tête et prenant même l’avance au score à Toronto. Scandale, un loup des bois qui brise la soirée au Canada, on est sur du blasphème identitaire là, non ?

Heureusement, les Raptors vont revoir leur plan de route et s’ajuster, pour retourner la rencontre et en faire une énorme célébration nationale. Agressifs défensivement en sortie de vestiaire, les hommes de Nurse vont étouffer Minnesota et creuser l’écart, notamment avec les bombinettes de Fred VanVleet, les attaques rapides menées par Lowry et la propreté encore et toujours d’Anunoby. Déterminé à pourrir la soirée des intérieurs adverses, Hollis-Jefferson donnait son corps à la science et se battait sur chaque ballon, et ce malgré les vaillants efforts de James Johnson et compagnie pour rester dans le match. Seulement, quand on a 14 victoires de suite et qu’on en veut une 15ème, on en arrive pas là par chance ou hasard. C’est le signe des grandes équipes, des équipes qui s’ajustent. Et dans le money-time ? Toronto ne va faire qu’une bouchée des ptits loups, forçant rotation défensive bancale sur rotation défensive bancale, et exploitant toutes les erreurs des visiteurs dans leur propre moitié de terrain. VanVleet en isolation sur Towns, bang. Siakam en sisolation sur Russell, buckets. Sans crainte, sans stresser, sans se rusher et en sachant exactement où appuyer, les Raptors vont définitivement ranger les Wolves dans leur cage et offrir à leurs fans une énième nuit de bonheur et de célébrations. Fifteen, fifteen ! Et de 15, pour cette équipe canadienne qui ne cesse de séduire et étonner. Toronto a le troisième meilleur bilan de toute la NBA, Toronto a eu une liste énorme de joueurs blessés, mais Toronto sait parfaitement comment jouer. Allez, merci les Wolves, envoyez le prochain adversaire histoire qu’on puisse entendre les Sweet Sixteen résonner dans les rues de T-Dot.

Quatre des cinq joueurs du 5 majeur à minimum 20 points, un effort permanent même en ayant de l’avance en fin de match, des coéquipiers qui se félicitent entre eux mais ne prennent pas cette 15ème victoire pour une fin en soi : il y a quelque chose de magique chez ces Raptors 2019-20, peut-être que c’est ça, après tout, l’esprit d’un champion.

1 Comment

1 Comment

  1. thomac

    11 février 2020 à 14 h 15 min at 14 h 15 min

    ils ont l’âme des champions, peut être un back to back bague pour ces délicieux Raptors?!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top