Raptors

Les Pacers nous offrent le choke de la nuit : un petit 11-0 dans les dents pour finir et ça fait… douze victoires de suite pour Toronto

On a bien cru que la série s’arrêterait. Une série de onze victoires de suite pour des Raptors chauds comme la braise en 2020 et dont le coach vient d’ailleurs d’être élu Coach of the Month. Sauf que ces Raptors-là, depuis maintenant un an, y’a « quelque chose ». Y’a quelque chose dans l’air qui fait que ces mecs ne s’avouent jamais vaincu, Kawhi ou pas Kawhi dans les rangs.

Ils y étaient. Ils y étaient les Pacers, tout heureux d’envisager, enfin, une victoire après une dernière semaine compliquée (défaite à Portland, défaite contre Dallas et… New York). Victor Oladipo faisait son retour dans le starting five et Nate McMillan pouvait donc compter pour la première fois sur un squad au complet et en ordre de marche, et si l’entame faisait plutôt la part belle au sérieux des hommes de Nick Nurse, le deuxième quart sera pour les Dinos une vraie bourrasque. From dix points de retard to quinze points d’avance, on vous laisse faire le calcul et pour les plus fainéants sachez que c’est un terrible 43-18 que les paysans infligeront aux gars du nord, portés notamment par deux hommes sortis de nulle part (ou plutôt du banc) : Justin Holiday et Doug McDermott. Quasiment 30 points rien que pour les deux remplaçants et rien qu’au deuxième quart, wow wesh, et les Pacers s’envolaient donc vers une victoire essentielle dans la course aux Playoffs et face à une équipe logiquement à bout de souffle après leur incroyable série de janvier.

Oui mais voilà.

Oui mais voilà, on l’a dit plus haut ces Raptors ont quelque chose de plus, rappelez-vous notamment ce match sensationnel face aux Mavs en décembre, un petit truc qui fait que jamais les mecs n’abdiquent. Un premier 12-0 au troisième quart pour rappeler à l’adversaire du jour que mener de 18 points face à Toronto ne vous offre en rien une garantie de victoire, puis donc ce money time, géré comme des bonhommes par les Raptors pendant que Domantas Saboonis et ses pines-co remplissaient leur Pamper’s. Car à 2 minutes et 17 secondes de la fin, ce sont bien les Pacers qui menaient encore de dix points après deux lancers de Justin Holiday. Sauf que personne ne le sait à ce moment-là, à part peut-être les cinq dinosaures présents sur le terrain, mais ces lancers seront les derniers points des Pacers. Pascal Siakam ajoutera cinq points, Kyle Lowry fera feu du parking et servira finalement Serge Ibaka qui mettra le couvercle sur une nouvelle remontada et c’est donc une douzième victoire de suite qui s’offrira aux Raptors, record de franchise battu, des Raptors qui s’assoient d’ailleurs toujours plus confportablement sur la deuxième place de l’Est derrière les intouchables Bucks.

Une nouvelle déception pour des Pacers qui avaient le match en main, une nouvelle folie signée Toronto, et une fin de match de plus à ajouter au rayon des exploits canadiens cette saison. Le prochain match pour les deux équipes ? Ah bah tiens, Indiana – Toronto, samedi soir à la campagne, et il faudra jouer 48 minutes et pas 46, suivez mon regard.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top