Lakers

Les Lakers vont faire passer une audition à… J.R. Smith : allez mon Gérard, chante-leur « la digue du cul » et c’est dans la poche

foule

La liesse est indéfinissable.

Source image : sudouest

Il y a les insiders chauds comme la braise, Shams Sharania et son père Adrian Wojnarowski pour ne citer qu’eux, et il y a les autres, ceux qui tweetent dix fois moins mais uniquement quand ça vaut vraiment le coup. Parmi eux Marc Stein, éminent journaliste du New York Times, qui a envoyé la bombe de la soirée à 21h15, tellement plus importante improbable que les déménagement de Dede Drummond, Marcus Momo ou d’Angelo Russell.

Asseyez-vous tout de suite. Genre immédiatement. Avant cela d’ailleurs munissez-vous d’un gant frais et d’une bouteille de deux litres de Contrex votre partenaire minceur. C’est bon ? Let’s go, envoyez la sauce :

Les Lakers s’apprêtent à rencontrer J.R. Smith lors d’une rencontre post-trade deadline et restent les favoris pour signer Darren Collison si ce dernier décide de faire son comeback en NBA.

On est d’accord, on se fout de la fin de la phrase car le début nous file des sueurs froides, puis chaudes, puis des convulsions. L’élu, l’être de lumière, l’homme du Game 1 des Finales, l’homme aux 22 tirs du parking, l’homme qui a finalement trop de surnoms, Gérard pour les intimes, serait donc sur les tablettes des Lakers, ces derniers désirant peut-être reconstituer le duo de rêve LeBron / Gégé, désirant peut-être reconstituer ce fabuleux tableau ci-dessous, ce dernier ayant surpassé la Cène et autres historiques fresques dans le cœur de tous les amateurs d’art :

lebron james J.R. Smith

Planètes alignées pour le retour du héros, et si à Los Angeles on ne sait si on doit rire ou pleurer, à la rédaction de TrashTalk on a déjà fait sauter une bonne demi-douzaine de bouchons pour fêter la nouvelle. Et on se met d’ailleurs à rêver d’un Gérard arrivant bourré comme un coing à son rendez-vous, torse nu et avec un chapeau pointu, parce que c’est lui, parce que c’est son projet, parce que c’est le nôtre, parce que c’est notre projet comme dirait Swaggy Manu. Please Rob Pelinka, please Frank Vogel, please LeBron, désormais ne nous faites pas l’offense de préférer Darren Collison, un homme qui distribuait il y a peu des prospectus à des âmes en peine et en recherche d’un dieu alors que Gérard est lui-même un Dieu et qu’il distribue pour sa part de l’amour partout où il passe.

La date, l’heure et le lieu de rendez-vous ? Pour l’instant tenu secret mais sachez qu’on a déjà placé nos plus fins limiers à l’entrée de toutes les brasseries de Californie. Et si Gérard signe avec les Lakers et que d’aventure il nous sortait une campagne victorieuse au printemps prochain, autant vous dire qu’il y a un tatouage sur le pec gauche qui va tomber très vite.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top