Hawks

Trae Young toujours dans la zone : 39 points et 18 passes, victoire face aux Sixers, et dire qu’il joue avec une moustache

On l’avait déjà vu particulièrement inspiré et ému dimanche soir, arborant un n°8 sur le dos avant de planter 45 points face aux Wizards en tentant 24 tirs, les larmes aux yeux. Cette nuit Trae Young a remis ça et face à un autre genre de concurrence : les Sixers de Joel Embiid et Ben Simmons.

Il n’était pas spécialement impacté par la breaking news de la nuit, celle qui avait annoncé en avant-match les quatorze remplaçants pour le prochain All-Star Game. Et pour cause, Trae Young faisait déjà partie des invités et ce depuis quelques jours déjà, les fans et les joueurs l’ayant plébiscité et honoré comme un All-Star… titulaire. Débat ouvert, car si le meneur des Hawks fait péter jusque-là une saison ahurissante (29,2 points et 9 passes), on ne peut évidemment pas en dire autant de sa franchise, davantage occupée à faire grandir ses petits qu’à gagner des matchs. Mais que tout le monde se calme et cesse un instant ce fameux débat, car cette nuit Trae Young a mis tout le monde d’accord en validant une nouvelle énorme performance, mais cette fois-ci dans la victoire, en terrassant s’il vous plait l’une des meilleures équipes de l’Est.

39 points, 18 passes (career high), et une telle impression de facilité que l’on ne voudrait pas croire que le garçon n’est là que depuis seize mois. Son premier quart ? Une boucherie. 14 points et… 10 passes, des slaloms incessants dans une défense des Sixers habituellement solide mais privée cette nuit de Josh Richardson et Al Horford, dans une défense des Sixers qui pensait naïvement que le farfadet d’Atlanta n’était dangereux que derrière la ligne à 3-points. A l’arrivée ? Les hommes de Brett Brown paieront cher leur manque de sérieux en défense et si Ben Simmons tiendra longtemps la baraque côté Philly, le réveil trop tardif de Joel Embiid ne sera que trop léger face à la nouvelle masterpiece du All-Star à moustache, alors que dans le même temps les copains se régalaient et en premier lieu John Collins, l’homonyme de l’ancienne sentinelle écosso-monégasque terminant son match avec 17 points et 20 rebonds au nez et au doigt tordu du Process camerounais. Fabuleux dès l’entame, principal initiateur d’un coup de chaud des Hawks qui permettra à son équipe de faire un trou définitif en fin de match, le presque ROY 2019 continue donc son carnage en année 2 et Philly se rappellera probablement un moment de ce 30 janvier 2020, date d’une énorme bourrasque prise du côté de la Géorgie.

Nouveau chef d’oeuvre made in Trae Young, avec cette fois-ci la victoire au bout. Une défaite qui fait tâche pour les Sixers mais que voulez-vous, on ne va quand même pas plaindre un gamin qui met ses doigts entre les barreaux de la cage d’un lion. Car si Trae a plutôt le profil d’une sauterelle, c’est bien d’un lion affamé dont il avait l’air cette nuit.

stats sixers 31 janvier 2020 stats Hawks 31 janvier 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top