Dollars

Les projections concernant le salary cap ont légèrement diminué : Daryl Morey peut tout expliquer

Daryl Morey

C’est fou toutes les répercussions que peuvent avoir un tout petit tweet.

Source image : Youtube

Comme chaque année, la NBA commence à réaliser des projections sur ses revenus et donc le salary cap de la saison suivante. On s’attendait à pouvoir offrir jusqu’à 116 millions pour respecter le cap et 141 pour la luxury tax mais ces chiffres ont été revus légèrement à la baisse suite à une diminution des revenus prévisionnels.

C’est en vue de la trade deadline du 6 février prochain que la Ligue a fait un point sur l’évolution des salaires qui devrait arriver pour la saison 2020-21. Le timing est important pour les équipes qui vont procéder à des échanges qui pourront influencer leur été et leur flexibilité sur les marchés. Surtout que cette Free Agency s’annonce passionnante puisqu’elle sera principalement marquée par des joueurs comme Jeff Teague, Tristan Thompson ou encore Marvin Williams. On a définitivement hâte d’y être ! Ainsi, Adam Silver et ses gars sûrs ont checké si les affaires sont bonnes. Et la réponse est… Elles le sont, mais pas autant que prévu. C’est pourquoi on s’attend à ce que le salary cap, qui était de 109,1 millions de dollars cette année, puisse atteindre 115 millions au lieu des 116 initialement espérés selon Adrian Wojnarowski d’ESPN. La luxury tax qui devait être aux alentours de 141 millions pourraient elle passer à 139. Bon, techniquement perdre un petit million, les front offices devraient s’en remettre. Toutefois, quand on a bien entamé la luxury tax et qu’une prolongation de contrat est sur le point de commencer, la note commence vite à être salé.

Vous l’avez compris, s’il y une baisse dans les prévisions des masses salariales c’est parce qu’il y a une baisse des revenus estimés par la Grande Ligue. Bien évidemment, les salaires sont indexés sur les revenus récoltés par l’Association. Du coup, qu’est-ce qui a bien pu ralentir l’augmentation de ces derniers ? Pas besoin de chercher bien loin pour le savoir. Disons que Daryl Morey doit avoir sa petite idée. Tout début octobre, le general manager des Rockets était rentré dans une shitstorm médiatique après un tweet de soutien à Hong Kong. Les conséquences ne s’étaient pas faites attendre avec de nombreux partenariats suspendus avec la franchise ou la NBA. Un manque de retombées économiques évident a suivi cette affaire dont l’impact est estimé entre 150 et 200 millions de pertes selon ESPN. Effectivement, le marché chinois pèse… Le plus ironique dans cette histoire ? C’est son équipe qui fera sans doute partie des plus affectées par cette erreur, puisqu’il squatte bien la luxury tax. Allez, faudra passer à la caisse Daryl. Enfin, il paraîtrait que ses collègues GM ont demandé à ce qu’il se préserve de tout commentaire sur le coronavirus.

La masse salariale va donc augmenter mais pas autant que prévu. Il n’y a pas de quoi s’affoler, mais on fera attention à ce qu’on poste sur les réseaux la prochaine fois. De toute façon, le mal est déjà fait mais il faudra être attentif aux chiffres de la saison 2021-22. Il y aura du beau monde à la Free Agency et l’impact pourra être plus important encore. 

Source texte : ESPN – Adrian Wojnarowski

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top