Hornets

La NBA et Paris ont réussi leur premier date : les Bucks ont gagné, tout a matché, rendez-vous dans un an pour l’acte II

La France s’était levé tôt ce matin, avec une odeur savoureuse de balle orange dans l’air. Elle s’était même pomponnée pour ce premier rendez-vous historique et elle a finalement bien fait car… la soirée fut belle. Pas de celles qui resteront dans les annales d’un point de vue statistique, du point de vue de l’enjeu, mais assurément de l’une de celles dont les petits Gaulois que nous sommes se souviendront. Merci messieurs, ce fut grandiose et on a déjà hâte de remettre le couvert.

C’est un AccorHotels Arena pimpant qui vrombissait sur les coups de 21h au moment où Brook Lopez et Cody Zeller (duel de MVP) se disputaient le premier entre-deux de l’histoire de la NBA à Paris. L’AccorHotel Arena sur son 31 donc, et le Hardcore Motel Arena aussi, enceinte underground dans laquelle toute l’équipe TrashTalk s’était retrouvée pour vivre ensemble et en live sur YouTube cet évènement historique. Le match ? Il ne fut pas forcément à la hauteur de l’évènement, mais franchement on a déjà vu bien pire alors gardons aujourd’hui, surtout, le souvenir d’une soirée inédite. Souvenons-nous aussi que ce sont les… Hornets qui auront tiré les premiers, avec un Devonte’ Graham saignant du parking et un Nico Batum… non rien. Les Hornets donc qui prennent le match par le bon bout, histoire de nous offrir une rencontre qui dure 48 minutes et pas 17, et un score serré pendant les trois-quarts du match, jusqu’à ce que le MVP et son équipe de badass nous fassent leur spéciale : accélérer au dernier quart, intensifier la défense et laisser le Greek Freak et ses snipers faire la diff.

Dix points d’avance pour les Frelons au troisième quart, mais levez-donc le doigt ceux qui ont cru un instant que les hommes de James Borrego repartiraient de France avec une win de plus au compteur. Non ? Personne ? On est d’accord. Malik Monk aura beau eu faire un énorme match, probablement le meilleur de sa saison, les grognards Cody Zeller et Marvin Williams entretenaient pour leur part un semblant de suspense, mais c’est donc – évidemment – Giannis Antetokounmpo qui allait mettre le couvercle sur cette soirée bleu-blanc-rouge. Les drives habituels qui finissent sur la ligne des lancers, les rebonds offensifs qui comptent parce que c’est toujours plus facile d’avoir des bras longs comme des troncs de peupliers, et petit à petit l’écart se creusait en faveur de la meilleure équipe de la Ligue, peu à peu le cinq small-ball (George Hill – Bledsoe – DiVincenzo – Middleton – Giannis) mettait à mort de pauvres abeilles soudainement privées de leur dard. Est-ce que c’est surprenant ? Bah non. Est-ce qu’on s’est fait chier pour autant ? Bah non. Est-ce qu’on est déjà pressé d’être dans un an, lorsque Rudy Gobert lâchera un step-back sur la truffe de Sekou Doumbouya avant de se faire postériser par le monstre de Conakry ? Oh que oui.

Le score final ? 116-103, mais c’est clairement la dernière chose dont on se souviendra demain au réveil, c’est à dire après notre sieste de 9h à 10h35. Ce dont on se souviendra ? C’est que le 24 janvier 2020 la France et la NBA ne faisaient qu’un, c’est que le 24 janvier 2020 ce premier date fut une réussite. Merci pour tout messieurs, on ne vous le dira jamais assez.

BoxBucks25janvier2020

BoxscoresHornets25janvier2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top