Equipes

Steven Adams, Andre Drummond ou une autre option : sur quel pivot les Hawks vont-ils parier avant la trade deadline ?

adams drummond

Au coeur de récentes rumeurs sur le marché des transferts, les Hawks sont déterminés à renforcer leur poste de pivot. Mais sur quel bête féroce parier ? Qui le management d’Atlanta va cibler en priorité pour offrir de l’aide à Trae Young et John Collins ? On fait le point, autour de Steven Adams et Andre Drummond, notamment.

C’est acté, ça y est. Cela aura pris un peu de temps, mais au moins on le sait tous désormais publiquement. Après un été rempli d’optimisme et un début de saison cataclysmique, les Hawks ont atteint une sorte de point de non-retour et doivent impérativement réaliser des changements. Impérativement ? Sur le papier, et quand on se souvient de l’état d’esprit du mois de juillet dernier, pas forcément. Tout le monde s’accordait à dire, au sein de la franchise géorgienne, qu’il fallait du temps pour construire une équipe compétitive et sur la durée dans la Conférence Est. Qu’il ne fallait rien forcer et presser. Sauf qu’avec ce massacre perpétué depuis le mois d’octobre, des voix se sont élevées et elles sont notamment connues pour être les suivantes : Tony Ressler, propriétaire majoritaire de la franchise, et Trae Young, jeune star en formation. Le premier l’affirme sans contestation possible, il est pressé de voir son produit cartonner et ne peut plus supporter de voir ses jeunes se faire dépouiller par des vétérans soir après soir. Un proprio, ça doit vendre du rêve avant tout aux fans, et ce n’est clairement pas le cas pour le moment. Par conséquent, les rumeurs qui sont sorties autour d’Andre Drummond ont notamment eu l’astérisque suivante : c’est au niveau des propriétaires, et non du management, que le forcing est réalisé. Le second voit ce qui se passe notamment pour son poto Luka Doncic à Dallas, il voit sa propre cote de popularité en NBA après seulement un an et demi dans le circuit (leader des votes chez les guards à l’Est), et il ne veut pas morfondre dans les abysses de la Ligue parce qu’il n’est pas assez bien entouré. En somme, Ressler veut tout, tout de suite, maintenant, et Young souhaite tout, tout de suite, maintenant. Un duo qui chamboule forcément l’agenda de Travis Schlenk le GM et Lloyd Pierce le coach, eux qui avaient plutôt envie de donner une chance aux jeunes, afin qu’ils se fassent les dents et reviennent encore plus forts la saison prochaine. Il n’empêche que la réalité reste la même en NBA, les stars dirigent le business, les propriétaires dirigent le chéquier, et si ces deux forces prioritaires vont dans le même sens, à la poubelle les idées d’avant.

Du coup, on se retrouve aujourd’hui à trois grosses semaines de la trade deadline du 6 février, et les Hawks sont au taquet sur le marché. Poste de meneur ? D’arrière ? D’ailier ? D’ailier fort ? Il y a des manques évidents dans cet effectif, entre la moyenne d’âge proche de la maternelle (Vince Carter fait balance à lui seul), mais aucun poste ne peut rivaliser avec celui de pivot en terme de faiblesse à Atlanta. Alex Len, Bruno Fernando et Damian Jones, un remplaçant au mieux, un rookie et un volleyeur, c’est un trio d’une extrême pauvreté dans la NBA actuelle. Ce dont les adversaires sont bien conscients, éviscérant les Hawks dans la raquette dès la moindre occasion, et faisant de la défense de Pierce la pire de tout le circuit. Il faut donc intégrer un pivot dans ce bordel, et trois options sont ressorties récemment : Steven Adams, Andre Drummond et Dewayne Dedmon. Ainsi, puisqu’on a le temps que Tony Ressler et Trae Young n’ont apparemment pas, analysons les dossiers de chaque candidat.

# Andre Drummond

La rumeur court, les concurrents se pointent (coucou les Knicks), et les avis divergent au sein de la franchise d’Atlanta. Pour certains, c’est le fit parfait pour aider cette jeune équipe à progresser et combler ses lacunes. Dans un système qui met le pick and roll en option A, B, C et D, Drummond se régalerait aux côtés de Trae Young, dont il est proche. Les Hawks n’attirant pas vraiment de star, obtenir un All-Star sur le marché ressemble à une aubaine à saisir, surtout si Andre peut être prolongé cet été sur le long-terme. Pour d’autres, c’est le casse-gueule assuré. Avec un style de jeu qui n’espace pas vraiment le terrain, Drummond pourrait marcher sur les pieds de John Collins qui est devenu une terreur… sur pick and roll, même si le jeune intérieur a montré sa capacité à tirer de loin. Sans garantie de prolongation pour cet été et avec un statut de semi-star qui ne se traduit pas forcément en un contrat max, les Hawks ne sont pas obligés de tout miser sur Andre le velu pour leur faire passer un cap.

Au moment où ces lignes sont écrites, la situation est la suivante. Il y a comme un air de panic move venant des Hawks, qui voient le triste marché des agents libres cet été, la faible disponibilité des grands pivots, et un joueur attirant être mis à disposition par les Pistons. D’un point de vue purement technique et basket, il y a fort à parier que ni Schlenk ni Pierce ne valident une opération aussi soudaine. Mais encore une fois, on a toujours quelqu’un au-dessus de soi, et le duo GM – coach pourrait craquer sous la pression d’un propriétaire qui voit en Drummond un garçon capable de remplir une salle en trio avec Young et Collins. Sur le long-terme sportif, pas sûr que cela colle, sur le court-terme si cher à Ressler, c’est tout autre chose. Il fût en tout cas très intéressant de constater l’arrivée des Knicks dans le cas Drummond en cette fin de semaine dernière, l’offre d’Atlanta étant apparemment tellement basse qu’il suffisait de téléphoner aux Pistons et leur proposer un Twix pour entrer dans la danse. Si New York s’intéresse réellement à Andre et les Hawks ne bougent pas de leur siège, le pivot pourrait leur passer sous le nez. Tout le pari est de savoir jusqu’où les Pistons doivent aller pour transférer Drummond avant le 6 février, ce qui semble inévitable.

# Steven Adams

L’intérieur du Thunder était forcément moins dans les headlines récentes, pour plusieurs raisons. Déjà car, à la différence des Pistons, le Thunder est en pleine forme, membre du Top 8 de la Conférence Ouest. Ensuite car, contractuellement parlant, Adams a encore un an de salaire garanti la saison prochaine tandis que Drummond devrait être libre cet été. On est donc pas du tout sur le même type d’urgence, même si Sam Presti et le management d’OKC ont été assez clairs sur le fait que l’intérieur tatoué pouvait être échangé. Le cas Adams est intéressant pour les Hawks dans le sens où, moins talentueux et polyvalent que Drummond, le Néo-Zélandais peut s’intégrer directement dans le système de Lloyd Pierce sans bousculer le mode de jeu d’Atlanta. Steven vient, joue dur, met des tartes et s’en fiche de son nombre de balles touchées par match, tant qu’il est fier de son taf. Andre, en année contractuelle, ce n’est pas tout à fait la même chose. Il est évidemment notable qu’à 18 mois de la free agency 2021, un Steven Adams en fin de contrat à ce moment-là pourrait permettre à Atlanta de progresser jusqu’à une date délimitée dans le temps, et moins dans le rush que dans le cas Drummond dont le contrat expire cet été.

Cependant, comme dit en intro, le client avec lequel Atlanta doit opérer n’est pas le même que celui du Michigan. D’expérience, Sam Presti est un fin négociateur, qui ne veut pas lâcher des assets pour rien et sous-tirera le plus de choses possibles contre ses joueurs. Loin du stress des Pistons qui vont perdre Drummond sans la moindre contrepartie s’ils dépassent le 6 février, le management d’OKC peut utiliser tout levier nécessaire pour faire trembler les Hawks : picks de Draft du 1er tour, jeunes à fort talent, les moyens de pression seront considérés sans la moindre hésitation et de manière assez logique. Ceci étant dit, le Thunder serait bien content de libérer de la masse salariale dans sa banque locale en travaillant une nouvelle fois avec Atlanta. Après le deal financier de Carmelo Anthony il y a un peu plus d’un an, les deux franchises pourraient à nouveau coopérer et trouver un terrain d’entente de manière imminente. Enlevez les 27 millions de dollars que vous devez à Adams la saison prochaine, récupérez un contrat expirant et un 150ème pick de Draft en échange, et libérez un pivot dont le temps de jeu n’a jamais été aussi bas depuis 2016. Les Hawks semblent, aujourd’hui, en priorité sur Steven Adams, à voir comment les discussions évolueront prochainement.

# Dewayne Dedmon et… Myles Turner ?

Le pivot des Kings, ancien d’Atlanta, est mécontent. Cela se sait publiquement, il a même chopé une amende pour avoir un peu trop réfléchi à voix haute. Les Hawks seraient ravis de récupérer Dedmon dans leur raquette, lui qui avait une place importante dans le bon fonctionnement de l’équipe la saison passée. Sauf que Vlade Divac en a bien conscience et demanderait, pour le moment, un peu trop au management d’Atlanta. Pas sûr que les Hawks se presseront sur ce dossier au fur et à mesure que la deadline approche, cependant si les dossiers Drummond et Adams se terminent mal, il ne faudra pas s’étonner en voyant Schlenk et ses sbires discuter plus fermement avec les décisionnaires de Sacramento.

Et alors Myles Turner…? C’est un murmure qui se propage dans les coulisses de la Ligue. L’utilisation de Turner, son contentement dans le système d’Indiana, avec une équipe dont les grosses têtes ont désormais changé. Malcolm Brogdon, Domantas Sabonis, même TJ Warren ou Jeremy Lamb semblent plus mis en avant en attaque que Myles dans l’équipe de Nate McMillan. Ce qui n’a pas l’air de déranger l’intéressé plus que cela pour le moment, mais la réalité est celle-ci : plusieurs franchises ont contacté les Pacers pour tenter de récupérer Turner, toutes ont reçu un stop. Ce qui est logique pour le moment, Indiana est dans une bonne phase et Victor Oladipo revient bientôt sur les terrains. Mais si les Hawks sentent qu’ils peuvent avoir l’intérêt du joueur cet été, peut-être qu’un échange sera considéré et repousserait ainsi les plans liés à la trade deadline. Beaucoup d’hypothétique pour le moment, mais un fit qui semble évident pour le pivot et la franchise d’Atlanta.

# Conclusion

Si on devait mettre une probabilité sur un transfert des Hawks afin de récupérer un pivot, on aurait envie de dire 90% d’ici le 6 février prochain. Maintenant, quel homme débarquera à Atlanta, et contre quoi ? Steven Adams puis Andre Drummond, dans ce ordre-là, attention aux négociations qui pourraient être musclées dans les semaines à venir.

Sources : AJC – The Athletic

1 Comment

1 Comment

  1. Emanuel

    19 janvier 2020 à 9 h 23 min at 9 h 23 min

    Steven adams+Darius Baxley contre kevin huerter+pick je pense que c’est resonable

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top