News NBA

TrashTalk Award – S02 E12 : ça se chauffe entre Kendrick Perkins et Kevin Durant, ambiance cupcake chez les anciens d’OKC

Kendrick Perkins Kevin Durant

C’est l’heure du du-du-du-du-du-dueeeeeeeeeeeeel !

Source image : montage via YouTube

Chaque semaine de NBA apporte son lot de grandes gueules, de phrases choc, de provocation, de tacles à la gorge et de joutes verbales en tous genres. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par l’insolent rookie Ja Morant

Candidat n°1 : le ras-le-bol total de Kevin Love à Cleveland

Récemment, Kevin Love a fait parler de lui, mais malheureusement pas en bien. S’il a grandement contribué aux belles dernières années des Cavs avec en point d’orgue le titre de 2016, on ne peut pas dire que ce soit aussi joyeux actuellement. Aujourd’hui, les Cavaliers sont une franchise en reconstruction et Kevin Love manque de trucider Collin Sexton à peu près à chaque action. L’ancien Timberwolf a déjà manifesté ouvertement son ras-le-bol sur le parquet, jugez plutôt.

Si la frustration de Kevin Love est compréhensible (bon, pas au point de fracasser une pauvre chaise, mais quand même), à la fois pour être passé d’une franchise qui joue le titre à une franchise en reconstruction qui n’attend que la Draft, mais également par le jeu trop peu altruiste de Collin Sexton, qui à sa décharge est très mal utilisé à Cleveland, le numéro 0 doit mieux agir. L’ancien Wolf est censé être un joueur d’expérience capable de faire parler son leadership et de guider les jeunes pour qu’ils s’améliorent. Sauf que là, le body-language est juste atroce. Et encore, si ce n’était que ça… Paraît-il que Love a totalement pété les plombs devant ses coéquipiers devant la direction des Cavaliers.

Kevin Love lorsque le GM Koby Altman l’a menacé de le sanctionner financièrement : « Tu peux y aller, j’ai beaucoup d’argent »

Avant de conclure par un post Instagram très clairement destiné à sa direction.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mood.

Une publication partagée par Kevin Love (@kevinlove) le

Humeur.

Même s’il a depuis tempéré, en disant qu’il aimait ses coéquipiers et en présentant ses excuses, on peut dire que ce n’est pas franchement la grosse rigolade pour Kevin Love et Cleveland, un trade semble inévitable.

Candidat n°2 : même Luka Doncic se met au trashtalking

Depuis le début de sa carrière NBA, Luka Doncic restait plutôt calme en ce qui concerne les vannes et les petites piques à ses adversaires, mais récemment il a décidé de commencer à ajouter cette flèche à son arc. Alors qu’il était mis en difficulté par les Bulls avec « seulement » 13 points à la mi-temps, on imagine qu’il y a dû y avoir certains mots prononcés envers le Slovène. Sauf que lorsque l’on titille les grands joueurs de la sorte, en général ils se chauffent un peu sur le terrain, et c’est ce qu’il s’est passé, malheureusement pour les Bulls. Et ça, Doncic a bien tenu à le rappeler à son adversaire Shaq Harrison.

Oui, Luka Doncic est bien allé voir son adversaire direct à la fin du troisième quart-temps pour lui indiquer son nombre de points au total : Doncic a inscrit 21 points lors de cette période et a donc montré un 3 puis un 4 avec ses doigts au joueur de Chicago, pour lui signifier qu’il avait clairement le dessus sur ce match et qu’il ne pouvait pas lui échapper. C’est également ce qu’il s’est passé, le ROY 2019 terminant finalement le match à 38 points, 11 rebonds et 10 passes en plus de la victoire pour ses Mavericks. Another day at the office pour Luka.

Candidat n°3 : la petite danse de la victoire pour Ja Morant

Il n’est qu’un rookie, mais il déborde déjà d’insolence : Ja Morant compte apparaître régulièrement dans cette rubrique, quitte à être haï de ses adversaires qui vont finir dans une sauce aigre-douce onctueuse après l’avoir croisé. Vainqueur de l’épisode 11, le meneur des Grizzlies se place de nouveau dans cette édition, après une interception cruciale face aux Timberwolves. Il s’agirait quand même qu’il fasse gaffe par contre, il risque un jour de tomber sur un père de famille qui n’acceptera pas et s’occupera du cas Morant de façon assez radicale.

Dans ce match serré, Ja Morant a intercepté une passe moisie de Robert Covington visiblement, et a scellé la victoire de son équipe grâce à cette action défensive. Du coup, pour fêter ça, Morant a lâché un petit shimmy discret mais efficace, comme pour se réjouir de la victoire tout en mettant bien le seum à ses adversaires, notamment Jarrett Culver, rookie également, qui s’est fait toiser par le probable futur ROY. Si jeune et déjà si insolent, Morant se fait doucement mais sûrement une place dans notre coeur.

Candidat n°4 : ça part en couilles entre Jimmy Butler et T.J. Warren

Rarement le dernier pour se fritter un peu, Jimmy Butler l’a encore une fois montré lors de la victoire face aux Pacers. Alors qu’il prend le dessus face à T.J. Warren en un contre un, l’homme qui a volé la meuf de KAT se fait retenir assez salement le bras par l’ailier d’Indiana. Du coup, le transfuge de Philadelphie ne se fait pas prier pour coller son front sur celui de l’ancien des Suns qui ne recule pas non plus, et forcément ça part en insultes et en gonflage de muscles, Warren envoie même son plus beau majeur à Butler. Tout le monde intervient pour séparer les deux énergumènes qui continuent de se balancer des noms d’oiseaux à travers la salle : Jimmy Butler et T.J. Warren veulent clairement en découdre, c’est en tout cas ce que l’on peut lire sur leurs lèvres respectives. Florilège des deux, allez.

« Je vais te botter le c*l ! Je vais te botter le c*l »

« Je te botte le c*l »

Bon, niveau langage, ce n’est pas vraiment ce que Shakespeare avait toujours imaginé, mais en tout cas ça prouve que les deux ne vont pas vraiment passer leurs vacances ensemble. Jimmy Butler ne s’est d’ailleurs pas arrêté en si bon chemin et a continué d’envoyer des piques saillantes à T.J. Warren, en interview et sur Instagram. Incorrigible Jimmy qui a littéralement ouvert une agence immobilière dans le crâne de son adversaire et qui semble déterminé à mettre un terme à sa carrière, peu importe le moyen. En tout cas, le 20 mars est déjà entouré en couleur rouge sang sur le calendrier de Jimmy Buckets

« C’est dur pour lui je pense, car je peux défendre sur lui mais lui ne peut pas défendre sur moi. Mais au final c’est ce que je dis : parfois il vaut mieux faire attention à ce que l’on dit dans certaines situations. Il y a des choses à ne pas dire. Ce qu’il m’a dit est très irrespectueux. J’espère qu’il me reverra la prochaine fois car c’est écrit, on va se revoir. Il fait style ‘On va se battre’ et tout, mais pour moi, ça veut dire ce que ça veut dire. »

« Il est soft, il ne fait même pas partie de ma ligue. Si j’étais leur coach, je ne le mettrais plus jamais sur moi, je mettrais quelqu’un d’autre, car sinon je vais le détruire. Il est bidon. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

@t.warren1 don’t be mad you can’t guard me. we will see what you about in March.

Une publication partagée par Jimmy Butler (@jimmybutler) le

« Ne sois pas dégoûté de ne pas pouvoir défendre sur moi. On verra bien ce que tu vas faire en mars. »

Candidat n°5 : le beef entre Kendrick Perkins et Kevin Durant, anciens coéquipiers à OKC

Ah, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Kevin Durant au coeur d’une embrouille sur Twitter. Cette fois-ci, il s’en est pris à Kendrick Perkins, son ancien coéquipier à OKC et cette fois-ci, il a utilisé son compte principal pour envoyer du gros taquet à l’ancien pivot. Le motif de cette embrouille ? Kendrick Perkins pense que Russell Westbrook est le meilleur joueur de l’histoire du Thunder. A l’aube du retour du Brodie à Oklahoma City, cette fois-ci avec la tunique des Rockets, pour ce qui devait être la séquence émotion de la soirée.

« Dans environ 30 minutes, je vais dire pourquoi je pense que Russell Westbrook est le meilleur joueur à avoir joué avec le maillot du Thunder. C’est MR. THUNDER ! »

« Il a eu une très belle carrière avec le Thunder, mais ce n’est pas le meilleur joueur à avoir porté le maillot du Thunder. Sérieusement Perk ! »
« Hey, Kevin Durant a laissé la porte grande ouverte et Russell Westbrook est donc entré. »

« Je pense que Russ a pris la porte SECOND TOUR DES PLAYOFFS trois fois d’affilée. »
« KD a perdu aussi au second tour sans Russ, j’étais là, qu’est-ce que ça veut dire ? »

Cette sortie médiatique n’a que peu plu à Durantula, qui devait se charger de la sentence. Comme d’habitude, sans prendre de pincettes et en envoyant une sacrée rafale à son ancien coéquipier.

« Oui, et notre pivot a tourné à un énorme 2 et 3 de moyenne pendant ces séries. Tu as travaillé dur champion ! »

La suite est un échange d’amabilités entre les anciens coéquipiers au Thunder, chacun lâchant sa punchline à l’autre tour à tour. Vous voulez pas des petits gâteaux pour en parler sinon ? Des cupcakes ou des trucs comme ça ? Non rien ?

« Mes moyennes sont un fait, le fait que je sois champion aussi. »
« Mec arrête tu as pris la décision la plus nulle de l’histoire de la NBA ! En train de battre une équipe 3-1 en Finales de Conférence [perdre 4-3 ensuite, ndlr], puis les rejoindre la saison suivante ? Le coeur d’un champion. »

« Être nul, c’est être titulaire au poste de pivot avec beaucoup de minutes mais sans avoir aucune production. Tu aurais dû bosser autant que moi je l’ai fait. »

« C’est bien ! Tu as travaillé si dur et tu as quand même eu besoin de rejoindre une équipe au bilan de 73-9. C’est certain que tu ne te sens pas réellement comme un champion. Tu dois mal dormir la nuit parce que tu sais que tu as choisi la voie de la facilité. »

Le mot de la fin revient à Kevin Durant qui, probablement lassé d’entendre toujours les mêmes choses concernant sa décision, d’autant qu’il a depuis quitté les Warriors, termine avec un GIF pour le moins évocateur.

Grosse ambiance chez les anciens, si Kendrick Perkins a forcément raison en évoquant ce move qui est toujours très critiqué aujourd’hui (et le sera probablement toujours), il ne faut pas oublier l’impact qu’a eu Kevin Durant sur les titres qu’il a acquis, comparativement à celui du Perk. En tout cas, les deux ont visé juste, difficile de les départager.

Du lourd donc pour cette semaine de NBA, avec de la punchline et du tacle en veux-tu en voilà ! La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Mais qui a eu la plus grande gueule en NBA cette semaine ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top