Heat

Erik Spoelstra défend Jimmy Butler et s’en balance des stats : « Le plus important, ce n’est pas d’avoir des chiffres à la 2K »

Erik Spoelstra

Il a les yeux revolver, les mots aussi.

Source image : Youtube

Tout récemment, après la victoire du Heat contre Toronto, un journaliste de Miami a pointé du doigt la performance de Jimmy Butler, en galère offensivement durant cette rencontre. Immédiatement, le coach Erik Spoelstra est monté au créneau pour défendre sa star et mettre en avant son impact sur l’équipe, peu importe ce que peuvent dire les stats.

Le Heat est l’une des surprises de ce début de saison et commence à s’afficher comme un concurrent sérieux à l’Est. Cette bonne forme est notamment liée à un superbe coaching d’Erik Spoelstra mais également à l’arrivée de Jimmy Butler, qui a un grand impact sur le Heat même si ses statistiques sont plus faibles (20,4 points, 6,9 rebonds, 6,6 passes) que d’autres monstres du jeu, avec notamment des pourcentages au tir en baisse (42,9%, 27% de loin). Coach Spo voit de très près l’apport de Jimmy alors quand quelqu’un ose lui demander s’il est inquiet par rapport à la production numérique de son joueur, voici ce qu’il répond (via SportsCenter).

« Je pense que ce que les jeunes joueurs devraient apprendre en premier lorsqu’ils arrivent dans la Ligue, c’est la signification d’un joueur au contrat max. Ce n’est pas une question de statistiques. Ce n’est pas une question de chiffres sur la feuille de match. Ce n’est pas une question d’avoir des chiffres dignes de 2K. Ce qui compte, c’est la manière dont une équipe fonctionne et gagne grâce à un joueur.

Il n’y a pas de débat à avoir à propos de cela. Il a un impact incroyable sur nos victoires, sur les résultats. C’est pour cela qu’on lui a couru après si ardemment en tant que joueur au contrat max. Cela devrait être la définition, mais ça ne l’est pas. C’est devenu trop flou. Trop souvent, cela devient une question de statistiques, on parle des gens qui peuvent amasser les statistiques, mais ce sont des statistiques vides qui n’aident pas à la victoire. »

À travers ces déclarations, il pose une vraie question, celle des statistiques. Oui les statistiques, celles qu’on regarde en premier pour voir si un joueur est bon ou non, celles qui priment dans les récompenses individuelles. Dans la NBA moderne, les chiffres sont analysés de près et on leur accorde une grande importance. Cependant, elles ne font pas toujours gagner des matchs et le technicien du Heat le sait très bien. Alors à tous ceux qui disent que Jimmy Butler ne mérite pas son contrat max, voilà la réponse. Une réponse en finesse et en délicatesse, remplie de vérité, de pédagogie et de sagesse. Faudrait qu’il fasse attention, à force d’être sage comme ça il va finir par parler à l’envers ou alors on va le retrouver du jour au lendemain avec une longue barbe blanche.

Le technicien du Heat renvoie donc toutes les critiques dans les cordes comme s’il était une légende de la boxe. Il coupe clairement des langues de vipère en donnant une nouvelle définition du contrat max : un joueur utile à l’équipe et qui la fait gagner, rien à foutre des stats ou des paillettes. Bon après, on ne va pas filer un contrat max à un role player non plus, faut pas abuser. Cependant, un coach qui monte au front pour défendre son joueur, c’est beau. Un coach qui en profite pour remettre la Ligue et certains fans ou experts à leur place, ça l’est encore plus. En même temps il a raison le Erik, au bout du compte, cela ne sert à rien d’avoir un joueur à 50 points par match s’il ne fait pas gagner son équipe derrière. Un triple-double de moyenne ne sert à rien si le joueur en question n’emmène pas son équipe en Playoffs. On a tendance à oublier que le but de la NBA, c’est la victoire. On ne va pas donner des noms, mais certains mecs semblent accorder plus d’importance aux chiffres présents sur leur feuille de match qu’à la victoire de leur équipe. Jimmy Butler ne fait en tout cas pas partie de ceux-là.

Erik Spoelstra est un maître tactique, on le savait, ce qu’on savait moins c’est qu’il était un maître de la sagesse. Avec ces déclarations, il remet à sa place une partie de la Ligue trop concentrée sur les statistiques et moins sur la gagne. Pas sûr qu’il ne se fasse que des amis dans le Texas après avoir dit ça…

Source texte : SportsCenter

1 Comment

1 Comment

  1. Berhane77

    4 janvier 2020 à 21 h 27 min at 21 h 27 min

    Comment ça «  on ne va pas donner des noms » ?
    C’est trashtalk ici ou pas ? ^^

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top