Cavaliers

Les Cavs confirment face aux Hawks : 3 victoires de suite, doucement sur la gagne avec Garland, Sexton et Porter Jr

Darius Garland

Quand t’as plu Jordan Clarkson dans les pattes.

Source image : NBA League Pass

Après avoir battu Charlotte et Memphis il y a quelques jours, les Cavs accueillaient les Hawks et espéraient foirer le retour de John Collins sur les terrains. Mission accomplie par la jeunesse de Cleveland, qui trouve ses aises petit à petit.

Ce n’est pas en battant trois des équipes les plus faibles de toute la NBA que les regards vont soudainement se tourner vers vous. C’est un fait. Cependant, lorsqu’il y a des avancées réelles et durables, un minimum, il convient de s’y pencher pour au moins voir jusqu’où cela peut aller. Les Cavs, on le sait, étaient encore dans un sacré merdier il y a quelques semaines, lorsque le combo suivant tombait sur les fans de l’Ohio : rumeurs de transfert de Kevin Love, piquette de 40 points à Philadelphie et coach qui se prend la tête à deux mains, disons que cela ne sentait pas très bon le 8 décembre aux alentours de Cleveland. Aujourd’hui, soit deux semaines plus tard ? Bien des choses ont changé. Déjà, les bruits venant des médias se sont dissipés concernant Love, sauf lorsqu’il s’agissait de souligner sa mixtape à San Antonio ou un bel effort collectif contre Houston. Ensuite, Kevin Porter Jr, qui avait déjà attiré l’attention face aux Rockets, confirmait à Milwaukee pendant que Collin Sexton affinait son tir à Toronto et contre Charlotte. Et enfin ? La grande nouvelle, celle que de nombreux observateurs attendaient autour de la Quicken Loans Arena : Jordan Clarkson était transféré à Utah en échange de Dante Exum et des bricoles. Finis les embouteillages sur les lignes arrières, les célébrations ou initiatives à la con dans des matchs mal engagés, certes JC offrait quelques belles perles balle en main avant de partir mais cette situation bloquant le développement des jeunes sur le backcourt devenait insupportable. Ce changement lent mais réalisé progressivement a donné place à ce point d’exclamation vécu ce soir à Cleveland, les Cavs battant les Hawks au finish (121-118) en s’étant fait une sacré frayeur dans les dernières minutes du match. Engagés, agressifs, les petiots de l’Ohio se sont passés le relais pour abuser de la défense d’Atlanta, et c’est donc avec un large sourire que les fans sont allés se coucher. Trois wins consécutives ? Plus de Clarkson dans les pattes ? Et des jeunes qui s’éclatent en attendant le transfert des anciens ? Quelle vie.

Ce sont donc Darius Garland, Collin Sexton et Kevin Porter Jr qui, en bons représentants de l’avenir des Cavs, se sont fait plaisir. Spoiler alert pour ceux qui ne s’en doutaient pas, le retour de John Collins n’a rien changé à l’investissement collectif des Hawks en défense, qui ont l’air déterminés à en prendre 150 tous les soirs. Spoiler alert partie deux, Trae Young en a pris plein la musette quand il n’attaquait pas, le plan de jeu de Cleveland étant assez clair concernant le meneur des Hawks. Si vous pouvez le jouer ? Foncez. Ainsi, après Sexton qui s’est gonflé en premier, c’est Garland qui y est allé de sa partie de bonheur personnelle, avant que Porter Jr ne termine cela dans le run de la fin de match. Et 61 points pour la jeune triplette talentueuse de Cleveland, ce n’est pas vraiment une base à laquelle s’attendre quotidiennement quand tu affrontes des lampadaires en défense, mais c’est prometteur. Et cela confirme la bonne passe dans laquelle ces Cavs se situent, eux qui jouent plus libérés et pour les uns comme les autres. Symbole de cette chouette vague, Garland qui, en clair manque d’agressivité sur son automne, tente de plus en plus de choses balle en main à l’arrivée de l’hiver. Un peu plus de confiance pour le rookie, d’espaces pour s’exprimer aussi, et forcément les nuits excitantes s’enchaînent. La régularité viendra plus tard, c’est trop tôt pour en parler actuellement, mais les projections sont intéressantes et Cleveland pourrait, si le nettoyage se confirme dans les cinq prochaines semaines, représenter une darling de l’ombre à suivre en perspective de la saison suivante. Le plaisir de l’emporter collectivement revient, en tout cas, et cela ne peut que faire du bien aux jeunes comme au coaching staff qui semblait avoir touché le fond il y a deux semaines à Philadelphie.

Déplacements à Boston, Minnesota et Toronto pour finir l’année 2019 ? Et bien allons-y gaiement. Tant pis pour les résultats, le but est de prolonger la bonne forme actuelle en partageant le ballon, et en laissant les minots s’exprimer. Bonne nouvelle, quand on leur tend la balle ils n’hésitent pas avec. Maintenant faut se lancer, et dans des arènes peu accueillantes. Au boulot.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top