Jazz

Jeff Green est libre : le Jazz remercie l’ailier pour ses loyaux services, mais qui va le récupérer entre Lakers et Clippers…?

Jeff Green

Tiens, ne pleure pas Jeff.

Source image : NBA League Pass

Alors qu’il venait à peine de finir sa rencontre à Miami, Jeff Green a appris qu’il était en fait coupé par le Jazz. Une dure réalité pour le vétéran, qui va passer ses vacances au téléphone en espérant trouver une nouvelle équipe dans laquelle jouer…

C’est la dure loi de la NBA, celle qui scandalise certains et en fait soupirer d’autres. Les joueurs sont parfois retrouvés dans des situations complexes, qui leur impose de devoir s’ajuster aux conséquences. On peut demander un jour à son General Manager si on va être transféré, avoir l’assurance que ce ne sera pas le cas, avant d’être marchandé à l’autre bout du pays 24h plus tard. On peut croire que sa prolongation sur place garantit un avenir paisible sans déménagement, avant d’être envoyé en sacrifice humain chez les Knicks quelques jours plus tard. Pour Jeff Green, qui a déjà connu un bon paquet de transferts dans sa carrière, disons que cette nouvelle version n’était pas la plus charmante. En effet, en déplacement à Miami avec le Jazz, le vétéran était en tenue, prêt à jouer, disponible pour Quin Snyder sur son banc et auteur d’un match assez moyen, avec ses hauts comme ses bas. Une défaite difficile à avaler pour Utah, mais encore plus pour Green puisque ce dernier va apprendre, une heure plus tard, que ses services ne sont plus demandés par le Jazz. Attendez, comment ça, vous voulez dire que j’étais avec mes coéquipiers sous la douche il y a 45 minutes, et vous voulez qu’on se dise au revoir sur le champ ? Hélas, oui. Alors parfois, cela peut être annoncé au préalable et un joueur peut s’attendre à ce que ce soit son dernier match avec cette équipe en particulier, mais pas sûr que Utah ait été très clair là-dessus, à confirmer. Une chose est sûre, c’est que Jeff a été prié de plier les gaules pour laisser place à….Rayton Tucker, crack de G-League qui a épaté le management de Utah et a obtenu un deal dans la foulée. Quelques heures après avoir notamment tradé pour récupérer Jordan Clarkson.

Du coup, ce n’est pas la giga fête pour Green, qui espérait certainement avoir un taf au quotidien autour des fêtes de Noël. Attention, on ne dit pas que Jeff est en galère et qu’il va dormir seul dans les bois, simplement la dinde a pas tout à fait le même goût quand tu sais qu’Emmanuel Mudiay a gardé son spot dans le roster et toi non. Toujours en est-il que l’aventure au Jazz est terminée pour Green, et qu’il va falloir tourner la page. Une bonne nouvelle ? Oui, il y en a une. Jeff Green est un vétéran, respecté dans la Ligue, bon coéquipier, et joueur polyvalent : son profil va intéresser du monde, notamment chez les contenders. L’info de son renvoi était à peine sortie que tout le monde tournait son regard vers la cité des anges, vu la bataille qui tourne autour d’Andre Iguodala jusqu’au 6 février prochain. Les deux franchises de Los Angeles veulent se ramener armées jusqu’aux dents pour les Playoffs 2020, et l’addition d’un soldat valeureux comme Green sur le banc n’est pas à laisser de côté. Après tout, c’est lui qui faisait le videur aux côtés de LeBron pendant la campagne de 2018, lorsque les Cavs allaient jusqu’en Finales NBA. Pas compliqué de se dire, aujourd’hui, que James et le staff des Lakers vont regarder de très près s’il y a la possibilité de recruter Jeff et ajouter encore plus de longueur de bras comme de défense à Los Angeles. Clippers dans la course, tout comme d’autres équipes attendues en mai et qui voudront avoir le plus d’assurance possible au moment où les affaires deviendront sérieuses. Sans être fondamental dans la réussite d’une franchise ou capable de débloquer une rencontre de Playoffs à lui seul, Green reste une solide addition qui va très certainement attirer les yeux de beaucoup de monde sur cette semaine à venir.

Alors, qui va repartir avec Jeff Green ? On lui donne combien, deux semaines avant qu’il retrouve un taf ? Doigts croisés pour le vétéran, et rendez-vous dans une grosse semaine pour en savoir plus sur son avenir en NBA. Tiens bon, l’ancien.

Source : The Athletic

1 Comment

1 Comment

  1. Téo Salu

    24 décembre 2019 à 15 h 23 min at 15 h 23 min

    La greffe n’avait pas pris du côté du Jazz, Green était vraiment un boulet dans la 2nd unit, mauvais en défense, peu présent au rebond, et très médiocre en attaque. Mudiay, lui, conserve son poste parce qu’il est déjà bien plus régulier au scoring et qu’il apporte ce que le staff attend de lui. J’ai rien contre Jeff, j’espère qu’il saura rebondir, mais je suis très heureux de le voir partir d’Utah.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top