Warriors

Kevon Looney rempile pour minimum deux semaines sur la touche : le Chase Center est-il construit sur un cimetière indien ?

Looney prolonge à l’infirmerie. Tout va bien dans le pire des mondes pour les Warriors.

Source image : YouTube

Le pivot des Warriors de Golden State, Kevon Looney, sera absent pour au moins deux semaines supplémentaires. La poisse se prolonge du côté de la Baie, l’effectif de 2018-19 étant définitivement gangrené par les blessures et la malchance. 

L’équipe championne de 2015, 2017 et 2018 annonçait ce mercredi que son pivot avait passé une nouvelle série de tests médicaux pour un problème nerveux qui expliquerait ses soucis aux ischios. Et visiblement, Kevon Looney n’est toujours pas prêt à fouler les parquets NBA si l’on en croit le communiqué de la franchise de Golden State. Si ce dernier se veut rassurant et rempli d’espoir, en expliquant que le retour de Kevon Looney pourrait s’opérer dans un futur proche, aucune date n’est explicitement annoncée et son indisponibilité se rallongera à minima durant deux semaines. Pour rappel, le numéro 5 des Warriors n’avait joué que dix petites minutes dans le match d’ouverture face aux Clippers le 24 octobre dernier. Depuis, il a manqué les sept dernières rencontres de son équipe.

Difficile de faire un début de saison plus cauchemardesque que celui des champions de l’Ouest en titre. Après la grosse blessure de Klay Thompson durant les Finales, c’est plus récemment Stephen Curry qui s’est fracturé la main et qui sera absent pour au moins trois mois. Des petits soucis moins préoccupants concernent également Draymond Green et D’Angelo Russell. Avec un bilan déjà très compliqué de seulement deux victoires pour six défaites, les Warriors pointent à la 13ème place de leur conférence. Une situation tout simplement inimaginable il y a de cela quelques semaines. Comme quoi, tout va très vite en NBA. À tel point que le terme de « tanking » commence à être utilisé dans la même phrase que Golden State Warriors. Il faudra attendre encore un petit peu pour tirer une conclusion sur la saison de Steve Kerr et ses hommes meurtris car ce n’est que le début de l’exercice NBA, mais ça semble très mal engagé. Alors pour éviter le suicide aux fans des Dubs, on mentionne quand même quelques points positifs. Avec le retour de Green et Russell, l’équipe retrouvera un peu de sa « superbe », et il faudra également compter sur les qualités savantes du coach pour trouver des solutions malgré l’absence du franchise player. Le rookie Eric Paschall est aussi un motif d’espoir pour les fans endeuillés de Golden State, puisque l’ailier avait compilé 34 points et 13 rebonds dans une victoire surprise face aux Blazers de Portland.

Cinq mois, c’est la très courte période qui sépare une équipe de Golden State en route pour un quatrième sacre sur la décennie, à un effectif de seconds couteaux inconnus au bataillon, dont les noms semblent provenir tout droit d’un générateur de jeu vidéo. La NBA est un univers cruel, où domination et déroute ne sont pas si éloignées. 

Source texte : Warriors

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top