Pacers

Les notes de Pacers – Bulls : suspens en vacances et adresse en congé, soirée difficile pour les vachettes

Bulls Pacers

Un match qui comme le coach fitness de Carmelo, n’a pas tenu toutes ses promesses.

Source image : NBA League Pass

C’est l’une des nouveautés pour cette saison 2019-20, TrashTalk vous offrira chaque dimanche soir les notes du NBA main event made in France. Disons qu’on a la chance de pouvoir profiter d’un match chaque semaine en prime time, disons que ça ne nous obligera plus à patienter devant un épisode claqué de Zone interdite, alors disons qu’on a décidé de profiter de tout ça pour rigoler un peu et pour vous faire part chaque semaine de notre bulletin de notes maison. Âmes sensibles s’abstenir, on n’est pas venus ici pour caresser la NBA dans le sens du poil, enfin pas toujours.

Hop, cette rubrique est déjà plus iconique que le Taco Tuesday chez les James et ça repart ce soir avec au programme : un très attendu Thaddeusico ! D’un côté, des taureaux aussi ambitieux que ceux qui squattent les abattoirs Charal. De l’autre, une équipe que certains préfèrent fuir pour devenir témoin de Jéhovah (no joke). Dit comme ça, la hype est pas folle : Indiana est septième avec 2 victoires pour 3 défaites tandis que Chicago occupe la douzième place. Mine de rien, les Pacers vont tenter de décrocher une troisième victoire de rang tandis que les Bulls essaieront d’en avoir autant le 15 avril prochain. Du coup, on se posait pas mal de questions à l’approche de ce dîner entre la meuf de Thaddeus Young et son ex : Malcolm Brogdon va-t-il encore noircir la feuille de match ? Le duo LaVine/White lancera-t-il enfin la saison de Chicago ? Où est passé Bol Bol ? Allez… z’est parti pour les notes !

Résumé condensé du match : +10 puis +10 pour terminer par +13. Le suspens en vacances et l’adresse en congé, bravo aux courageux qui ont suivi le Thaddeusico. Pour ceux qui l’ont aimé : cliquez-ici

Chicago Bulls

Zach LaVine (5) : un passage intéressant avec deux gros tirs du parking. Athlétiquement largement au dessus de la moyenne mais un QI basket équivalent à celui de Ralph Wiggum. L’impression d’offrir une Lamborghini à Gilbert Montagné. On se capte au Dunk Contest Zach.

Lauri Markkanen (2) : un  diesel qui n’a d’ailleurs pas démarré ce soir. On attend de lui qu’il passe un cap, à ce rythme là il va devoir passer son CAP.

Otto Porter (2) : briques, enclumes et mains sponsorisées lego, un DNP aurait pour une fois été appréciable.

Wendell Carter Jr. (7) : véritable energizer qui fait beaucoup de bien en sortant les coudes dans la peinture. Le faisceau de lumière dans les profondeurs de l’Illinois : bras-roulés, rebonds autoritaires et grosse défense… Wendell was lit. A délicatement talqué les fesses de Bitadze.

Thaddeus Young (5) : une belle influence sur la rencontre mais trop légère pour un retour à la maison. Un peu comme si la reine du bal s’était ramenée en claquettes-chaussettes.

Tomas Satoransky (5) : véritable volonté d’organiser le jeu de son équipe avec quelques caviars made in Euroleague. Est-ce suffisant pour un meneur starter ? À Chicago sûrement.

Kris Dunn (3) : encore un coup de maître pour l’homme invisible. Rouge, blanc et galère à trouver… la dérivée ricaine de « Où est Charlie ? ».

Coby White (2) : l’électron libre de l’Illinois avait à coeur de marquer une nouvelle fois les esprits. Résultat ? Des pourcentages cata et une soirée à oublier pour l’un des cités dans la course au ROY.

Ryan Arcidiacono (3) : nom imprononçable et style de jeu brouillon : la copie qu’un prof ne corrige pas.

Luke Kornet (4) : un joli highlight sur alley-oop et quelques mouvs sympas. Choper la trique sur Luke Kornet, on en est rendus là ?

Shaquille Harrison (non-noté) : 43 secondes et un rebond. Tu notes ça toi ?

Indiana Pacers

Malcolm Brogdon (7) : un véritable match de playmaker avec une rare propreté dans le jeu, pourtant pas son meilleur game de la saison. Fluidité, touché et câlineries résument parfaitement sa performance. On ne peut qu’attendre son association avec Victor Oladipo.

Jeremy Lamb (4) : Jeremy c’est ce pote aux mains carrés qui passe son temps à crier « anawane » pour gratter des fautes. 11 points pour 1 tir rentré, merci les lancers. Belle activité en défense.

T.J. Warren (8) : 26 points pour l’ailier d’Indiana. Présent dans tous les secteurs du jeu, T.J. est la raison principale du succès des siens. On n’aime pas s’enflammer mais à cinq match près, T.J. Warren a tout pour être All-Star cette saison. À noter un petit bobo à 2 minutes de la fin.

Goga Bitadze (5) : Albus Dumbledore de la balle orange : des mains de sorcier mais une détente de septuagénaire. Il a su profiter des absences de Sabonis et Turner même s’il égoutte super bien tes pattes en défense. Le gros point positif si ce n’est la feuille de match, c’est aussi la fougue et l’audace de prendre tous ses tirs ouverts.

T.J. Leaf (6) : beaucoup de T.J. chez les Pacers mais on retient que celui-ci a également fait du bien. Flèches des sept mètres et tournée des poubelles, la polyvalence a un nom : Leaf. À noter un contre monumental sur Coby White.

Justin Holiday (3) : un cross bien flingué et des tirs ratés, on to the next one.

Doug McDermott (3) : Impliqué dans le jeu en transition mais s’est trop enfoncé le compas dans l’oeil.

T.J. McConnell (4) : un match de lieutenant avec toujours cette impression de parcourir 50km/pts.

JaKarr Sampson (5) : un match intéressant des deux côtés du parquet avec une grinta Benedettesque. On sent néanmoins des mains fébriles qui demandent du travail de dextérité. JaKarr a joué Sampson adresse et Éric Micoud rêve de sa chevelure.

Aaron Holiday (5) : solide perf’ mais on va pas se mentir, ça pieutait déjà quand il est entré en jeu.

Voilà pour les notes de ce match qui comme le coach fitness de Carmelo, n’a pas tenu toutes ses promesses. Le genre de rencontre où le garbage time commence dès le premier quart. M’enfin, c’est du basket y’a un ballon et dix joueurs… là est l’important ! À très vite pour de nouvelles aventures avec au programme dimanche prochain… un Timberwolves – Nuggets dès 21h30.

feuille game

feuille game

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top