Suns

Les Suns font tomber les Clippers sans Rubio ni Ayton : alerte, Phoenix est le nouveau leader de la Division Pacific

Monty Williams Phoenix Suns

L’architecte du renouveau des Suns, c’est lui.

Source image : NBA League Pass

C’était le dernier match de la nuit, un combat aux allures de David contre Goliath avec le duel entre les Suns et les Clippers à la Talking Stick Resort Arena de Phoenix. L’occasion de voir ce que valent vraiment les protégés de Monty Williams, privés cette nuit (et pour les 23 prochaines) de DeAndre Ayton, suspendu, mais aussi de Ricky Rubio, blessé de dernière minute. 

Qui n’a pas été inquiet pour les Suns en voyant débarquer l’ogre Clippers en ville tout en sachant que deux des meilleurs joueurs de l’équipe sont indisponibles ? Eh bien c’était sans compter sur la métamorphose estivale de cette jeune équipe des Suns, désormais confiante, combative, et dont les joueurs se battent les uns pour les autres. Woh. Quel changement par rapport à la saison passée. Comment ne pas y voir la patte de Monty Williams ? Les signes sont pourtant visibles. Ricky Rubio blessé ? On met Jevon Carter en meneur. Jevon qui ? Un illustre inconnu qui tournait à 4 pts de moyenne l’an dernier à Memphis ? Cette nuit, on l’a carrément vu devenir une version différente de Patrick Beverley. Pas un incroyable gestionnaire ou un shooteur fou mais une excellente agressivité transmise à ses coéquipiers et un jeu simple pour faire circuler la balle. C’est la base de ce sport non ? Pour compenser l’absence de deux éléments majeurs, chacun y a mis sa patte. Frank Kaminsky a montré ce que les scouts voyaient en lui lors de sa draft avant qu’il n’aille s’enterrer chez les Hornets. Aron Baynes a fait du Aron Baynes, et les fans des Suns savent que cette dureté à l’intérieur a manqué dans le passé. Dario Saric, Kelly Oubre Jr. et bien entendu Devin Booker ont pour leur part fait le boulot au scoring pour guider ce jeune groupe vers une victoire de prestige, une victoire qui ne souffre d’aucune contestation tant Phoenix a mené les débats du début à la fin, ne paniquant pas lorsque les Clippers ont tenté un run pour revenir. Les hommes du désert peuvent fêter ça dignement, demain ils se lèveront premiers de leur division … et de leur conférence (à égalité avec quatre autres équipes).

Côté Clippers, on a sans doute pris ce déplacement un peu à la légère après deux victoires de prestige contre les Lakers et les Warriors. On a vu Pat Beverley faire le malin et demander des nouvelles de la maman de Devin Booker, qui lui a sans doute répondu qu’il avait vu la sienne la veille au soir. En dehors de ces échanges philosophiques, l’adresse n’a pas été au rendez-vous pour les Angelinos mais cela ne doit pas masquer le fait que le jeu collectif n’était pas au niveau des deux premiers matchs. Seulement 15 passes décisives cette nuit contre 29 pour leurs adversaires. Cette défaite passera sans doute pour un accident industriel dans leur bilan mais attention à ne pas regarder trop de monde de haut, surtout à l’Ouest, car les Suns ne sont sans doute pas les seuls à avoir changé cet été.

Phoenix a donc fait tomber le monstre Clippers et c’est toute une fanbase qui se réjouit. On joue de nouveau au ballon dans l’Arizona et on n’a même pas eu besoin de rappeler Steve Nash. Une équipe qui en veut des deux côtés du terrain et qui vit bien ensemble, et ce n’est peut-être que le début.

Suns vs Clippers
Clippers vs Suns
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top