Mavericks

Luka Porzincic, acte 1 validé : 23 points pour la Licorne, 34 pour le meilleur ami de Bradley Beal, easy win face aux Wizards !

On attendait avec impatience de voir ce que pouvait réellement donner ce duo fantastique sur le papier, et une rencontre face aux Wizards ne pouvait pas mieux tomber pour se chauffer un peu les mirettes. Résultat des courses ? Luka Doncic a énervé tout Washington mais au bout du compte les Mavericks empochent leur première victoire, et la (double) patte du duo européen se fait déjà sentir à Dallas. Comment on dit « ça promet » en slovéno-letton ?

Première sortie et déjà les premières promesses pour Luka Doncic et Kristaps Porzingis. Il faut dire que l’adversité offerte pour ce season opener n’était pas des plus féroces, mais Rick Carlisle ne va sûrement pas se plaindre que ses deux leaders aient pu démarrer en sifflotant. Le vrai premier ronflement de moteur ? Il aura lieu dans le deuxième quart-temps, quand le prodige slovène commencera à profiter des joies des switchs défensifs des Sorciers. Isaac Bonga, Davis Bertans et surtout Thomas Bryant, bienvenus au pays des step-backs et des feintes de grand-père. Car si Kristaps Porzingis n’a qu’à lever les bras pour devenir indéfendable, c’est bien à la roublardise que Luka efface le plus souvent ses défenseurs. Un deuxième quart énorme donc, et voici que le ROY 2019 partait pisser avec déjà vingt pions au compteur.

Rebelote dès le troisième quart-temps, le blondinet à la tronche de genre idéal se remet à jouer comme un vétéran, Kristaps y va de ses fade aways de mec de 2m20 – viens défendre, viens – et les Mavericks font logiquement l’écart tandis que les liens se resserrent entre le meneur de Dallas et à peu près tous les joueurs des Wizards. Chaque panier du gamin est suivi de grands sourires bien énervants et, tiens comme par hasard, les Wizzous s’énervent et l’air se crispe au Texas. Bradley Beal est le premier à rentrer dans le jeu, ça fait marrer Luka mais pas Moritz Wagner, et c’est d’ailleurs la dernière fois aujourd’hui… que vous entendrez parler de Moritz Wagner. Doncic termine de gonfler tout le monde lorsqu’il rentre dans les dernières minutes pour valider la victoire des siens tenter d’aller chercher son career high au scoring, Bradley Beal finit par se faire exclure après deux fautes techniques, la Licorne géante valide un alley-oop balancé par Jalen Brunson et la soirée se termine tranquillement pour la meilleure franchise européenne de NBA. Rui Hachimura assez tranchant et Bradley Beal beaucoup trop croqueur d’un côté, un duo de leaders déjà solides de l’autre, une différence un peu trop palpable finalement, surtout quand l’une des deux franchises en question se pointe quand même avec Isaac Bonga et Ish Smith dans son starting five.

Les conclusions de notre affaire ? Luka Doncic est un petit con mais est toujours aussi fabuleux balle en main, Kristaps Porzingis souhaite bon courage à qui voudra le stopper tant qu’il est sur ses deux jambes et les Wizards… sont partis pour passer une demi-douzaine de mois bien difficiles. Luka Porzincic, Acte 1 validé, à très vite pour de nouvelles histoires pleines de highlights et de claques qui se perdent.

stats Wizards stats Mavericks

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top