Raptors

Fred VanVleet a frappé fort d’entrée : record en carrière, actions folles et fighting spirit, Toronto a trouvé son nouveau chouchou

Pour ceux qui avaient aperçu le Fred VanVleet de 2017-18 ? Il y avait de quoi espérer. Pour ceux qui l’avaient découvert la saison passée et plus encore lors de ses deux premiers tours de Playoffs ? Il y avait de quoi se marrer. Puis Fredo est devenu père, et Fredo est devenu un putain de tueur à gages sur le terrain. Une fin de postseason exceptionnelle ponctuée par un titre de champion, et depuis hier… toute une fanbase qui se demande si l’homme au blase de cycliste n’est pas devenu en quatre mois… le vrai lieutenant de Pascal Siakam à Toronto. Conclusions hâtives let’s go, mais cette nuit Freddy nous a juste mis en PLS.

S’il s’est présenté il y a deux ans à la NBA comme l’un de ses meilleurs remplaçants, faisant de la Bench Mob des Raptors l’une des meilleures second units de toute la Ligue, s’il est donc un petit meneur tanké et donc la réplique physique exacte ou presque de Kyle Lowry, il n’empêche que cette nuit Nick Nurse avait décidé de lancer son Fredo de luxe dans le starting five, et que ce pourrait donc être l’une des tendances de la saison à Toronto. Première pensée qui nous vient à l’esprit ? RIP à tous ceux qui voyaient en lui un potentiel 6th man of the year. Cette saison Nicolas Infirmière semble décidé à faire confiance à son backcourt de petits gros, et la première partition de l’année lui a en tout cas donné raison. Certes, Kyle Lowry a clairement eu du mal à rentrer dans son opener comme il rentrerait dans un BK (4/15 au tir), mais alors Fred VanVleet messieurs dames… Jugez plutôt tiens, et on en parle après :

34 points à 12/18 au tir dont 5/7 du parking et 5/6 aux lancers, 5 rebonds, 7 passes et 2 steals

L’homme de la Rabobank n’a donc pas perdu de temps. Intenable de près grâce à une vitesse ahurissante et un hang time au moins aussi étonnante, ultra-efficace de loin quand il a fallu faire pencher la balance pour les siens en fin de match et en prolongation, Fred VanVleet a tout fait aux pauvres Pels, car malheureusement Jrue Holiday ne peut pas tout faire. Une démo de style et d’efficacité, de clutchitude et de bons choix, et un duo avec Pasacl Siakam qui risque de donner des nausées à bien des franchises NBA cette saison, le genre de nausées que quelqu’un a pu avoir quelque part cette nuit en mangeant un peu trop de fromage, si vous voyez ce que je veux dire. Quoiqu’il en soit ? Le Fred VanVleet de la nuit dernière est bien plus qu’un facteur X pour Toronto, c’est un leader qui émerge. Lui seul sait s’il se sent capable de se retrousser les manches cette saison au point de devenir la menace officielle n°2 de ces Raptors qui se cherchent de nouvelles idoles, mais alors si le Fredo décide d’enchaîner les perfs de ce genre… pas grave pour le 6th man of the year car c’est le trophée de MIP qui sera susceptible de rester au Canada dans un an. Niveau conclusions hâtives on est là-aussi tout en haut mais que voulez-vous, le Fredo a vrai-ment illuminé le début de notre nuit.

En ce matin du 23 octobre une question subsiste finalement. Putain Fredo, c’est quoi les bails ? T’as eu un gosse en juin… et t’en a eu six autres cet été ? Faut qu’on m’explique là, tout se mélange.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top