News NBA

Lance Stephenson cartonne pour son premier match en Chine : dans un an le mec remplace Xi Jinping, c’est écrit

Lance Stephenson

31 points, 8 rebonds, 7 passes et un doigt dans l’œil, quadruple-double.

Source image : Twitter - @TheNBACentral

Comment en aurait-il pu être autrement ? A peine débarqué en Chine, Lance Stephenson fait déjà des siennes et dans la plus pure tradition lancelotienne. Carton plein sur le terrain, un ou deux doigts dans les yeux, et c’est parti pour une bromance dont on risque d’entendre parler pour un moment.

On connait tous Lance Stephenson autant pour ses qualités de basketteurs que pour ses dons d’entertainer. Et pour sa première sortie avec la légendaire franchise chinoise des Flying Dragons de Liaoning… le héros de toute une génération n’a évidemment pas déçu.

Physique de body-builder au milieu des cotons-tiges, coasts-to-coasts à faire péter des câbles à n’importe quel coach… mais réussite maximale. Alors on se tait et on regarde. 31 points, 8 rebonds et 7 passes, ça c’est pour les lattes, un doigt dans l’œil et un Top 10 à lui tout seul, ça c’est pour les barres. Car en s’exilant à l’autre bout du monde, Lance Stephenson n’a clairement pas décidé de laisser ses principales qualités au pays, et le public chinois risque donc de tomber très vite en amour pour son nouveau clown de service. Il y a deux sortes de joueurs NBA en Chine, ceux qui savent que le peu de skills qu’ils ont en magasin leur permettra de gagner leur croûte tout en bouffant tous les ballons du pays, et ceux qui ont comme ambition de… s’offrir ce dit pays. Lance fait évidemment partie de cette deuxième catégorie de légendes, les Marbury, les Artest, ces mecs dont la folie plait tant au public asiatique, quitte à en subir parfois – souvent – les mauvais côtés. A peine trente minutes de jeu et déjà un cours de air guitar, déjà une victoire, déjà une démonstration de ce qu’il est capable d’apporter dans un championnat de seconde zone, même si les Chinois aiment à vendre leur CBA comme une NBA bis. Pour Lance Stephenson ce sera plutôt une NBA bise, car Born Ready est clairement partie pour bisouiller tout ce qui se trouve sur son chemin et a donc réussi à être plus fun en un match que toute l’équipe de Team USA en quinze jours; toutes proportions gardées bien sûr.

Du show, du scoring, du show, du scoring, de la domination comme on l’aime et donc le prélude de ce qui pourrait être l’une des stories les plus folles de cette saison 2019-20. Hâte de le voir revenir en NBA après une saison chinoise en 35/8/8 de moyenne, hâte de le voir rejoindre les Lakers pour les prochains Playoffs, car ça aussi c’est écrit. Les vrais génies le restent malgré les frontières, alors ne change jamais Lance, jamais.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top