Mondial

L’Equipe de France doit passer sur le corps des Argentins ? Pour cela il faudra qu’elle passe sur celui… de la légende Luis Scola

Luis Scola

Et bon chance hein.

Source image : FIBA

A quelques encablures de l’un des plus grands moments – on l’espère de tout cœur – de l’histoire du basket français, l’heure est aux questions. Comment gérer cette demi-finale au mieux, comment faire le vide sur l’avant, sur l’après, pour entrer dans ce match immense de la meilleure manière qui soit. L’une des certitudes ? Il faudra passer sur le corps de l’une des plus grandes légendes de l’histoire du basket FIBA : Luis Scola.

On l’avait presque oublié, on avait presque zappé l’info, mais… Luis Scola est bel et bien présent en Chine, à 39 ans, des cheveux blancs mais toutes ses dents. Légende parmi les légendes argentines, Tonton Luis en est également une à l’échelle mondiale, lui qui peut se targuer, par exemple, de compter dans son armoire à trophée… une médaille d’or olympique, disons qu’ils sont peu nombreux dans ce cas. Déjà présent en 2004 au sein de l’une des équipes les plus kiffantes de tous les temps, l’amigo est donc toujours fringant quinze ans plus tard et roule tranquillement sur le Monde depuis deux semaines. Désormais deuxième scoreur all-time en Coupe du Monde derrière l’intouchable Osacar Cuisine Schmidt, on imagine donc que disputer une dernière finale mondiale doit sacrément titiller le dinosaure. La bonne nouvelle aujourd’hui ? C’est que Luis Scola ne s’est pas encore frotté durant cette Coupe du Monde à un défenseur de la trempe de Rudy Gobert, et disons globalement qu’il ne s’est encore jamais frotté… à une défense aussi folle que celle des Français. La mauvaise ? C’est que ce fou furieux en a vu d’autres depuis bientôt vingt ans, et qu’il faudra toute l’intensité du monde pour empêcher le papy de faire de Shangaï son jardin, un de plus à son immense palmarès.

Dix saisons NBA passées à flopper et accumuler les buckets entre Houston, Phoenix, Indianapolis, Toronto ou Brooklyn, dix saisons à scorer sans jamais décoller les pieds du sol, et une carrière faite d’accomplissements qui doivent en tout cas pousser les Bleus à prendre la Scolamenace très au sérieux. Le souvenir de la mixtape gasolienne de 2015 est encore bien trop présent dans les têtes françaises pour se faire poncer de nouveau par une légende latine, ainsi on imagine que Vincent Collet, Rudy Nelhomme et Pascal Donnadieu auront concocté tout à l’heure une petite surprise à la Jeanne Calment du basket mondial. Une victoire en passera obligatoirement par une opération anti-Scola, on le sait tous, mais plus facile à dire qu’à faire comme dirait ma tante Simone. Pour l’instant Luis Scola c’est en tout cas… 17,8 points et 7,3 rebonds à 39 balais donc, et ces chiffres devront prendre une sacrée claque dans la gueule si la France veut passer l’obstacle albiceleste…

Une légende vivante du basket mondial, un Dieu pour les Argentins, et Luis mérite tous ces sobriquets. Il ne ressemble peut-être à rien, il a peut-être le physique d’un ancien flic devenu gardien de nuit, il a peut-être les os rongés par la vie, mais c’est bien lui qu’il faudra surveiller comme le lait sur le feu dès 14h pétantes. Vous êtes prévenus, alors maintenant lancez l’opération spéciale.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top