Mondial

Coupe du Monde 2019, on aura donc un… Espagne – Australie dans l’autre demi : ne pas penser à la finale, ne pas penser à la…

pendule

Les bœufs, et ensuite la charrue.

Source image wikipedia

C’est bien beau de se pavaner sur la victoire des Bleus sur Team USA, parce que figurez-vous que les Bleus ont tapé Team USA, bordel de merde les Bleus ont tapé Team USA, il n’en demeure pas moins que de l’autre côté du tableau… ça joue aussi au basket, et plutôt pas mal. Les Espagnols avaient validé hier leur place en demi en battant de vaillants Polonais ? L’Australie en a fait de même cette après-midi face à de vaillants Tchèques. Espagne – Australie here we vamos, on va voir si des torreros peuvent dompter des kangourous.

A peine redescendus de ce fabuleux nuage bleu, blanc et rouge, il fallait bien s’intéresser, un minimum hein, à ce qui se passe de l’autre côté du tableau. Deux équipes invaincues (six matchs, six victoires), deux équipes sûres de leurs forces, et la promesse d’un match qui sera à n’en pas douter fantastique entre les habitués espagnols et… la furia australienne, victorieuse cette après-midi de la République Tchèque dans l’anonymat franco-français le plus total. Tomas Satoranski a été monstrueux mais Patty Mills a une bonne gueule de MVP de la compétition, ainsi soit-il, on passe à la suite.

Les dinosaures FIBA Marc Gasol, Ricky Rubio, Rudy Fernandez, Sergio Llull ou Victor Claver d’un côté, les roublards Joe Ingles, Andrew Bogut, Patty Mills, Aron Baynes ou Matthew Dellavedova de l’autre, un parterre de stars énormissime pour une demi-finale qui prendra donc des allures de NRJ Music Awards du basket-ball, les « vrais » gars se donnant plutôt rendez-vous dans la deuxième demi-finale, mais laissez-nous nous la raconter un peu. Deux équipes d’ores et déjà qualifiées pour les prochains JO, comme la France, comme l’Argentine, deux équipes qui méritent clairement leur place au sommet du basket mondial, deux équipes dont la première partie de Mondial leur a offert un quart plus accessible, et voilà comment on en arrive à ce genre de choc entre deux groupes terriblement en forme, et presque « reposés » avant cette demi. La folie de Patty Mills ? Le prime international de Ricky Rubio ? La verve alcoolo-talentueuse de Joe Ingles ? L’expérience de Marc Gasol ? Les  buckets du parking d’Aron Baynes ? Le cerveau mal irrigué de Rudy Fernandez ? Faites vos jeux, la seule certitude étant que c’est vendredi à 10h et que ça s’annonce splendide.

On va être franc avec vous, la liesse nationale ayant suivi la victoire des Bleus nous a clairement fait zapper le dernier quart de finale, mais c’était aussi car on n’avait pas vraiment de doutes sur la qualification australienne. C’est désormais chose faite, place au plat principal.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top