Mondial

Officiel : France – Team USA en quarts de finale, le chemin de la médaille passera par l’ogre cainri

Evan Fournier

On sera prêt les gars !

Source image : Canal+ Sport

C’était l’enjeu de cette finale du Groupe L entre la France et l’Australie, sachant que le perdant allait devoir se coltiner Team USA en quart de finale si la logique était respectée dans l’autre match de l’après-midi entre l’équipe de Gregg Popovich et le Brésil. C’est désormais confirmé, les Bleus affronteront les double tenants du titre pour une place en demi-finale de cette Coupe du Monde et on se prend à rêver un tout petit peu.

Bien sûr, on aurait préféré mieux finir ce match contre les Boomers pour s’offrir un adversaire a priori plus facile en quart. Avec tout le respect que l’on a pour Tomas Satoransky et la République Tchèque qui réalisent une très grande compétition jusqu’ici sans leur leader, Jan Vesely, cela reste moins effrayant sur le papier que l’armada de NBAers de Team USA. Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de se dire que s’il y a un coup à jouer, c’est peut-être bien cette année. En 2016 aux Jeux de Rio, les protégés de Vincent Collet étaient venus inquiéter très sérieusement les cainris de KD, Irving et Klay Thompson entre autres (100-97). Cette fois, ce ne sera pas du tout la même équipe en face puisque tous ces All-Stars habitués des Finales NBA ont été remplacés par Kemba Walker, Jaylen Brown et Donovan Mitchell. De très bons joueurs de basket, mais qui ont déjà montré pas mal de signes de faiblesses que ce soit en préparation ou en compétition. Leur défaite face à l’Australie a fait grand bruit même s’il ne s’agissait que d’un amical et ils peuvent encore remercier Cedi Osman pour les lancers-francs ratés en prolongation lors du premier tour face à la Turquie. On le dit et on le répète depuis deux semaines, Team USA a rarement été aussi prenable. Bon, ne croyons pas non plus que ce sera facile. Ils ont montré aujourd’hui contre le Brésil qu’ils en avaient encore sous la pédale lorsque leur destin dépendait du résultat et même si c’est sa première compét en tant que coach principal de la sélection, Pop a un peu d’expérience dans le métier.

Pour obtenir une médaille et valider son billet pour les Jeux Olympiques dès cette année, la France devra donc franchir l’obstacle Team USA. Toujours flippant dit comme ça, sauf que Vavane et ses potes ont montré plusieurs signes encourageants depuis une grosse semaine en Chine. Déjà, ils n’ont lâché qu’un match en cinq confrontations. Deux petits points contre l’Australie qui fait partie des grands favoris pour le titre. Pas mal, surtout dans un match d’attaque qui ne nous convenait pas vraiment. C’était la première fois que l’EDF encaissait plus de 75 points et ça peut facilement se comprendre quand on voit l’adresse indécente des kangourous sur le parking. Un schéma de match qu’il faudra soigneusement éviter contre les joueurs de la bannière étoilée qui n’ont pas de vrai leader offensif (Kemba est le meilleur marqueur avec à peine 15 pions de moyenne) mais où tout le monde est capable de dépasser les 20 points sur un one-shot. Les Bleus pourront compter sur leurs quatre joueurs NBA pour partager leurs tips avant d’affronter des joueurs qu’ils croisent toute l’année et qu’ils côtoient même à l’entraînement. Un autre avantage dont il faudra se servir pour tenter de réaliser l’un des plus gros exploits du basket tricolore tout simplement.

Que ça passe ou que ça casse, il faudra sortir de ce quart de finale sans rien regretter. Les Bleus ont montré un beau visage durant une semaine et il n’y a aucune raison pour que cela change maintenant. Il suffit d’y croire car tout est possible… surtout cette année. Et ensuite seulement il sera temps de parler de l’Argentine ou de la Serbie. Keep calm and beat Team USA, rendez-vous mercredi à 13h !

1 Comment

1 Comment

  1. Chief Seattle

    9 septembre 2019 à 23 h 52 min at 23 h 52 min

    Ils vont le faire. Cette équipe a une âme, les larmes d’Andrew après sa passe ratée en est l’illustration.
    Ils vont le faire, comme ils avaient tapé l’Espagnol chez elle en 2014.
    Et puis probablement, ils perdront également contre la Serbie en demi.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top