Sixers

Trey Burke signe aux Sixers pour un an : on le tient le back-up de Ben Simmons, le quota de shoots du parking va remonter

Trey burke

Enfin l’année de la révélation pour Trey ?

source image : NBA League Pass

Philly continue de boucler son effectif avec des signatures et des prolongations intelligentes. Après avoir ramené un peu de spacing et beaucoup de lettres à dix points en resignant Furkan Korkmaz, ils jettent maintenant leur dévolu sur un meneur qui tente désespérément de lancer sa carrière dans la Grande Ligue : Trey Burke. Alors ? Est-ce la bonne année pour lui ? Il y a une place à prendre en tout cas, juste derrière Ben Simmons.

En voilà un qui a une (très) belle carte à jouer. La carrière de Trey Burke ressemble à celle de beaucoup d’autres gros prospects NCAA. Une grosse March Madness en 2013 presque ponctuée par un titre l’avait propulsé très haut dans les mocks draft…puis les ennuis ont commencé dés ses débuts en NBA. Trois saisons compliquées dans l’Utah, puis des passages à Washington et New York sans jamais vraiment trouver sa place. En janvier dernier il est ensuite tradé à Dallas où il ne jouera que 25 matchs. Un début de carrière Trey difficile. Quand tu te retrouves dans l’effectif de G League des Knicks tu sais que c’est la galère, alors hier, quand le toujours très à l’affut mais souvent en retard Shams Charania a annoncé que Trey venait de signer un contrat d’un an avec les Sixers, on s’est dit qu’enfin, peut-être, il allait pouvoir lancer sa carrière… à 26 ans déjà.

Parce que s’il intègre un effectif déjà bien plein, il arrive également à un poste qui est certainement le moins chargé. Il aura ainsi, s’il se montre efficace, une place bien en chaud en back-up de Ben Simmons. Parce que comment dire ça poliment ? Les deux autres noms à la mène sont très loin d’envoyer du rêve : Shake Milton et Raul Neto… Voilà la concurrence de Trey pour gratter les (quelques) minutes de repos de Simmons. Avec le départ de T.J. McConnell vers Indiana, de la place s’est libéré au poste 1 et Trey va pouvoir contribuer rapidement en restant dans son registre de prédilection, celui d’un meneur-scoreur, bon shooteur mais capable également de distribuer la balle. Là où il risque néanmoins de souffrir c’est en défense puisque beaucoup de teams ont des back-ups solides au poste 1 à l’Est et il va falloir qu’il se fasse violence de ce coté-là du terrain.

Allez on y croit ! Trey Burke peut enfin lancer sa carrière NBA avec les Sixers. Vas-y garçon, impose-toi en tant que back-up attitré ddans une vraie équipe qui gagne. A 26 ans, c’est un peu tard mais qui sait, peut-être qu’il se révèlera ou peut-être… qu’il ne passera même pas l’épreuve du training camp, c’est là toute l’énigme de Trey Burke.

Source: The Athletic                             

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top