Grizzlies

Brandon Clarke élu MVP de la Summer League : no Morant no problem, les Grizzlies collectionnent les ados à fort potentiel

Brandon Clarke a donc été élu MVP… de la Summer League 2019. Bon, ok, dit comme ça , ça ne veut pas dire grand chose quand on voit les noms de certains des autres MVP de l’épreuve (coucou Josh Selby), mais ça confirme quand même que l’ancien de Gonzaga a un potentiel et des qualités athlétiques énormes.

Le soir de la Draft, Brandon Clark faisait partie de ces mecs dont on se demandait comment ils avaient pu tomber aussi bas vu le potentiel qu’il avait montré à Gonzaga. Ses grosses lignes de stats pendant le tournoi NCAA l‘avaient révélé aux yeux du grand public. Et puis OKC l’a sélectionné en 21ème position avant de… l’échanger à Memphis contre Darius Bazley (si ça ce n’est pas annonciateur de l’offseason cauchemardesque du Thunder…). Ensuite est arrivée la Summer League et sur les premiers matchs… Brandon a clairement eu du mal, en attaque du moins. Il a peiné à trouver sa place dans le nouveau dispositif de Tyler Jenkins mais, en revanche, sa défense lui fait gagner des minutes et la confiance de son jeune coach. Et puis la phase éliminatoire est arrivée et là tout s’accélère. D’abord 18 points et 12 rebonds en quarts de finale face à Boston, puis 23-14 en demi contre les freaks de NOLA et, attention, 15-16-4-1-3 en finale contre les Louveteaux du Minnesota. On ne parle pas des résultats du Loto de ce mardi mais bien la ligne de stats de Brandon la nuit dernière. Ce qui lui a d’ailleurs valu, évidemment, le titre de MVP du match. Alors oui, d’accord, Brandon Clarke a 22 ans et est donc plus vieux que la majeure partie des joueurs de Summer League mais il a justement réussi à dominer et à ne laisser aucun doute sur qui était le meilleur joueur sur le terrain, et des deux côtés s’il vous plait.

Avec les (vrais) Grizzlies, il devrait avoir du temps de jeu car l’équipe est jeune et le développement des jeunes restera la priorité de Tyler Jenkins et son staff. De plus Brandon sera encadré par des vétérans spécialistes de la défense comme Kyle Anderson (qui ne donne pas sa part au chien malgré cette légendaire lenteur) ou Jae Crowder. Le tanking éventuel pourrait même avoir des vertus positives pour Clarke. En effet, si les hommes de Jenkins sont à moins de 10 wins en décembre (largement possible à l’Ouest), Taylor Jenkins pourrait décider de faire starter certains de ses jeunes assez rapidement. Me coach a été élevé à bonne école a déjà montré qu’il savait faire défendre sa team en Summer League et un bon encadrement est tout ce dont Clarke aura besoin pour se développer encore plus de ce coté du terrain. Morant – Clarke – Jackson on y va tout droit, pour le plus grand bonheur de nos yeux.

Brandon Clarke a montré tout son potentiel durant la Summer League. MVP du tournoi et de la finale, il s’est ainsi montré prometteur des deux cotés du terrain. Efficace en attaque puis sérieux et impliqué en défense, les fans des Grizzlies ne peuvent qu’avoir de l’espoir quant à son développement rapide. Ne reste plus qu’à confirmer chez les grands.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top