Bulls

Les Bulls intéressés par Julius Randle : pourquoi prendre un extérieur quand on peut choper son huitième intérieur ?

Julius Randle

Chicago et la logique, ça fait deux.

source image : Montage Trashtalk via YouTube

J-3 avant le début de la free agency et les téléphones n’ont jamais autant sonné. C’est aussi la période pendant laquelle on se doit de rendre à César ce qui appartient à César. En clair, certains joueurs titulaires de petits contrats sont les responsables de belles performances et leur engagement salarial apparaît désormais comme sous-évalué. À l’image de Julius Randle qui va logiquement faire passer à la caisse sa prochaine équipe.

L’été dernier, le clan Randle s’est fait plaisir avec un mouvement très intelligent. Bah oui, arrivé au terme de son contrat avec les Lakers et non conservé par ces derniers, il a choisi de s’engager chez les Pelicans sur deux ans avec une player option pour rester maître de son deuxième exercice. Tout était pensé et réfléchi : balancer une grosse saison statistique pour encaisser les biftons quelques mois plus tard. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le processus est en route puisque l’intérieur de New Orleans vient de refuser sa player option à 9 millions de dollars. Ainsi, les prétendants du gros nounours s’excitent et sont prêts à appeler le banquier. D’après Shams Charania de The Athletic, les Chicago Bulls feraient partie des principaux intéressés pour Jules Rends mon handle. Cette saison, le bonhomme a tourné à 21,4 points, 8,7 rebonds et 3,1 passes en 31 minutes de moyenne. Oui, ça pue la perf’ de All-Star par ici ! Sa feuille de stats aussi grasse que le contrat qui l’attend n’explique tout de même pas l’intérêt des Taureaux vis-à-vis du big man. Pourquoi aller foutre un gros sac dans la peinture où se cognent déjà les Lauri Markkanen, Wendell Carter Jr. et Cristiano Felicio (même si ce dernier ne sert pas à grand chose) ? De plus, le 38ème choix des Bulls à la dernière Draft s’est avéré être dédié à Daniel Gafford, un intérieur de l’Arkansas. Ça fait du monde dans la raquette. Avec la NBA qui vient d’annuler le contrat de l’ancien pivot Omer Asik dans le salary cap des Bulls (selon Shams), il reste approximativement 23 millions de dollars à la franchise de l’Illinois, de quoi pourtant viser des besoins plus importants, notamment au niveau de la rotation extérieure afin d’avoir un effectif plus équilibré. Néanmoins, laissons le bénéfice du doute à cette information qui pourrait rapidement être contredite par la signature de Randle chez une franchise concurrente.

Même si la piste Chicago est évoquée, plusieurs destinations semblent plus logiques pour Randle. D’abord, les New York Knicks, qui sont à la recherche de gros poissons cet été avec un cap space très large. Au Madison Square Garden, il ne devrait pas y avoir d’embouteillage à l’intérieur. Mais même si le joueur des Pelicans reste sur une grosse campagne, il n’empêche qu’on resterait loin du Kevin Durant promis au Garden… Une fois n’est pas coutume, si les Knicks sont sur le coup, les Nets suivent en espérant trouver un vrai compagnon de peinture au pivot Jarrett Allen. Passer de Jared Dudley à Randle, c’est comme passer de la pétanque au basket. Et niveau projet, Brooklyn est plutôt une destination alléchante avec notamment la potentielle arrivée de Kyrie Irving à la mène. Les franchises de la Big Apple apparaissent donc comme des choix plus cohérents pour l’avenir de Julius Randle. Allez pépère, réfléchis bien car il sera trop tard pour se plaindre quand Markkanen va te bencher.

Le fit entre Julius Randle et les Bulls ne semble donc pas idéal au premier abord. Les statistiques du joueur sont sexy mais le poste est déjà très prisé, et Chicago aurait bien besoin de se renforcer ailleurs que dans la raquette. Et pour le joueur, il y a d’autres possibilités sans doute plus attractives. 

source texte : basketballreference / The Athletic / Twitter

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top