Pistons

Le troll de la semaine est signé Blake Griffin : un tweet, deux rumeurs, et trois gifles pour les médias

Blake Griffin
Source image : youtube

Si certains joueurs sont stressés par le mois de juin et la free agency qui arrive en juillet, d’autres prennent tout ça clairement à la légère. Par exemple ? Blake Griffin, qui en profite pour troller tout le monde en pleines Finales NBA.

Marrant, Blake l’a toujours été. Culotté, aussi, quand il le faut. Et s’il a la possibilité d’avoir un temps d’avance tout en étant hors du circuit des superstars habituelles, l’intérieur des Pistons se fera plaisir sans compter. Après avoir réalisé une énorme saison pour sa première complète à Detroit, Griffin n’était clairement pas au centre de la moindre discussion, sauf si cela concernait son genou. Envie de rester dans le Michigan ? Envie de voir de nouveaux coéquipiers débarquer ? Pouvait-on s’attendre à des rumeurs autour du bonhomme, quelle que soit la nature de celles-ci ? Vu le caractère de Blake, pas vraiment. S’il est tout à fait capable de discuter avec des agents libres pour leur dire de venir le rejoindre à Motown, Griffin est plutôt le genre de star laid back qui va laisser le temps faire son effet, récupérant ensuite les fruits de cette patience pour mieux aborder l’avenir. C’est donc avec cette approche de la NBA et de son statut que Blake a décidé de troller tout le monde, avec l’aide des membres du podcast Pardon my take. L’objectif était simple, initialement, il fallait s’amuser avec la couverture des médias faites sur les rumeurs qui circulent dans la Ligue au quotidien. Et il est vrai que dans une ère de réseaux sociaux où on peut tout savoir, tout de suite, dans la seconde, la moindre spéculation peut créer des conversations. Un like de LeBron sur une photo d’Anthony Davis, et des discussions en costard peuvent avoir lieu dans bien des studios. Le genre de situation qui fait marrer Griffin, et qu’il a voulu pointer du doigt avec finesse. Mission réussie, puisque vous pourrez voir ci-dessous l’opé gérée avec ses deux compères de PMT.

– Tu sais ce que tu devrais faire ? Tweeter l’émoji des yeux en citant Kevin Durant, juste après la fin de la saison. Ou alors tweeter simplement l’émoji des yeux, quand tu veux.

– Ouais. Vu que c’est la période proche de la free agency, tu peux être aussi cryptique que tu le désires dans tes messages. Je pense qu’on devrait sélectionner quelque chose comme 3 émojis, que je tweete chaque jour jusqu’à la free agency.

– Ou alors, faisons ceci. Juste avant qu’on publie ce podcast, on te prévient par texto et tu envoies un tweet avec l’émoji des yeux. Comme ça, les gens vont se demander ce qui t’arrive, et ils vont écouter ce podcast. En fait, on se fout de votre gueule actuellement, vous venez d’arriver à cette section précise du podcast, vous pensiez que Blake Griffin allait annoncer quelque chose de dingue sur Twitter…

– Salut Brian Windhorst !

– … alors qu’on est comme des idiots, assis ici, qu’on a planifié tout ça ensemble et que ça a marché.

– Vous vous êtes fait avoir (rires).

– Vous êtes tombés en plein dedans ! Bande d’idiots ! C’est bon ça.

– Oui, vous là !

Plongeon la tête la première, bonnet de bain et tout ce qui va avec ! Il est clair que, ce dimanche, quand Blake a tweeté son émoji, bon nombre de médias se sont penchés sur cette initiative et se sont posés des questions. Nous compris, en toute honnêteté. Déjà qu’il y avait ce premier message, quand en plus Trae Young y est allé de son propre tweet dans la même journée indiquant que ‘tout peut changer si vite dans la vie« , la température a grimpé de manière remarquable. Mais c’était en fait un joli tacle glissé réalisé par Griffin, qui voulait simplement nous rappeler à quel point il ne faut pas tout prendre avec des pincettes et des jumelles sur les réseaux sociaux. Si nombreux sont les athlètes qui utilisent ces plateformes pour exprimer leurs vraies envies et opinions, il ne s’agit pas d’un tout. Et ce ne sont pas des foutus émoticônes qui doivent nous faire partie en fusée, même si c’est déjà arrivé par le passé. Là est toute la difficulté, la balance, entre ce que Blake fait et ce que ses confrères peuvent faire en NBA. Il y a bien des joueurs qui profitent de leur exposition et de cette hyper-sensibilité liée à une hyper-interprétation pour faire passer de vrais messages : frustration, envie de départ, satisfaction, tout passe sur Twitter. Peut-être que, dans certains cas, il faut tout simplement respecter le circuit habituel et donc attendre que de vraies sources débarquent avec du concret, avant de crier sur tous les toits qu’on sait ce que le futur proche nous réserve.

L’exécution est limpide, l’efficacité redoutable et le niveau de stress des fans de Detroit peut redescendre d’un seul coup. Blake Griffin n’a pas du tout l’air de vouloir quoi que ce soit vis-à-vis de sa franchise, si ce n’est la possibilité de troller tout le monde quand bon lui semble. Honnêtement, ça nous va.

Source : Pardon my Take

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top