News NBA

Zach Randolph n’a pas encore eu sa dose : petite séance de nostalgie à Memphis pour boucler la boucle ?

Zach Randolph

C’est où qu’on signe ?

Source image : Youtube

Inutilisé par les Kings cette saison, Zach Randolph se sent bien et a encore un peu de carburant dans le réservoir. Ça sent bon la dernière pige dans le Tennessee pour jouer les grands-pères avec les petits jeunes des Grizzlies.

Ces derniers temps, on a plus entendu parler de Zach Randolph pour ses trafics en tous genres et le destin tragique de son frère plutôt que pour ses performances sur le terrain. Normal pour celui qui n’a pas joué la moindre minute sur l’intégralité de la campagne 2018-19. Heureusement pour lui, il a bien touché son chèque de 11,6 millions de dollars lorsqu’il a été coupé par les… Mavericks. Vous aviez oublié ce détail ? Nous aussi, mais le nounours faisait bien partie du trade qui a permis à Sacramento de récupérer Harrison Barnes avant la deadline. Oui, ce fameux match où le double champion NBA avec les Warriors était encore en train de jouer alors qu’on annonçait déjà qu’il n’était plus un joueur de Dallas. Mais à 37 ans, Zachary n’a toujours pas l’intention de raccrocher les sneakers et se verrait bien compléter la rotation intérieure d’une équipe pour partager son expérience avec les plus jeunes pendant encore quelques saisons. Aperçu par Mark Giannotto du Commercial Appeal dans le cadre de la promo de l’un de ses artistes à Memphis, où il réside encore avec toute sa famille durant l’intersaison, le pivot a fait part de son souhait de continuer à rester dans le milieu de la NBA.

« Je veux devenir Hall of Famer et qu’on se souvienne de moi comme l’un des meilleurs. Je veux jouer quelques années de plus. »

Contractuellement, Z-Bo est libre comme l’air. Après avoir touché 24 plaques en deux ans grâce à son dernier contrat et même 187 millions de dollars sur l’ensemble de sa carrière, ce n’est plus l’argent qui l’attire mais bien son amour pour le basketball. De toute façon, autant le dire tout de suite, il ne trouvera pas mieux qu’un contrat au minimum vétéran cet été. Quand un pré-retraité de son âge n’a plus joué à haut niveau depuis un an, même s’il était en bonne santé, ça n’inspire pas les GM à prendre des risques. Du coup, c’est surtout pour son expérience et ses conseils que Randolph pourrait intéresser une franchise jeune et à la recherche de cadres pour aider à faire progresser ses nouveaux éléments plus vite. Normalement, à ce moment-là vous avez déjà fait la connexion. Avec tous ses jeunes joueurs et un nouveau pick de Draft intéressant à venir, Memphis aura besoin d’un peu d’âge dans ses rangs pour faire remonter la moyenne et compenser le probable départ de Mike Conley cet été. Le fit serait logique tant on sait que le joueur aime cette franchise et la réciproque marche aussi. Les mots de Zach vont aussi dans ce sens même si c’est évidemment Chris Wallace qui aura le dernier mot.

« Peu importe ce que les Grizzlies et Mike [Conley, ndlr] vont faire, la ville le supportera toujours. C’est comme pour Marc [Gasol] et Tony [Allen]. Nous sommes les grindfathers et ça restera notre ville pour toujours. […] On ne sait jamais [concernant un potentiel retour à Memphis, ndlr]. Les Grizzlies seront toujours dans mon cœur. Je serai toujours un Grizzly. »

Attendez encore un peu avant de vous acheter un maillot old-school du n°50 à Bluff City, il y a quand même quelques détails à régler. Jonas Valanciunas a donné entière satisfaction depuis son arrivée dans le cadre du trade de Marc Gasol à Toronto et Joakim Noah a retrouvé son envie du côté du Tennessee cette saison. Ça fait déjà deux pivots en place qui pourraient faire concurrence à Z-Bo même si le premier attend toujours de savoir si la team option sera utilisée ou pas et que le second sera agent-libre cet été. Néanmoins, même si les deux big men sont encore là à la rentrée, rien n’empêche le staff des Grizzlies de faire une petite place pour Randolph qui aura toujours ses six fautes à donner en une poignée de minutes de temps de jeu et un max de conseils à distiller tout au long de la saison aux plus jeunes.

L’histoire serait belle et on signe tout de suite pour revoir Z-Bo dans un maillot des Grizzlies. Le Grit and Grind n’est pas mort et il peut même avoir de beaux jours devant lui si les nouveaux arrivants ont un bon professeur.

Source texte : Commercial Appeal

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top