Equipes

Bilan de fin de saison 2019, version Jazz : une symphonie pendant sept mois mais une fausse note à la fin

Jazz

Quin Snyder confirme qu’il est un bon chef d’orchestre.

Source image : YouTube

Le Jazz d’Utah nous joue a peu près la même musique chaque année ces derniers-temps. Une saison régulière solide et une élimination face aux Rockets en Playoffs.

CE QUE TRASHTALK AVAIT ANNONCÉ : 

Nous étions sûrs de nous au moment d’évoquer la saison à venir du Jazz. Une défense d’élite, un très bon coach et une équipe soudée qui se connaît. Tout cela avec presque aucun changement dans l’effectif, c’était du tout cuit. Une belle régulière attendait Utah selon nous, on leur promettait même un bilan de 52 victoires pour 30 défaites et honnêtement on le faisait sans trembler du menton. On espérait simplement une belle surprise en Playoffs en allant au moins aussi loin que lors de la saison dernière.

CE QU’IL S’EST VRAIMENT PASSÉ :

Et bien devinez quoi, absolument aucune surprise n’est arrivée. les coéquipiers de Derrick Favors nous ont même sorti un scénario identique à celui de la saison 2017-18. Un début d’exercice en mode diesel puis une fin de saison absolument canon sous l’impulsion d’un Donovan Mitchell énorme et d’un Rudy Gobert vexé de sa non-sélection au All-Star Game qui les amène à une cinquième place à l’Ouest. Deux victoires de plus que la saison dernière et deux de moins que ce à quoi nous nous attendions et cela nous donne un solide bilan de 50 victoires pour 32 défaites. Seul hic pour les hommes de Quin Snyder, Oklahoma City est trop mauvais pour pouvoir être affronté au premier tour et Houston n’est pas assez bon pour faire la même chose qu’en 2018 et n’être les adversaires du Jazz que en demi-finales de Conférence. Du coup ce sont bien les fusées qui seront le menu du premier tour des Playoffs des Mormons. Et là, malheureusement, l’histoire se répète également. 4-1 pour la bande de Mike d’Antoni, des matchs serrés mais un manque de talent offensif trop important dans les moments clés. Dur de leur en vouloir mais dur aussi de s’enthousiasmer considérablement devant le bilan de l’année des joueurs de Salt Lake City.

L’IMAGE DE LA SAISON :

Rudy Gobert

Rudy Gobert en pleurs au moment d’évoquer sa non-sélection au All-Star Game, des larmes qui ont fait couler beaucoup d’encre et qui ont également beaucoup divisé. Cette image a même donnée naissance à une petite montée de haters de Rudy quand d’autres le comprenaient aisément.

ON NE L’ATTENDAIT PAS ET IL A CARTONNÉ : ROYCE O’NEALE

Dur de ressortir un nom. Pas parce que les joueurs ont été mauvais pas du tout, simplement comme pour le résumé de la saison collective, il n’y a pas eu de surprise individuelle non plus dans un sens ou dans l’autre, tout le monde a fait son taff. Alors pourquoi mettre en avant Rolls Royce ? Simplement car le sophomore a des statistiques qui sont meilleures dans tous les compartiments que lors de sa saison rookie, des progressions légères mais des progressions tout de même. Il s’est imposé dans la rotation de Quin Snyder, il a gagné des minutes et a disputé tous les matchs du Jazz sur l’exercice. En plus des stats, il a un impact défensif majeur et cela a bien progressé également cette année. En somme, il a confirmé que c’était une bonne pioche de Utah et que c’est un excellent joueur non drafté. Pour finir, il a été excellent face aux Rockets en Playoffs avec trois rencontres à plus de 10 points dont une à 18.

ON L’ATTENDAIT AU TAQUET ET IL A ABUSÉ : RICKY RUBIO

Comme dit dans le paragraphe précédent, il n’y a pas eu de mauvaise surprise individuelle d’un joueur des Mormons cette saison. C’est donc très dur pour le génie de Badalone, avec ses 12,7 points et ses 6,1 passes il a fait exactement ce qu’on attendait de lui. Mais voilà, ses lacunes se sont malheureusement trop vues. 40% au tir, 31% de loin et un air-ball énorme sur son shoot le plus important de la saison, des séquences défensives gags sur James Harden… L’Espagnol a des manques. Il était en contract year et n’a pas dû convaincre Utah de lui filer le pactole. Au contraire de plus en plus de rumeurs autour de Mike Conley au Jazz sortent, ça veut dire ce que ça veut dire…

LA VIDÉO DE LA SAISON :

Quand il va falloir expliquer ça à nos enfants…

CE QU’IL VA BIENTÔT SE PASSER :

On l’a déjà évoqué, cette intersaison ressemblera à une chasse au meneur dans l’Utah. Ricky Rubio est en fin de contrat et le Jazz souhaitant ajouter du talent offensif à son groupe, ils se tourneront certainement vers un autre profil, celui de Conley par exemple qui est déjà un meilleur shooter. Sur un autre poste, la piste Tobias Harris est évoquée également, toujours dans cette recherche d’attaque. Enfin même s’il lui reste une année de contrat, cela pourrait bien être la fin de carrière de Kyle Korver, un des plus grands snipers de sa génération, et ça ça mérite un bel et grand hommage.

Saison ni décevante ni vraiment satisfaisante du Jazz. Ils sont maintenant attendus et devront performer en Playoffs pour passer un cap. Pour cela, il faudra sans doute trouver un ou deux attaquants de plus pour suppléer Donovan Mitchell.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Payl

    1 mai 2019 à 16 h 20 min at 16 h 20 min

    Sur la séquence vidéo en question, sans remettre en cause totalement votre analyse :
    – Rubio empêche les step back 3 d’Harden
    – Gobert doit se charger de blocker Harden en penetration
    – Donovan switch sur Capella pour empêcher le alley-oop
    – Rubio glisse sur Éric Gordon pour essayer d’empêcher la passe. Une passe main droite vers la droite est dure quand on est gaucher comme Harden donc Utah prend le risque.

    J’ai trouvé cette tactique plutôt bonne, maintenant Harden commence à devenir très bon en floater (contrairement à la saison dernière) ce qui rend cette tactique un peu moins efficace… En tout cas dans la série Harden scorait moins qu’en saison régulière.

  2. Batkill

    1 mai 2019 à 18 h 52 min at 18 h 52 min

    Merci Trashtalk, un bon résumé de la saison.
    Vous auriez pu glisser un mot sur la énième blessure importante de l’ami Exum qui décidément n’arrivera jamais à attraper le bon wagon. Un projet quasi avorté pour le Jazz, qui doit regretter d’avoir misé sur le jeune australien.
    Sinon le Jazz a été excellent face aux équipes faibles/moyennes, mais exécrable face aux ténors. Se taper des Rockets en pleine bourre au 1er tour n’était pas un cadeau mais il a fallu 2 matchs pour se mettre en route, puis une fois que c’était lancé avec une D retrouvée il manquait bel et bien du talent offensif. Il me semble que la troupe de Snyder est celle qui a eu le plus de shoots ouverts à 3pts du 1er tour des PO, mais qu’elle est la pire au % sur ces shoots.
    On verra bien ce qu’il se passera cet été, mais ça risque de bouger sur les bords du lac salé cet été.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top