Rockets

Les Rockets n’ont pas digéré la Finale de Conférence 2018 face aux Warriors : grosse montagne de sel dans le Texas

Sel

Tiens, ça a changé Houston.

Source image : YouTube

Ah, ça on aime. Une bonne grosse rivalité des familles qui est en train de s’installer entre les Rockets et les Warriors. On a encore eu un match bien tendax dimanche soir, et on n’est pas au bout de nos émotions. La preuve, Houston a ressorti les vieux dossiers.

Golden State est sorti vainqueur à l’arrachée d’un match au couteau face aux Rockets il y a deux jours. Quand on vous vend une série de malade, ce n’est pas juste pour faire monter la sauce, puisque les deux équipes se disputent sans pitié la suprématie à l’Ouest depuis déjà un petit paquet de saisons. La preuve, sur les cinq dernières campagnes, Guerriers et Fusées se sont affrontés à quatre reprises, pour autant de victoires des joueurs de la Baie. Très énervant, surtout quand on pense être lésé par l’arbitrage. Ainsi, le Game 1 de ces demi-finales ne s’est pas bouclé sans son petit (gros) lot de controverses, en particulier concernant des prétendues fautes sur des tirs à trois points tentés par James Harden, notamment le shoot qui aurait pu offrir l’égalisation aux Texans dans les dernières secondes. Depuis, les avis sont divisés, et alors que certains déplorent des fautes similaires au fameux move kamikaze de Zaza Pachulia sur Kawhi Leonard il y a quelques années, d’autres parlent tout simplement d’exagération de la part de The Beard. Promis, on ne va pas prendre parti, mais simplement apprécier cette dose de sel rajoutée sur une série qui s’annonçait déjà bien épicée. Première pièce à conviction, les déclarations du MVP en titre après le match.

« Je veux dire, je veux simplement une chance équitable. Arbitrez le match comme il est censé être arbitré, et je vivrai avec le résultat […] On a déjà eu un antécédent avec Kawhi, on a vu que ça pouvait changer une série. »

Comme toujours, il n’y a pas de fumée sans feu, et cette obsession des Rockets vis-à-vis des Warriors et de l’arbitrage, jugé avantageux en faveur de ces derniers, puise en grande partie son origine dans la Finale de Conférence de l’année dernière. On se rappelle tous de cette série monstrueuse, lors de laquelle la couronne de Steph et compagnie a vacillé plus que jamais, avec un Game 7 remporté sur le fil. Pour expliquer ce nouvel échec, cette fois particulièrement douloureux, on se tournait vers la malheureuse absence de Chris Paul pour cette manche décisive, ou bien cet immonde 0/27 du parking claqué en cours de match. Pour Houston, la raison pour laquelle ils n’ont pas fini champions NBA en 2018 est déjà toute trouvée, et ce n’est aucun des deux éléments que l’on vient de citer. Bingo, pour eux, il s’agirait encore une fois d’erreurs d’arbitrage ayant favorisé leurs adversaires. A ce sujet, au lendemain du Game 1 de la demi-finale, Zach Lowe et Rachel Nichols d’ESPN nous indiquent que, juste après leur élimination de l’an passé, les Rockets auraient concocté un dossier XXL à l’attention de Byron Spruell, président des opérations de la NBA. Le but ? Relater toutes les injustices desquelles ils auraient été victimes. En tout, pas moins de 81 coups de sifflet supposément manqués par les arbitres lors du match 7 sont rapportés, coûtant, toujours selon leurs estimations, 18,6 points aux hommes de Mike D’Antoni. Encore une fois, le « point de chute » sur des shoots à distance de James Harden fut au centre de la discorde, et aucun doute pour Houston : sans ces injustices, ils auraient soulevé le trophée Larry O’Brien en juin 2018.

« Les arbitres ont probablement changé l’identité du champion NBA. Il ne peut pas y avoir pire constat pour la NBA. […] La raison pour laquelle nous sommes dans cette situation est que les efforts pour améliorer l’arbitrage se sont avérés trop lents, pas assez vastes, et ont été retardés par des arbitres bornés qui résistent aux réformes. »

Les arbitres et les Rockets, citez-nous un couple plus emblématique, on attend. Pour leur défense, la NBA a effectivement reconnu que certaines fautes ont été non-sifflées dimanche soir, mais le dernier shoot de Harden n’en fait pas partie. Et si le barbu pouvait éviter d’arroser dans tous les sens, ça aussi, ça pourrait bien aider son équipe.

Sources texte : ESPN/The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top