Nets

D’Angelo Russell veut rester à Brooklyn : c’est possible de le payer en glaçons pour les veines ?

D'Angelo Russell Nets

« D’Angelo, avec votre prochain contrat, vous irez chez le coiffeur ? »

Source image : YouTube

Après une saison très réussie sur le plan collectif et individuel, D’Angelo Russell aimerait bien rester à Brooklyn. Mais le meneur sait bien que la NBA est un business, et qu’il pourrait atterrir dans une nouvelle ville, cet été.

Pour sa quatrième saison NBA, D’Angelo Russell a enfin atteint la cour des grands. Premier All-Star à Brooklyn depuis Joe Johnson en 2014, D-Lo a mené ses Nets à la sixième place de l’Est, et un bilan de 42-40, soit quatorze victoires de plus que l’an passé. En 80 matchs, il a posé des moyennes très solides de 21,1 points, 3,9 rebonds et 7 passes décisives, tout en shootant à 43,4% au tir. Meilleur marqueur de son équipe, l’homme qui a de la glace dans les veines a en revanche vécu une découverte des Playoffs compliquée. Face aux Sixers, le 2ème choix de la Draft 2015 a tourné à 19,4 points, 3,6 rebonds et 3,6 passes décisives, tandis que son pourcentage a chuté pour atteindre 36,3%. Pire, c’est lorsque ça comptait le plus, dans un Game 5 décisif pour la survie des Nets, que le meneur a le plus déchiré : 8 points, 2 rebonds, 3 passes décisives à 3/16, dont 1/6 du parking. Mais même si cette saison s’est terminée sur une note amère et une bonne fessée, Russell a prouvé qu’il pouvait être un meneur de calibre All-Star dans une franchise ambitieuse. Restricted free-agent cet été, l’ancien Laker a déjà fait part de sa volonté de rester à Brooklyn. Il rappelle tout de même à Ian Begley d’ESPN, qu’il a conscience que la NBA est un business.

« Je veux totalement être ici [à Brooklyn]. Mais je sais aussi que c’est un business. Donc je ne vais pas faire comme si je ne savais pas ce qui pouvait arriver. Par exemple, quelqu’un arrive, et je dois faire partie de la transaction pour qu’il vienne, je sais que ça pourrait être une possibilité. Donc je vais juste rester dans le présent et ne pas parler trop tôt à propos de quoi que ce soit. »

Dans sa jeune carrière NBA, Russell a déjà expérimenté la nature « business » de la Ligue. Suite à sa saison sophomore avec les Lakers, le meneur avait été échangé à Brooklyn, en compagnie de Timofey Mozgov, pendant que Brook Lopez et Kyle Kuzma faisaient le chemin inverse. Une manœuvre destinée à faire de la place pour Lonzo Ball, drafté en seconde position en 2017. Et après avoir stagné pendant sa première saison sur la côte Est, D-Lo a donc explosé cette saison. Alors qu’il touchait 7 millions de dollars, il a la possibilité cet été de signer son premier (très) gros contrat. Mais en tant que restricted free agent, les Nets peuvent aussi choisir de lui offrir une simple qualifying offer, afin de le prolonger un an de plus, et de le laisser tester le marché sans restriction l’été prochain. Si Sean Marks et le reste du front office décide de se lancer à la chasse à la très grosse superstar, peut-être que cette option sera privilégiée en premier lieu. Les Nets ont une grosse enveloppe pour recruter cet été, et prolonger Russell au prix fort dès les premières heures de la free agency pourrait limiter leur marge de manœuvre. En tout cas, l’ancien d’Ohio State donne déjà sa priorité aux Nets.

« Je ne connais aucune autre équipe, je ne connais aucun autre GM ou coach. Je ne connais aucun de ces gens. Je sais où je suis. Donc ça leur donne forcément un avantage. »

Le jackpot, dans ces propos, ne semble pas être la top priorité de D’Angelo Russell. Malgré tout, il apparaît peu probable que les Nets puissent prolonger leur All-Star avec des cacahuètes. Que ce soit cet été ou en 2020, le 2ème choix de la Draft 2015 va probablement signer un joli deal. Reste à savoir où.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top