Rockets

Clint Capela veut jouer les Warriors : il y a de la revanche dans l’air, et on adore ça

Clint Capela

Pas si neutre que ça, le Suisse.

Source image : YouTube/NBA

Après avoir réglé le cas du Jazz en cinq manches, les Rockets sont officiellement qualifiés pour les demi-finales de la Conférence Ouest. Et Clint Capela sait déjà qui il veut affronter : Golden State.

Ils ont tous esquivé la question, après une ultime victoire face au Jazz (100-93) qui a scellé ce premier tour des Playoffs. À Houston, on refuse d’évoquer les Warriors, pas encore, pas tant que l’affiche n’est pas officielle. Tout le monde joue la langue de bois… sauf Clint Capela. Marrant que ce soit le Suisse de la bande qui ne soit pas neutre sur le sujet. Malgré ses virus respiratoires, le pivot des Rockets a remis Rudy Gobert dans sa poche dans le Game 5, terminant à 16 points (6/7), 10 rebonds et 3 contres, tout en limitant le Français à 9 points (3/8), 10 rebonds et 2 contres. Désormais, il n’a plus qu’une seule envie, et il l’a confiée à Tim McMahon d’ESPN : taper les Warriors en demi-finale, et enfin permettre aux Fusées de prendre leur revanche après la défaite en sept manches de la saison dernière.

« C’est ce que je veux. Je veux les affronter. On a travaillé là-dessus toute l’année. Je pense que si vous voulez être champion, vous devez battre les champions. Donc à un moment, il faut le faire, n’est-ce pas ? »

L’imitation de Ric Flair est parfaite, il manque juste un « Woo » à la fin. Mais au moins c’est clair et net : même si les autres ne le disent pas, Houston a ciblé la Baie pour sa prochaine cascade de trois-points. Tout au long de la série face à Utah, les hommes de Mike D’Antoni sont restés dans leurs moyennes de saison : 43,5% d’adresse globale, contre 44,9% pendant la régulière. Mais 36,5% de loin, contre 35,6% pendant les 82 premiers matchs de la saison. Finalement, c’est bien James Harden qui a le plus souffert de la défense du Jazz. Le Barbu a été limité à « seulement » 27,8 points à 37,4% au tir. Bien loin de ses 36,1 points à 44,2% de la régulière. Mais à ses côtés, Chris Paul a abandonné une partie de ses responsabilités de playmaker et a contribué un peu plus au scoring (de 15,6 points à 17,4) tout en shootant mieux (de 41,9% à 45,2%). Et CP3 corrobore complètement les volontés de Capela.

« CC l’a parfaitement dit. Pour de vrai. Pour aller là où vous voulez aller, il faut passer par eux. Ils sont les champions en titre, et ils dominent l’Ouest depuis quoi, cinq ans maintenant ? »

L’an passé, la série entre Warriors et Rockets avait justement basculé à cause de la blessure de Paul. Alors que Houston menait 3-2 et que le quatrième choix de la Draft 2005 tournait à 19,8 points, 6,8 rebonds et 4,6 passes décisives, Houston s’est écroulé, perdant d’abord le Game 6 à l’Oracle Arena (115-86), puis surtout le Game 7 décisif à la maison (101-92), en encaissant notamment un 33-15 dans le troisième quart-temps. Le genre de bévue qui laisse des traces, et que les Fusées ont à cœur d’effacer. Une quête qui passe par un affrontement au sommet avec Golden State, également responsables de la fin de saison de James Harden et ses amis en 2015 et en 2016.

Trois séries à zéro pour les Warriors, qui viseront évidemment le grand sweep en cas de nouveau face-à-face. Clint Capela et les Rockets ne demandent que ça, pour enfin abattre leur bête noire.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top